Archive pour la catégorie ‘Only The Lonely’

L’aigle qui aime les bains

L’aigle demande à sa maman s’il peut sortir dans le jardin et la maman dit oui et le petit aigle sort dehors. Il marche dans la boue, dans une grosse flaque de boue, il saute dedans, il est rempli de boue et il rentre dans la maison où il va prendre un bain…

La serre de la peur

Il était une fois un aigle qui rodait dans la forêt et qui ne mangeait que des lapins. Un jour, un chasseur alla dans la forêt pour se nourrir. Il sentait qu’on  le suivait. Il se retourna, son fusil à la main, puis l’aigle sauta sur le chasseur, lui arracha la tête et porta son corps  dans une grotte en haut d’une falaise puis le mangea. La femme du chasseur le chercha toute la nuit avec  son cheval et soudain, elle vit sa tête par terre, pleura toute la nuit dans son lit. Le lendemain, elle alla le signaler au royaume (à cette époque, il n y avait pas de police) le roi fut étonné qu’une paysanne entre dans son royaume. Mais il fit quand  même une enquête… Accompagné de ses plus grands cavaliers, il alla à la recherche du criminel. Quand à l aigle, il continua  à manger les homme et les lapin…

La cage à oiseaux

Je suis un oiseau. Aujourd’hui  je décore chez moi avec des plumes multi-couleurs en même temps, je jette sur moi et je suis en train de rire comme un petit fou. Après, je suis vraiment fatigué, j’ai décidé de partir en vacances en Afrique, au Mali. J’y suis allé, j’ai pris un hôtel avec une vue géniale et une très grande piscine, juste à côté un grand centre de massage…

L’oiseau et le cygne

Je suis le cygne qui raconte une histoire. J’ai été aspiré par l’aspirateur où j ai trouvé beaucoup d’oiseaux sympathiques.

L’aigle rouge et noir

Bonjour, je vais vous raconter une histoire qui s’est passé au Brésil, le pays du football. J’ai  eu un malentendu avec l’aigle rouge et noir. Alors que j’étais entrain de prendre des photos du match de la coupe du monde de 2014, l’aigle rouge et noir m’a volé  mon appareil photo. Je n’étais pas content. J’ai demandé a tous les aigles que j’ai croisé où était l’aigle rouge et noir. L’aigle tyran m’a dit, il est dans l’arbre près du fleuve. Je l’ai retrouvé, je lui ai arraché sa patte avec un couteau pendant son sommeil. Il s’est réveillé, il voulait me tuer et là j’ai pris mon couteau et je l’ai tué. Son papa me recherchait mais il ne m’a jamais trouvé.

Pattes

Je suis un aigle qui voyage à travers le monde. J’ai voyagé dans 12 pays. Je suis allé en Amérique du Sud, en Argentine. Il y a beaucoup de gens. Au Brésil, beaucoup d’oiseaux et de poissons. Un jour, on m’a attrapé et on m’a mis dans une cage où l’on m’a enfermé. Un an plus tard, ils ont réussi à me dresser pour tuer les souris. Un jour, ils ont voulu me tuer avec un couteau pointu mais j’ai réussi à sortir de la maison.

L’aigle noir

Je suis un oiseau (L’ aigle noir).

Je pense, je pense que je suis  magnifique. Mes détails sont vraiment précis, la caméra est très bien cachée avec ma peinture et aussi ma couleur (rouge et noire). Avec ma patte dorée et noire, je veux vous expliquer que je suis gentil et moi, je pense que c’est une magnifique culture.

Moi, je pense que j’ai tout retenu  sur ce magnifique animal avec ses ailes en feu.

On a confondu avec un Griffon mais bon, mes pouvoirs extraordinaires, ma vitesse, la téléportation… Dans mon troupeau, on me considère comme un roi. Je ne peux pas vivre un jour sans quitter le territoire. Parfois, je le quitte en cachette…

L’oiseau bizarre

Il était une fois un bébé et sa mère qui sont partis sur la lune. Le bébé s’éloignait de plus en plus, la mère s’inquiétait, elle le recherchait partout. Le bébé s’est fait kidnapper par un pirate, elle a demandé l’aide aux extraterrestres.

