Archive pour la catégorie ‘Tes mains dans mes chaussures 2/3’

Oeuvres et algorithmes : à la recherche d’une écriture entrelacée

Trouve le scénario caché dans La Galerie.
Cette année, l’enjeu du parcours « Plastimédia » entre la Médiathèque et La Galerie a été d’apprendre les prémices du codage et de l’écriture informatique tout en partant à la découverte de l’exposition « Tes mains dans mes chaussures 2/3″ présentée dans les espaces du centre d’art.
Une classe de CM2 de l’école Carnot a élaboré un scénario, tel un jeu de piste dans les espaces d’exposition, avec la captation de matériaux audio et visuel et une classe de 5e du collège René Cassin a, quant à elle, eu le loisir de poursuivre le codage du jeu sur le logiciel scratch.

Le jeu en plein écran

Impressions tes mains dans mes chaussures

Du début de la visite l’ exposition au mois de septembre

Un chemin se trace en ces quelques mois passés, entre les artistes qui exposent et proposent un partage avec le personnel de La Galerie et le public. Des œuvres se créent , s’installent ou disparaissent selon le temps et l’ action de chacun.

Quand je reviens là en février, je ressens le mouvement de la création, absente pourtant pendant une longue période, des vies ont bougé, déplacé, transformé l’endroit, j’ y vois leur allée et venue, la rencontre de plusieurs personnalités et l’ envie de créer librement.

Le soin de chaque œuvre est apporté quotidiennement, et de nouvelles idées naissent selon les besoins de l’ exposition.

La création d’ un artiste me touche particulièrement , toujours l’ idée de Jean-Charles de Quillacq qui laisse un message sur une de ses œuvres, une affiche avec son numéro de téléphone et le nom de la personne à qui il s’ adresse, dans l’ espoir que son message passe dans la continuité de son partage artistique ici en ce lieu, mais aussi en dehors.

Une autre création encore, les placebos de Béatrice Balcou, quand je les vois ils me donnent envie de les faire revivre, de leur redonner de la matière, j’y ressens un grand respect des sculptures ou tableaux, de l’ art en général.

J’ aime l’idée de performances sur place et de découvrir des sensations inconnues, oser et libérer son imaginaire pour créer, transformer et encore une fois partager.

Moi_même pratiquant des performances dans mon art photographique, un univers qui me correspond.

Atelier autour de l'exposition

L’espace, lieu d’imagination

L’espace de La Galerie permet de nous projeter dans notre imagination. Prenons le temps de regarder quand nous la visitons, que tous ces artistes sont là pour nous permettre de rêver un peu et de sortir du quotidien.

On a vu des petits objets en bois,  un imprimé et une lampe posés à même le sol. Cette fois-ci l’entrée est tapissée d’un sol  en terre craquelée qui rappelle un lieu désertique qui n’a pas été humidifié depuis assez longtemps.

Après nous sommes allés en atelier où l’on nous a donné une feuille, afin de faire des collages avec des photos représentants des  objets de l’exposition. Chaque participant a laissé faire son imagination.

Exposition Tes mains dans mes chaussures 2/3

Inspiration par expo

Mon œuvre vu par moi même.

Cette œuvre a été faite suite à la visite d’une exposition au Petit Palais de Noisy-le-Sec.

Mon inspiration vient de certaines images vues dans cette expo.

J’ai essayé de faire ressortir les formes cubiques, les formes en bois,  les statuts et j’ai entendu la musique des 3 électrophones

Atelier autour de l'exposition

 

C’était une belle surprise

Lors la visite de « Tes mains dans mes chaussures » ce qui saute aux yeux, c’est la plaque d’agile étalée au carrefour des salles. Donc passage obligé vers les salles où sont exposées les œuvres des artistes.

Plusieurs œuvres, allumées par des lampes très originales ont retenu mon attention. Notamment le drap en soie décrivant les élections américaines, étalé devant une lumière en forme d’un vieux casque de plongeur. L’inscription  concernant le temps passé et présent qui sert de marche vers le futur est imprimée en rouge.

Œuvre très colorée, qui montre beaucoup de mouvement, la fluidité et inspire la réflexion.

Exposition Tes mains dans mes chaussures 2/3

 

Continuité

Bonjour, ou plutôt re-bonjour car c’est le deuxième volet de l’exposition: « Tes mains dans mes chaussures ».

Et oui, je suis encore là ! On m’a juste changé de place. Quelques uns sont restés, d’autres sont partis et remplacés par des nouveaux.

Le changement dans la continuité !

Maintenant à côté de moi, sur le sol, un des grands carré de soie, envoyé par l’artiste de l’autre bout du monde, avec son message comme une carte postale.

Exposition Tes mains dans mes chaussures 2/3

Sur des supports carrelés, trois tourne-disques me distraient par leur chanson en trois pistes: vocale, percussions, guitare.

Exposition Tes mains dans mes chaussures 2/3

Il y a aussi plus de lumière, donnée par des lampes design.

Exposition Tes mains dans mes chaussures 2/3

Bonne visite et a bientôt.

Mystère

On entre…

Exposition Tes mains dans mes chaussures 2/3

Il fait chaud le sol est déjà sec, lézardé,  la pluie n’est pas tombée depuis longtemps ! On esquisse un pas, puis deux, le sentiment de s’enfoncer est étrange, notre cheminement nous amène devant des lampes.

