Archives d’un auteur

Mes mains dans tes chaussures

Les animateurs de la médiathèque et de La Galerie ont eu pour mission de conserver les œuvres des artistes en résidence à Noisy-le-sec.

Ils nous ont expliqué qu’ils respectaient de leur mieux les consignes données. Nous pouvions les voir tels qu’ils étaient à l’état initial.

Cela a été fort intéressant.

Exposition Tes mains dans mes chaussures 1/3

Ensuite, un atelier portant à la fois sur des objets qui comptent beaucoup pour nous et le même sujet que présente la saison 2016-2017 de La Galerie.

Nous avons ainsi dessiné les objets sur lesquels portent notre attention et leurs procédés d’entretien.

Cela a été très plaisant.

Atelier autour de l'exposition

Rendez-vous 3.2.7

L’exposition ne t’a pas inspiré telle une image floue. En effet, elle s’inspirait des « limbes du pacifique » qui nous emportaient dans le brouillard de la confusion.

L’atelier qui nous était proposé, était basé sur le texte cité ci-dessus. Il nous permettait de construire un autre texte à partir des mots selon l’inspiration de chacun. L’exercice nous permettait de construire ces textes en barrant des mots en partie ou en totalité, en fléchant des mots choisis par traits entre des points.

Cet exercice, excellent pour s’échauffer pour l’exposition, en a inspiré plus d’un tant le décalage entre nos habitudes et les objets proposés était grand.

Rendez-vous 3.1.7

Un duo suite à la visite de l’exposition « Hypernormandie » !

Durant l’exposition, j’étais perdu par le nombre de photographies ayant beaucoup de points communs, mais se différenciant par des détails égarés dans celles-ci. De temps en temps, je m’apercevais que certaines avaient été prises du même endroit avec une légère rotation.

Exposition Pierre Joseph – Hyper-normandie Exposition Pierre Joseph – Hyper-normandie

Après cette exposition et avant l’atelier, une sorte d’échauffement à eu lieu pour s’habituer à travailler en aveugle guidé par une deuxième personne.

Atelier autour de l'exposition

L’atelier était intéressant car il permettait de construire un dessin par l’intermédiaire d’une deuxième personne qui servait de main. Comme la main ne voyait pas ce qu’elle faisait et que nous ne devions  pas intervenir ; cela donnait l’image d’une personne n’ayant pas de membres supérieurs et guidant une personne malvoyante. Cela créait un certain effet comique en raison des maladresses occasionnées provoquant un attendrissement.

Atelier autour de l'exposition

 

Rendez-vous 3.0.2

L’exposition représentait peu d’œuvres !

En effet, les œuvres représentaient des interrogations sur le thème de représentation de l’art. Il nous a été montré une petite vingtaine d’œuvres comme le porte-manteau ou la table gondolée.

Exposition Problèmes de type grec Exposition Problèmes de type grec

Le personnel de La Galerie nous a ensuite permis de critiquer une  œuvre. Cela était fortement amusant car on pouvait utiliser différents outils linguistiques en utilisant l’oral et l’écrit. Une personne a fait de l’humour en critiquant le texte sur la crise grecque en allemand : « Verboten für die französischen. Das ist nicht gut and glücklich liebhaber. « 

La chambre à air coupée

Exposition Only the Lonely

I1 : Bonjour, qui es-tu étrange personnage ?

C : Je suis la chambre à air de la famille coupée. La personne qui m’a créé est Emma Art, artiste de son état.
Et toi, qui es tu ?

I1 : Moi, je suis un curieux dont le prénom est interrogateur. J’ aimerais mieux te connaitre et te poser des questions. Es-tu d’accord ?

C : Oui, j’aimerais que l’on me connaisse mieux malgré que je sois exposé dans une galerie d’art.

I1 : Je vois sur ton œil des oiseaux. Qu’envisages-tu d’en faire ?

C : Je les regarde pour savoir lequel chasser pour le manger et le digérer grâce à mon tuyau.
Quand je les ai digéré ; j’en chasse d’autres afin de les faire disparaitre.

I1 : Mets tu beaucoup de temps pour les digérer ?

C : Je ne sais pas. Tout dépend de leur taille et du nombre que j’ingurgite simultanément.

I1 : Fais-tu cela tout le temps ?

C : Non, quand je n’ai plus d’énergie, mon œil se ferme et je dors tant que les assistants de mon créateur ne m’ont pas rechargé.
Il faut également qu’ils me déplacent car je ne suis pas autonome dans mes déplacements avec mes trois pieds rigides.