Ils partent à l’aventure mais la maison est piégée par le pirate avec un serpent magique. le pirate jette un sort : L’oiseau devra avoir des antennes ! Le bébé pleure…

La serre d’or

« Je vais vous raconter mon histoire ».  Il était une fois un oiseau tellement beau que tout le monde le voulait. Il était si mal traité qu’il voulait être libre comme l’air. Un jour, il vit passer un pigeon, il se dit : « Pourquoi moi qui suis si beau, je n’ai pas la liberté ». Le jour suivant, il vit un modeste oiseau, l’oiseau lui dit : « Pourquoi pleures-tu ? ». « Parce que je veux la liberté » dit l’oiseau. « J’ai le pouvoir d’échanger nos âmes »  dit l’autre oiseau. « vraiment ?! S’il te plait, fais-le ! ». « D’accord et voilà, nous avons échangé ta beauté et ma liberté. » « Merci infiniment ». « Et c’est ainsi que finit mon histoire. »

Atelier L’art en blog « À l’écoute des oiseaux d’Emma »

par Anna Principaud, artiste intervenante à La Galerie

L’exposition « Only the Lonely » / »Seuls les solitaires » réunit six artistes : Jonathan Baldock, Cécile B. Evans, Emma Hart, Essi Kausalainen, Nanna Nordström et Maxime Thieffine. Elle a été imaginée par Elina Suoyrjö, commissaire d’exposition finlandaise en résidence à La Galerie d’avril à juillet. Les œuvres réunies dans cette exposition peuvent être vues comme des personnages ou des groupes de personnages. Tel un théâtre, l’exposition accueille comédiens, danseurs… et devient le décor d’étranges rituels. Assemblages dynamiques de différents éléments reconnaissables, les œuvres nous semblent à la fois étranges et familières. Elles nous interpellent. Une œuvre peut-elle me parler ? Puis-je l’écouter ?

Pour cette séance de « L’art en blog », nous approchons les étranges personnages d’Emma Hart. Nous observons comment ils fonctionnent et ce qui les compose. Comme des robots, ils semblent avoir une vie autonome. Parés de leurs plumes d’oiseaux, ils nous observent autant que nous les observons. Ils parlent, ils nous interpellent. Chaque enfant choisit un des oiseaux et dessine les différents éléments qui le composent. À la Médiathèque, chacun invente et écrit l’histoire que lui a raconté l’oiseau.

Ce projet s’est déroulé dans le cadre d’un atelier « L’art en blog », en partenariat entre La Galerie et la Médiathèque Roger-Gouhier le samedi 30 mai 2015 avec des enfants de 6 à 12 ans, autour de l’exposition « Only the Lonely » / « Seuls les solitaires », une proposition d’Elina Suoyrjö, à La Galerie.

 

Atelier d’écriture autour de l’exposition Only the Lonely/Seuls les Solitaires

A l’occasion de la future résidence d’écriture de Barbara Sirieix à La Galerie de Noisy-le-Sec, nous avons réalisé un atelier d’écriture autour de l’exposition Only the Lonely/Seuls les Solitaires. Elina Suoyrjö, la commissaire, a invité Barbara a écrire un texte de fiction sur l’exposition, et a donc proposé un dispositif similaire pour l’atelier : inventer des personnages à partir des oeuvres et les faire dialoguer. L’idée directrice de l’exposition Only the Lonely est d’aller à la rencontre des œuvres de six artistes, des œuvres qui sont autant de personnages qui nous observent autant que nous les observons. Souvent drôles, amusantes ou poétiques, les œuvres-personnages peuvent aussi être maladroites ou mal à l’aise, cherchant à trouver leur place dans la relation au spectateur.

Soft, Textile et Cie

Soft

Soft : Bonjour. T’as une drôle de tête !
Agnès : Hello, je suis Agnès, excusez moi mais moi, je trouve Textile bien aéré.
Textile : tout à fait Agnès. Nous sommes un peu cotonneux…
Agnès : Par moment, j’aimerais bien être dans les nuages comme toi. Mes nano-technologiques travaillent trop.

P : Ca va Coccinelle ? On a choisi la même oeuvre pour s’asseoir, pour se prendre une décharge électrique STP, ne vas pas vite, on dirait un TGV.
Textile : Notre vie est agréable dans ce nid d’ailleurs. Un marsupilami a essayé de s’incruster…
Soft : Et si je venais faire un petit tour avec vous dans votre nuage ?

Agnès

Soft : Bonjour c’est l’aspirateur ! Avec mon gros tuyau noir je peux vous faire disparaître ;
Agnès : Si tu pouvais nettoyer tout ce qui me gêne dans mes programmes, cela me conviendrait, Soft !
Textile : SOS MENAGE ! Vous avez demandé un nettoyage ????????????
Agnès : Oui, après 22 heures car il y a la télé réalité ce soir, ce sont mes techniciens qui m’utilisent pour projeter des émissions décadentes !
Soft : Je voudrais bien vous aider à faire le choix dans votre programme et enlever les pires images de la télé-réalité

Textile

Textile : DEMANDER LE PROGRAMME !!!!!!!!!!!!!
Agnès : Il n’ y a pas de quoi se réjouir en ce moment aux actualités, mais bon, je fais avec !