L’éclairage est intense et il semble revêtir une certaine importance, soudain une voix s’élève, suivie par des percussions et une guitare…

L’endroit devient de plus en plus mystérieux.

Un vêtement est posé sur le sol. Où est passé son propriétaire ? Un écran ou des gens sont réunis et discutent, ce qui renforce ce climat d’étrangeté.

Les poupées russes

Malgré mon absence à l’exposition, j’ai super bien observé toutes les photos qui ont été prises ce jour-là et développer correctement et, subitement, je suis tombé né à né sur une photo  qui m’a inspiré le titre suivant : Les poupées russe.

Atelier autour de l'exposition

La douceur du film éclairé par le numéro du calme

« Tes mains dans mes chaussures » est une exposition qui se déroule tout l’année.

En ce moment, il y a le volet 2/3 de l’expo. Sur ce volet, il y a certaines oeuvres du volet 1/3 qui ont disparu ou ont été modifiés. Je vais vous présenter l’oeuvre d’Hedwig Houben. 3 platines disposées à différents endroits dans une salle sur les bancs de Laëtitia Badaut Haussmann. Sur une platine se trouve le CD de la voix avec l’inscription « The Voice », sur un autre le son d’une guitare et sur la dernière le bruit des percussions. Cette Bande son m’a rappelé au souvenir d’une rencontre qui m’a beaucoup touchée. Des frissons m’ont traversé le corps tout au long de cet instant magique. Je pourrais rester devant les yeux fermés, à imaginer mon passé vécu ou l’avenir proche que je pourrais vivre tout au long de ma vie.

Grâce à la traduction du texte je me suis vu à la place d’Hedwig Houben devant sa sculpture. La voir évoluer et malheureusement un jour se séparer d’elle comme une  »RUPTURE ». Un instant de tristesse qu’elle nous communique grâce à son œuvre.

Nous vous présentons l’œuvre Liv Schulman qui a fait un court métrage avec un groupe de comédiens amateurs à Noisy-le-Sec qui parle de leurs carrières de scénaristes qui ont du mal à fonctionner. Je trouve ça marrant car il y a plusieurs personnes différentes qui n’ont pas la même réaction à leur problème. Certains deviennent un peu dépressifs, d’autres sont calmes et il y a ceux qui veulent trouver une solution. Dans l’exposition on peut voir les costumes des acteurs, ce qui est super.

 

Salut, aujourd’hui je vais vous parler d’une œuvre que j’ai vu et c’était bien.

Ce sont des boites mais elles ont un nom, elles s’appellent des placebos. Chaque jour, ils changent les boites de place puis ils écrivent des chose sur les boites et puis, ensuite, elles ont été enlevées de l’exposition mais les oeuvres étaient  transformées en impression comme des photos ou des dessins. J’ai préféré les boites car elles avaient l’impression qu’elles étaient en 2D.

 

Je vais vous  présenter l’œuvre de Jean-Charles de Quillacq qui a écrit son numéro de téléphone sur un grand papier. Son numéro pour parler à la curatrice Vanessa Desclaux car c’est elle qui invite les artistes pour les expositions et c’est elle qui crée les expositions.

 

Bonjour, aujourd’hui, je vous donne mon avis sur l’exposition « Tes mains dans mes chaussures » qui se passe à La Galerie de Noisy-le-Sec, je vais vous parler des œuvres de Laëtitia Badaut Haussmann, alors commençons par les foulards. Laëtitia Badaut Haussmann vit en Chine donc chaque mois, elle envoie des foulards à La Galerie où il y a écrit des mots ou alors des phrases. Cela m’intéresse beaucoup. Les mots sont écrits en anglais, je pense que les mots sont ses ressentis du moment où alors ce qu’elle pense de la vie. Moi, maintenant, on va s’intéresser à son œuvre, enfin ses œuvres, ce sont des lampes très design et très originales, j’adore.

 

Deniz, Fanny, Jade, Maelys et Wendy

Tes mains sont devenues mes gants

On est allé en bas et on a vu un vidéo projecteur qui projetait des images. J’ai vu un dessin de balançoire et on a vu des constructions en bois et on a regardé un cadre, il y avait des nervures de bois qui nous donnaient l’impression de quatre yeux de chaque côté et un au milieu avec un sablier. En face, un numéro est apparu, c’est pour communiquer avec Jean-Charles et sa copine. Il a effacé l’image.
Kamel & Maxime

On est allé à La Galerie, Charles a disparu et la lumière est comme une lentille. On est allé à la médiathèque.
On s’est fait des amis à La Galerie.
J’ai vu un nombre, un numéro de téléphone…
Le tapis pleure et les craies sont comme le corps.
Adam & Maïa

Au début, on est descendu au sous- sol et on a fait un petit jeu qui consistait à voir ce qui avait changé. Puis on a vu une vidéo avec des écritures et des dessins. Ensuite on est remonté en haut et on a vu des œuvres en bois et on a différencié les lumière et on a dit ce que l’on a pensé.
Après, on a observé les cartels. Il y avait un nom « Laëtitia Badaut » et il y avait la date qui était de 2005 et 2016, aussi il y avait des noms de designer et on est parti à la MéDIATHèQUE.
Ema & Aïnhoa