Archive pour la catégorie ‘Atelier’

Mes mains et mes yeux autour de la chose bleue

Elicia

Mes mains et mes yeux ont ressenti une émotion différente. Mes yeux ont ressenti du repos, de la stratégie, de la confiance en soi mais mes mains ont ressenti une pâte molle et une sensation qui dé-stresse ma sculpture et une étoile de mer. J’ai adoré l’activité.

Adam

Mes yeux ont regardé une image et mes mains ont fabriqué une sculpture de serpent sans m’en apercevoir !

Illyass

Moi, j’ai fait une sculpture et j’ai regardé des images. Mon oeil a vu un texte et j’ai aperçu longtemps une forme qui sert à réfléchir. Cette forme, ça n’existe pas !

Yassine

Moi, mes mains ont fait une forme. Je ne savais pas que ça allait faire cette forme. Et aussi, j’ai fait une forme de bouchon.

Naré

J’ai trouvé ça dur, c’est venu comme ça.

Amin

Moi, mes mains ont ressenti quelque chose que mes yeux n’ont pas ressenti. Mes mains ont été dérangées parce que la pâte s’échappait de mes mains. Mes yeux ont découvert un long serpent bleu furieux mais ça peut être aussi une barbe.

Jade

Moi, mes mains ont ressenti que la pâte à modeler était dure et j’ai trouvé que c’était trop long. Et, j’ai fait un œuf.

Bintou

La pâte à modeler s’écrase sous les doigts, j’ai aimé, c’était un peu dur, j’étais contente. J’ai fait un serpent avec mes mains pourtant mes yeux regardaient un film…

Ecouter

Nous sommes tous réunis dans cette pièce où  pendant 20 minutes nous expérimentons l’écoute d’un morceau expérimental. La sensation est étrange pour moi, en effet, je trouve le morceau trop aiguë comme si un diapason résonnait de façon continue dans mon oreille.

Le deuxième morceau   nous transporte pendant 10 minutes dans une autre dimension que j’ai qualifié de Twilight Zone. La batterie assène des coups et vient briser le mur qui nous sépare de ce monde. Des voix semblent dialoguer entre elles.

Dans mon quartier bruyant

Dans mon quartier bruyant

elle rencontre un homme dont elle était terriblement amoureuse

avec le président.

 

Dans la cuisine qui sent le thé

il regarde la télé

avec la solitude son seul ami

 

Dans cette gigantesque médiathèque

il mange des pommes

avec mon chien et mon copain imaginaire

 

Dans la médiathèque

il va dans ma salle de bain

avec insistance

 

Dans une bulle de bonheur enfermé dans un cocon d’amour

on joue au foot

avec son frère

 

Chez Lidl

il se baigne en maillot de bain

avec joie et frénésie

 

Dans ma chambre noire

il va dans ma chambre

avec mon meilleur copain

 

Dans mon placard parfumé au poivre noir

je l’invite à boire à l’apéro

avec Emmanuel Macron

 

Dans le paradis ensoleillé

les pigeons font leur nid d’hiver

avec plein d’amour.

 

Dans le club de foot

elle cherche inlassablement

avec mon prof de maths

 

Ma chambre en bazar

j’essaye de voir

avec son copain.

 

Dans un lycée sombre plein de mousse

j’imagine la fin du monde

avec moi

 

Dans le salon à l’endroit ou je joue à la Play

Elle rencontre la petite souris

avec des idée joyeuses

 

Dans le salon avec le canapé rouge

il ne doit pas toucher à mes livres

avec précision

Un atelier d’inspiration

Suite à notre dernière visite de l’exposition « Tes mains dans mes chaussures » troisième partie, nous avons eu la chance de rencontrer et travailler avec l’artiste lors d’un atelier d’inspiration.

Achim  nous a permis de créer un recueil d’impressions à partir des partitions et inspirations individuelles autour d’un thème de La Galerie. Les moyens utilisés ont été un feuille de papier puis pour la typographie, des tampons divers et variés.

Le résultat fut très apprécie et rassembleur.

Atelier autour de l'exposition Atelier autour de l'exposition Atelier autour de l'exposition

 

Caractères transformés en dessin

La Galerie nous accueille pour le dernier trimestre et nous avons le privilège d’avoir comme artiste Achim qui nous explique sa méthode de travail. Si vous souhaitez en savoir plus, venez à La Galerie pour faire plus ample connaissance avec cet artiste.

Une table, des chaises, voilà qu’on s’installe. Dans une boîte en bois des caractères d’imprimerie sont à notre disposition pour pouvoir nous exprimer à travers des lettres sur une feuille blanche. A la fin de l’atelier on voit même des mains habillés de gants imprimés de caractères, des dessins par exemple un petit bonhomme. Nous avons exprimé tout notre savoir faire avec des petits riens.

Atelier autour de l'exposition

Atelier autour de l'exposition

L’art contemporain

J’ai commencé l’atelier avec une feuille de papier et ensuite avec des tampons qui vont avec des lettres et aussi  j’ai mis des gants pour ne pas se tacher les mains.