Coccinelle

Coccinelle : Bonjour Pikatchou. Comment vas-tu ? Que fais-tu dans ton coin ?
Coccinelle : J’ai choisi la même oeuvre car nous sommes frère et soeur. Je ne sais pas pour toi, comment tu vois les choses, mais je suis au fond de la pièce et je peux tout voir : les oeuvres, les personnes qui regardent, tout ce qui se trouve dans La Galerie et en même temps je me repose. Alors je te rassure, je suis plutôt quelqu’un de calme. Je vois au loin un nuage perché là-haut sur des échasses, il semble bien cotonneux.

Pikatchou (P)

Agnès : Je crois qu’il fait les gros yeux. Pikatchou au repos, ça va pas te faire de mal tu sais !
P : Je fais les gros yeux car il y a de l’électricité dans l’R… Alors RRRRRR !?
P : Pikatchou a perdu son maître qui venait l’aider
Coccinelle : Coccinelle est toujours là
P : quelle couleur ?
Coccinelle : Pikatchou, « couleur », je ne vois pas…

Textile : J’envoie le marsupilami…

R

R : Bonjour ! Moi c’est R. Je fais partie de la bande des comédiens. Ils sont partis là et je suis tout seul, là et donc, j’aimerai mieux vous connaître. Allo ? Allo ? Vous m’entendez ?
Coccinelle : R, t’inquiète pas, nous sommes tous là.
P : Vous dormez ????????????????????

Soft : Bonjour. Reçu 5 sur 5. Je peux te rejoindre pour faire partie de ta bande ?
Textile : Ne quittez pas. Le numéro que vous avez demandé n’est plus attribué… tut… tut… tut…
Agnès : Ah, oui, je vous ai vu sur mon écran, vous, les comédiens.
R : Ah je suis content ! Je suis de l’autre côté, je suis une pierre qui tient en équilibre sur une bande grise. Vous avez l’air bien au milieu de tout ce bleu Agnès.
Agnès : Si cela pouvait rester comme cela, oui, car souvent je suis dans la  réalité et les images ne sont pas toujours sympas chez les humains.

R : Textile, vous avez l’air d’aimer faire des blagues au téléphone… Attendez mon téléphone sonne.
Textile : ALLO !!!! Allo !!!!! Le téléphone sonne quand tu n’es pas la…
Soft : Pourtant je suis au bout du fil ?
R : Soft, qu’est ce tu vois au bout de ton tuyau ? Tu me vois derrière les piliers ? Wouhouuuu !
R : Je n’arrête pas de sautiller, j’aimerai tellement que vous me remarquiez. Ils sont partis les autres comédiens et je suis tout seul (soupir).
Agnès : Et bien, viens zapper chez moi quand tu veux R !

R : Quand je regarde le nuage, comment tu t’appelles ? Textile ? C’est ça ? Tu as l’air si calme, ça a l’air chouette tous ces nuages.
Soft : Je te vois enfin  avec mon long tuyau ainsi que Textile que je pourrais atteindre et aspirer un peu de nuages. Accrochez-vous !

Textile : ATTENTION BULLETIN METEO… Risque de pluie… Orages… Et désespoir… Vigilance Rouge.
Soft : Je viens à la rescousse pour enlever le mauvais temps.
Coccinelle : Textile est dans son nuage.
P : en train de dormir.
R : Ah oui c’est ça, tu es tellement long que tu peux traverser toute la salle d’exposition….
Soft : et bien plus loin encore…
P : Et sortir de l’autre coté !
R : Coccinelle ! Je t’ai entendu, tu es aussi dans le bleu ? Il y a un risque d’intempérie par là-bas. Attention !
Coccinelle : R, j’ai des grands yeux donc je te rassure, je vais vite plier bagage.
R : Tu vas fermer les yeux pour éviter la pluie ?
P : et t’endormir ?

P : Je ne suis pas coccinelle
R : Alors, vous vous ressemblez, mais qui est qui ?
Agnès : Moi c’est Agnès. Robote spam dans le bleu !

P : Je suis à La Galerie en train de regarder l’expo l’Impassive Bean Bag
Agnès : Comme d’habitude, Pikatchou !

