Archive pour la catégorie ‘Bonjour tristesse, désir, ennui, appétit, plaisir’

La mer sous toutes ses coutures dans « Bonjour tristesse, désir, ennui, appétit, plaisir » et ses ateliers

La mer sous toutes ses formes : calme, agitée… Rien qu’en voyant une personne regarder la mer, on se dit tout de suite qu’elle est dans ses pensée, elle a l’air sereine en pensant à l’avenir !

Ou sinon un bateau sortant d’une ile ou d’une ville pour aller ailleurs, ça veut tout dire. Une histoire pleine d’aventures et de rebondissements, telle le capitaine Nemo ou Simbad le Marin qu’on pourrait imaginer leurs histoires au fil du temps !

Voici quelques exemples où l’on peut voir la mer, les bateaux :

Bonjour tristesse, désir, ennui, appétit, plaisir Bonjour tristesse, désir, ennui, appétit, plaisir

Celui-ci me fait penser à un raz de marée, pas vous ?

Bonjour tristesse, désir, ennui, appétit, plaisir

Mais il faut faire attention avec la mer. Elle a beau être calme, suivant le temps qu’il fait dehors avec la météo, il peut y avoir beaucoup de choses par temps de pluie : raz de marée comme le Tsunami qui fait des millions de blessés partout dans le monde… A surveiller avec précautions !

C’est avec regrets, mes chers amis, que je vais devoir vous laisser… Je vous remercie de m’avoir lue et je vous dis à bientôt pour de prochaines aventures… ;-)

La production d’un travail et de son affect

Je m’attarderais sur l’atelier, dont la thématique était la sensation du toucher : la perception se constituait au travers de nos mains, la vision n’étant pas de mise.

Il est difficile de concevoir l’art sans la vue, ce sens fondamental qui régit notre perception et nous permet de voir les couleurs, les traits, la perspective ; c’est à dire une grande partie de l’univers de l’artiste. La visite était intéressante mais la partie la plus exaltante était la confection d’un travail plastique. En effet, je me suis senti plus à l’aise lors de l’atelier : mon esprit étant occupé à la réalisation de l’œuvre proposée.

N’ayant pas d’inspiration au départ, je me suis lancé dans l’inconnu. C’est souvent de cette manière que l’on finit par trouver les éléments constitutifs de notre travail d’où l’intérêt de cette méthode.

Atelier autour de l'exposition

Désir et appétit

L’exposition ressentie avec la mer bleue douceur.

Le tapis en boule représente  la terre et le doux.

Activité  intéressante et passionnante !

Avec le toucher en le fabricant avec passion.

Impressions sur l’exposition « Bonjour tristesse, désir, ennui, appétit, plaisir » et sur l’atelier

Je n’ai pas vraiment apprécié les œuvres  mais j’ai trouvé les explications des intervenantes très intéressantes car elles nous ont fait percevoir précisément  la démarche des artistes et  ont créé  de véritables histoires autour des œuvres.

Par exemple, la photo de Jirì Kovanda qui pleure en regardant le soleil en face interroge la véritable raison d’être des larmes : émotion sincère ou aveuglement face au soleil ? Une autre photo figure l’attente de l’artiste face à son téléphone. Le problème, c’est que j’ai trouvé le format de ces photos trop petit, empêchant une émotion de nature esthétique.

J’ai été intéressé par les vidéos de John Smith, disposées sur plusieurs téléviseurs et fonctionnant simultanément. Elles racontent des histoires de façon labyrinthique et étrange, mais je n’ai pas eu le temps de m’immerger dans cet univers. J’aime bien l’idée d’un sens caché dans ces vidéos, un peu comme dans les films de David Lynch.

J’ai beaucoup plus apprécié l’atelier autour des collages sur le sens du toucher. Pratiquant moi-même des collages, dans un atelier d’art-thérapie, j’ai été désorienté par cet exercice autour du sens du toucher, je me suis senti perdu et j’ai bien aimé ce sentiment de perte. J’ai fait ces collages en me remémorant des souvenirs d’enfance et d’adolescence. Le papier d’aluminium m’évoquait les sandwichs soigneusement empaquetés de mon enfance, le papier avec les petites bulles me rappelait les colis de CD que je recevais chez moi et qui étaient entourés de ce papier à bulles, que je m’amusais à crever. J’ai été très troublé par cet atelier et j’ai aimé ça, le sens du toucher étant un sens que je n’ai pas développé, privilégiant la vision et surtout l’audition.

Exposition sur les affects

Dans cette exposition, nos cinq sens se révèlent.

Au plus profond de nous, il faut chercher des émotions bien cachées, afin de mettre des mots sur ce que les œuvres nous montrent et nous inspirent.

Un exemple ici de sensation et d’émotion, le film Nous, de Lola Gonzalez :

Face à la projection du film (la vue est un des sens développé ici), nous découvrons plusieurs idées et émotions différentes. Des comédiens nous parlent des sens à développer afin d’apaiser les troubles, dans un milieu naturel de campagne, de verdure.

Cela me donne une impression de soulagement et de liberté. Je ressens ici que la souffrance de l’être humain peut s’apaiser grâce à l’art, à l’ imagination et à l’expression. Nous sommes alors tous à égalité face à nos affects et tout le monde, comme les personnages du film, se retrouve à la fin dans une même maison, partageant les même émotions.

Ce film est percutant et interrogatif à la fois. Quel moment agréable.