J’ai commencé à tamponner des mots ou des lettres pour  faire des phrases.

Atelier autour de l'exposition

Une journée dans l’imaginaire

Cette journée passée à La Galerie d’art contemporain fut un moment surprenant. Ma préférence va à l’activité que l’on a fait avec des tampons encreurs. On s’est beaucoup amusé, entre créativité et amusement.

L’artiste, Achim Lengerer et la responsable de La Galerie nous ont merveilleusement accueilli et ont su nous amener dans leur univers.

Atelier autour de l'exposition

 

Ressenti

Expo étrange dérangeante provocante parlante mais l’expression ne laisse pas indifférent, c’est le pari de l’artiste de tous les artistes me direz vous… Il faut un moment de recul après cette imprégnation pour essayer de comprendre la démarche.
L’atelier nous renvoie a l’utilisation de la typographie dans un moment ludique : des lettres des mots  pour exprimer des sensations. Nous tamponnons et marquons de notre empreinte le papier.

Atelier autour de l'exposition

Oeuvres et algorithmes : à la recherche d’une écriture entrelacée

Trouve le scénario caché dans La Galerie.
Cette année, l’enjeu du parcours « Plastimédia » entre la Médiathèque et La Galerie a été d’apprendre les prémices du codage et de l’écriture informatique tout en partant à la découverte de l’exposition « Tes mains dans mes chaussures 2/3″ présentée dans les espaces du centre d’art.
Une classe de CM2 de l’école Carnot a élaboré un scénario, tel un jeu de piste dans les espaces d’exposition, avec la captation de matériaux audio et visuel et une classe de 5e du collège René Cassin a, quant à elle, eu le loisir de poursuivre le codage du jeu sur le logiciel scratch.

Le jeu en plein écran

Impressions tes mains dans mes chaussures

Du début de la visite l’ exposition au mois de septembre

Un chemin se trace en ces quelques mois passés, entre les artistes qui exposent et proposent un partage avec le personnel de La Galerie et le public. Des œuvres se créent , s’installent ou disparaissent selon le temps et l’ action de chacun.

Quand je reviens là en février, je ressens le mouvement de la création, absente pourtant pendant une longue période, des vies ont bougé, déplacé, transformé l’endroit, j’ y vois leur allée et venue, la rencontre de plusieurs personnalités et l’ envie de créer librement.

Le soin de chaque œuvre est apporté quotidiennement, et de nouvelles idées naissent selon les besoins de l’ exposition.

La création d’ un artiste me touche particulièrement , toujours l’ idée de Jean-Charles de Quillacq qui laisse un message sur une de ses œuvres, une affiche avec son numéro de téléphone et le nom de la personne à qui il s’ adresse, dans l’ espoir que son message passe dans la continuité de son partage artistique ici en ce lieu, mais aussi en dehors.

Une autre création encore, les placebos de Béatrice Balcou, quand je les vois ils me donnent envie de les faire revivre, de leur redonner de la matière, j’y ressens un grand respect des sculptures ou tableaux, de l’ art en général.

J’ aime l’idée de performances sur place et de découvrir des sensations inconnues, oser et libérer son imaginaire pour créer, transformer et encore une fois partager.

Moi_même pratiquant des performances dans mon art photographique, un univers qui me correspond.

Atelier autour de l'exposition

Inspiration par expo

Mon œuvre vu par moi même.

Cette œuvre a été faite suite à la visite d’une exposition au Petit Palais de Noisy-le-Sec.

Mon inspiration vient de certaines images vues dans cette expo.

J’ai essayé de faire ressortir les formes cubiques, les formes en bois,  les statuts et j’ai entendu la musique des 3 électrophones

Atelier autour de l'exposition

 

Les poupées russes

Malgré mon absence à l’exposition, j’ai super bien observé toutes les photos qui ont été prises ce jour-là et développer correctement et, subitement, je suis tombé né à né sur une photo  qui m’a inspiré le titre suivant : Les poupées russe.

Atelier autour de l'exposition

Aborder l’art de differentes façons

Dans le cadre de ma formation, cette exposition était très enrichissante. La présentation des lieux et des artistes étaient nécessaires pour comprendre la démarche. L’art contemporain est surprenant! Grâce aux explications du guide j’ai pu regarder et apprécier les sculptures . J’ai passé un très bon moment. L’atelier a permis une continuité ou nous avons pu être acteur et dessiner notre objet fétiche.

Exposition Tes mains dans mes chaussures 1/3

 

 

MES MAINS SUR L’APPAREIL PHOTO

L’expo s’intitule « Tes mains dans mes chaussures ». En ce qui concerne les miennes, je les ai utilisées pour prendre des photos.

Je déambule dans La Galerie, je m’aperçois que des artistes ont installé des boîtes, des cubes à même le sol au hasard ou pas,  je m’interroge. Pourquoi ?

Un artiste a photographié les meubles, les objets de sa chambre et les a reproduit dans une pièce de La Galerie tout en gardant une pénombre continuelle.