I1 : Qu’espères-tu dans ta vie ?

C : J’espère que la migration des oiseaux se poursuivra afin de ne pas m’ennuyer sur le lieu où l’on m’a déplacé.

I1: Bon, le temps passe de façon agréable avec toi, mais il commence à se faire tard. Je dois partir et j’espère qu’il te reste de l’énergie pour t’occuper.

C : Je te remercie de m’avoir fait découvrir !

Comment travailler artistiquement sur différents supports

Dans cette exposition, nous avons vu le travail de plusieurs artistes qui travaillent sur des supports différents (photographies, métaux, films, écrans, etc.).

Exposition Scroll infini

La partie montrant en autre des travaux sur des écrans nous a été exposée par l’artiste les ayant réalisés. Il nous a expliqué qu’il a rédigé des textes sur des écrans ne fonctionnant plus et comment lui sont venues ses idées.

Exposition Scroll infini

Quant à la partie qui m’a le plus étonné, il s’agit du couple d’éléments métalliques semblant représenter des personnes car des pieds et des mains y ont été soudés ; mais, on peut utiliser l’un d’eux comme un banc.

Exposition Scroll infini

Après cette visite de l’exposition, nous nous sommes dirigés vers l’atelier qui a été ludique. En effet, le but de celui-ci était de construire des volumes à partir de photographies de plantes grâce à un travail réalisé en groupes.

Atelier autour de l'exposition

Comment un artiste traite le présent en gardant son passé en mémoire

Babi Badalov est un artiste azerbaïdjanais qui se sert de ses documents administratifs et publicitaires français pour exprimer son ressenti de la culture française, très éloignée de sa culture d’origine. Il mélange également des phrases françaises avec des formes musulmanes (religion de l’ Azerbaïdjan).  Cette œuvre m’apporte une vision différente de la mienne qui a émergé de ce pays!

Exposition Disparité et Demande

L’atelier qui a suivi était plus en lien avec une autre œuvre de l’exposition. Des chemins tracés de couleurs différentes sur des feuilles de papier ont donné des lignes qui s’entrecroisent. Ces chemins ont été créés grâce aux parcours nécessités pour répondre aux différentes questions posées par différentes personnes. Celles-ci ne traitant pas du même sujet.

Exposition Disparité et Demande Atelier autour de l'exposition

Un artiste qui sort des chemins

Nicolas Momein nous a expliqué son travail avec des employés d’entreprises ou de collectivités territoriales.

Il a travaillé avec un serrurier qui a utilisé des tuyaux de plomberie pour créer une œuvre en trois dimensions pleine de courbes. Cette œuvre m’a beaucoup plus car elle a dû demander de nombreuses heures avec un travail préparatoire important. Il est facile de s’en apercevoir car la surface de départ se confond avec celle de fin. En suivant le contour, il est possible de faire plusieurs fois le tour par des chemins différents.

Nicolas Momein a également fait une œuvre avec une personne du service des espaces verts de Noisy-le-Sec, un bloc creusé à l’aide d’une pelleteuse.

« Adieu tristesse... »

Bref, je trouve que son travail est remarquable.

Des mises en scène d’intérieur

Dans l’exposition de Laura Lamiel, différentes mises en scène ont été mises en place (2D, 3D). Celle qui m’a le plus intéressé est un cube où des miroirs se trouvaient sur trois murs. Cela permettait de se voir de très nombreuses fois en même temps.

Exposition Noyau dur et double foyer

Après l’exposition un atelier a eu lieu. On a dû insérer un objet en 3 dimensions sur une feuille en papier. Parmi les objets à choisir, il y avait des objets plus ou moins difficiles à représenter : des objets en volume (vases, bouteilles, carafe, etc.) ou des objets plus plats, comme un pinceau.

Atelier autour de l'exposition

Bonjour tristesse, désir…

À la Galerie sont exposées les œuvres de plusieurs artistes contemporain. Ils ont mis en place des formes leurs inspirant des sentiments.

En atelier on devait s’inspirer du sens du toucher pour créer des essais. Ces derniers ne s’inspiraient pas obligatoirement des œuvres exposées, mais venaient de ses propres idées.

Exposition Bonjour tristesse... © Cédrick Eymenier, 2013

Dans cette œuvre, l’artiste a mis plusieurs mots : stratégie, réalité, travail, dans une nature sauvage en bord de mer.