Exposition Bonjour tristesse... © Cédrick Eymenier, 2013

Benjamin Swaim

J’ai beaucoup aimé les peintures de Benjamin Swaim. Le travail sur la couleur est riche. L’artiste met une quantité importante de peinture qui donne un volume qu’on ne peut voir qu’en ayant la toile en vrai devant soi. Les couleurs sont belles et demandent elles aussi  plus qu’une photo pour les apprécier.

L’art contemporain n’est pas forcément ma tasse de thé : je n’y connais rien. Néanmoins un autre visiteur m’a fait remarqué que « Le désir » qui se trouve face à « Ulysse » dans l’exposition est sans doute la représentation de l’objectif de l’épopée d’Ulysse : rencontrer Hélène de Troie. J’adhère.

Les représentations d’Ulysse et du désir sont abstraites. Dans l’ensemble je ne me risquerais pas à y reconnaître ici une oreille, là un nez; ça dépend de l’interprétation de chacun. Des ciels forment le fond des tableaux.

Bonjour tristesse, désir, ennui, appétit, plaisir

Bonjour tristesse, désir…

À la Galerie sont exposées les œuvres de plusieurs artistes contemporain. Ils ont mis en place des formes leurs inspirant des sentiments.

En atelier on devait s’inspirer du sens du toucher pour créer des essais. Ces derniers ne s’inspiraient pas obligatoirement des œuvres exposées, mais venaient de ses propres idées.

Exposition Bonjour tristesse... © Cédrick Eymenier, 2013

Dans cette œuvre, l’artiste a mis plusieurs mots : stratégie, réalité, travail, dans une nature sauvage en bord de mer.

L’homme au centre de sa réalisation

L’exposition de mardi dernier est la suite de notre voyage au présent. À savoir : que représentons-nous dans l’univers en tant que conscience ? Plus précisément : sur notre Terre et surtout actuellement.

Regarder, ressentir, toucher, agir, détruire, sauver, modeler, vivre ou survivre.

Ce mouvement artistique nous propose quelque chose de complexe à l’étude : approcher sa conscience personnelle, la tenir dans sa main en quelque sorte ; un exercice volumineux plus ou moins bien ressenti ou compris par le spectateur que l’on est, compte-tenu des écueils présents et des défauts.

La présentation de cette étude est actuelle et intéressante sur le plan artistique compte tenu que l’art représente la conscience et ne la filme pas.

L’éveil est donc important.

Bonjour tristesse, désir, ennui, appétit, plaisir

Que d’émotions !

Jeudi dernier  j’ai visité pour la première fois La Galerie, centre d’art contemporain,  j’avoue que ce fut une découverte et une curiosité.

Car je suis toujours en interrogation devant ce genre d’expression. L’exposition est basée sur les sentiments que l’on peut avoir au cours de son existence et je pense être en symbiose concernant cette expression artistique.

J’ai vu :  « Bonjour tristesse, désir, ennui, appétit, plaisir » à la Galerie  de Noisy-le-Sec.

A la fin de la visite nous avons été en atelier pour exprimer des émotions et ce jour là il était question du toucher. Chaque participant a exprimé ses émotions sur une feuille de papier avec des collages de matières. J’ai bien apprécié ce moment là, car nous avons eu la possibilité également d’ exprimer notre ressenti.

Bonjour tristesse, désir, ennui, appétit, plaisir

 

Expo bonjour tristesse

J’ai aimé les photos et l’atelier, c’était joyeux.

Ce sont des artistes passionnants.

Les paysages sont poétiques.

L’un d’eux offre des bonbons, c’est le plaisir.

C’est des histoires qui peuvent-être tellement réelles…

Bonjour tristesse, désir, ennui, appétit, plaisir

Rêveries

J’ai apprécié cette exposition. Elle me fait penser à quelqu’un dans la solitude de ses pensées face à la nature, qui elle aussi est calme. La boule avec le tapis suggère un rocher dans la mer, qui elle est très agitée.

Cette exposition nous invite à contempler la nature qui s’impose avec ses paysages magnifiques.

Exposition Bonjour tristesse... © Cédrick Eymenier, 2013

Rendez-vous 3.0 « Du bout des doigts »

Présentation par Céline Laneres, chargée du jeune public et de la médiation à La Galerie :

Nous traversons « Bonjour tristesse, désir, ennui, appétit, plaisir », la première exposition d’Emilie Renard, directrice de La Galerie et commissaire de l’exposition, dans le cadre de la saison 2013 – 2014 s’intitulant « Les formes des affects ». Vidéos, photographies, performances en devenir, documents, installations, peintures, objets détournés… Les œuvres parlent différents langages, mais toutes contiennent ou provoquent des émotions.

Des cinq sens dont nous disposons pour appréhender la réalité, nous retiendrons, pour notre atelier, le tactile. Il s’agit d’expérimenter ce sens pour en découvrir toute l’ampleur émotionnelle. Tous les autres sens sont annihilés : le contact au monde ne se faisant que du bout des doigts.

Une grande quantité de matériaux est mise à disposition des participants : soie, plastiques, laine, cuir, aluminium, coton, velours, feutre… Chacun doit composer un tableau tactile en prenant en compte la douceur ou la rugosité, la chaleur, la rigidité et le grain de chaque matériau. La composition peut être narrative ou totalement abstraite, elle se construit selon le souvenir d’une émotion vécue ou le rêve d’une autre.

 

Cet atelier s’est déroulé dans le cadre d’un partenariat entre La Galerie et la Médiathèque autour de l’exposition « Bonjour tristesse, désir, ennui, appétit, plaisir», avec le Centre médico-psychologique et le Centre d’accueil thérapeutique à temps partiel de Noisy-le-Sec.