Textile : Je crois que je vais éternuer… At…Atc… Atch… Atcho… Atchou… Atchoum !!!!!!!
Soft : Et bientôt, les autres nains Prof ou Grincheux
Agnès : A tes souhaits ! Ce ne sont pas comme les miens, j’espère que les humains me garderont encore très longtemps avant de me recycler !
Textile : Je souhaite, je souhaiterais, nous souhaiterions… ATCHOUM… Zut, ne plus être enrhubeeeee… Zut, plus que deux souhaits !
Coccinelle : Voilà que textile s’enrhume. Pourtant, il est dans son petit nuage bien cotonneux, bien chaud.
P : il s’endort dans le froid
R : Ca passe dans le rouge. Les autres nains ? J’ai pas compris Soft, j’en ai pas vu des nains dans l’expo, tu en as vu toi ?
Soft : Non, c’était pour Textile qui éternue. Atchoum !
Textile : Ah t’es venu aussi Blanche Neige… Que du beau monde cet après-midi !
R : J’ai raté un épisode j’ai l’impression…
Soft : Si peu…
Agnès : Je vous donnerai la suite au prochain épisode.
R : Blanche Neige, si elle visitait l’expo, vous pensez qu’elle choisirait quelle œuvre ? Moi je pense que ça serait Textile.
Soft : Pourquoi pas Bean Bag pour s’allonger
P : Mais, où est Zelda ?
Agnès : Ben oui, pour rejoindre son château dans les nuages avec son prince !
P : Sur son cheval.
R : Ah oui non je suis d’accord, le Bean Bag pour qu’elle dorme confort.
Textile : Un jour mon prince viendra… Zut, plus q’un souhait !!!!!!!!!!!!!!!
Agnès : Moi, j’en ai pas, moi !
R : Attention aux pommes
R : T’as pas quoi? Un prince ? Une pomme ? Un nuage ?
Agnès : Oui de prince, je suis obligée de programmer Once open a time pour rêver au bonheur !
P : Zelda a disparu !
Textile : Invite Mario au sec !!!!!!
Agnès : Il est parti avec Lara Croft!
P : et Oncle Bentz est parti faire son riz
Agnès : Et oui la pub, quand tu nous tiens !

Textile : Aux poires et aux scoubidous. Distel est là cet après-midi…
R : On pourrait essayer de chuchoter un peu.
Agnès : k zzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzz !

R : J’aimerais entendre un peu les silencieux.
P : On fait du bruit !

Coccinelle : Les pommes, les poires, les scoubidous, le prince, Blanche Neige, voilà où nous sommes arrivés et Oncle Bentz, Lara Croft…
R : Oui j’ai pas tout compris…

La chambre à air coupée

Exposition Only the Lonely

I1 : Bonjour, qui es-tu étrange personnage ?

C : Je suis la chambre à air de la famille coupée. La personne qui m’a créé est Emma Art, artiste de son état.
Et toi, qui es tu ?

I1 : Moi, je suis un curieux dont le prénom est interrogateur. J’ aimerais mieux te connaitre et te poser des questions. Es-tu d’accord ?

C : Oui, j’aimerais que l’on me connaisse mieux malgré que je sois exposé dans une galerie d’art.

I1 : Je vois sur ton œil des oiseaux. Qu’envisages-tu d’en faire ?

C : Je les regarde pour savoir lequel chasser pour le manger et le digérer grâce à mon tuyau.
Quand je les ai digéré ; j’en chasse d’autres afin de les faire disparaitre.

I1 : Mets tu beaucoup de temps pour les digérer ?

C : Je ne sais pas. Tout dépend de leur taille et du nombre que j’ingurgite simultanément.

I1 : Fais-tu cela tout le temps ?

C : Non, quand je n’ai plus d’énergie, mon œil se ferme et je dors tant que les assistants de mon créateur ne m’ont pas rechargé.
Il faut également qu’ils me déplacent car je ne suis pas autonome dans mes déplacements avec mes trois pieds rigides.

I1 : Qu’espères-tu dans ta vie ?

C : J’espère que la migration des oiseaux se poursuivra afin de ne pas m’ennuyer sur le lieu où l’on m’a déplacé.

I1: Bon, le temps passe de façon agréable avec toi, mais il commence à se faire tard. Je dois partir et j’espère qu’il te reste de l’énergie pour t’occuper.

C : Je te remercie de m’avoir fait découvrir !

L’oiseau dans un nid

Je suis l’œuvre ; je me décris : il y a sur ma tête un nid, des oiseaux qui chantent et des nuages dans une foret à quatre branches.

J’évoque la nature des animaux et des oiseaux qui sont bien dans leurs nids. Je trouve intéressant que les gens me regardent.

Mon ami de la photo  se promène  dans la forêt, je suis content qu’il revienne.

Exposition Only the Lonely

Je suis suspendue

Je suis une poulie solitaire. Je suis une œuvre qui parait amusante, déplacée et fragile parce que les éléments qui me composent  me paraissent en équilibre instable. C’est un de ces éléments qui me compose qui ressemble à une poulie. Je pense que nous ne pouvons pas vraiment séparer notre propre existence de celle des multiples matières qui nous entourent et nous affectent quotidiennement. Je fais partie d’une famille et j’aime bien ma sœur et mon frère.

Je pense que cette œuvre, Crane of the Neck, ressemble à un nuage.

Nous avons en commun une matière comme de l’eau et c’est ce qui nous rassemble.

Exposition Only the Lonely