Voici un petit résumé de la visite. Puis après nous sommes allés en atelier pour dessiner un objet qui nous tient à cœur et en donner le sens.

Exposition Tes mains dans mes chaussures 1/3

Mes mains dans tes chaussures

Les animateurs de la médiathèque et de La Galerie ont eu pour mission de conserver les œuvres des artistes en résidence à Noisy-le-sec.

Ils nous ont expliqué qu’ils respectaient de leur mieux les consignes données. Nous pouvions les voir tels qu’ils étaient à l’état initial.

Cela a été fort intéressant.

Exposition Tes mains dans mes chaussures 1/3

Ensuite, un atelier portant à la fois sur des objets qui comptent beaucoup pour nous et le même sujet que présente la saison 2016-2017 de La Galerie.

Nous avons ainsi dessiné les objets sur lesquels portent notre attention et leurs procédés d’entretien.

Cela a été très plaisant.

Atelier autour de l'exposition

Suspendu

Jamais art sans cosmos

Étoile entre-deux et doute

Et pourquoi la frontière vole ?

Le voyage est comme des arts flous

L’incertitude pense comme le vent

La plage est comme des nuages étrangers

L’incertitude touche comme le voyage

Jamais évasion sans question

Flotte comme un entre-deux bleu

L’art est comme des questions perdues

Inconscient est inconnu

Les limbes sont surprenantes

Art est bizarre

Les mots bonhommes

Les Limbes est une exposition collective imaginée par Caterina Riva et réunissant le travail de cinq artistes: Tahi Moore, Alicia Frankovich, Felix Melia, Flora Hauser et Renato Leotta.
Chacune de leurs œuvres propose une expérience de déplacement : un changement de position faisant de la distance entre deux points un nouveau territoire à découvrir.
L’idée de déplacement est indubitablement liée à celle du langage. Passer d’un monde à un autre implique donc un changement de langage, qu’il soit linguistique, physique ou visuel.
Dans cet atelier nous allons nous interroger sur la traduction de nos ressentis par l’intermédiaire de signes mêlant images et émotions.
Chaque enfant propose ici un commentaire émotionnel de sa visite de l’exposition.

Ça me donne http://www.fakenamegenerator.com/smiley/3_14_32_0_-1_0_1_0_0.gif de bricoler.
Ça me donne  d’explorer le http://www.fakenamegenerator.com/smiley/5_54_16_0_-1_0_1_0_0.gif, de découvrir de nouveau .
Nino et Adriane

Ça me donne envie de découvrir http://www.fakenamegenerator.com/smiley/0_34_32_0_0_0_0_0_0.gif de notre planète et de sauver les animaux qui vont bientôt disparaître pour sauver notre http://www.fakenamegenerator.com/smiley/4_2_1_0_0_0_0_0_0.gif http://www.fakenamegenerator.com/smiley/7_55_10_0_0_0_0_0_0.gif
Jonas

http://www.fakenamegenerator.com/smiley/2_83_6_0_0_0_0_0_0.gif
http://www.fakenamegenerator.com/smiley/2_84_64_0_0_0_0_0_0.gif
c’est comme des montagnes http://www.fakenamegenerator.com/smiley/22_92_6_0_0_0_0_0_0.gif
http://www.fakenamegenerator.com/smiley/2_31_30_0_0_0_0_0_0.gif
http://www.fakenamegenerator.com/smiley/0_47_63_0_0_0_0_0_0.gif
http://www.fakenamegenerator.com/smiley/10_26_87_0_0_0_0_0_0.gif http://www.fakenamegenerator.com/smiley/11_26_63_0_0_0_0_0_0.gif
Maïra

C’est comme des http://www.fakenamegenerator.com/smiley/6_23_73_0_0_0_0_0_0.gif http://www.fakenamegenerator.com/smiley/6_91_74_0_0_0_0_0_0.gif http://www.fakenamegenerator.com/smiley/6_85_62_0_0_0_0_0_0.gif
http://www.fakenamegenerator.com/smiley/6_84_85_0_0_0_0_0_0.gif
http://www.fakenamegenerator.com/smiley/22_3_65_0_0_0_0_0_0.gif
http://www.fakenamegenerator.com/smiley/22_3_6_0_0_0_0_0_0.gif http://www.fakenamegenerator.com/smiley/11_83_91_0_0_0_0_0_0.gif http://www.fakenamegenerator.com/smiley/3_12_34_0_0_0_0_0_0.gif
Lucine

Ça me donne envie de faire des œuvres d’art.
http://www.fakenamegenerator.com/smiley/3_26_1_0_0_0_0_0_0.gifhttp://www.fakenamegenerator.com/smiley/3_12_1_0_0_0_0_0_0.gif
Lucas

Ça me donne envie de http://www.fakenamegenerator.com/smiley/1_53_97_0_0_0_2_0_0.gif et ça me donne envie http://www.fakenamegenerator.com/smiley/23_10_28_0_0_0_2_0_0.gif tous !
Houda

Ça me donne envie http://www.fakenamegenerator.com/smiley/16_26_61_0_0_0_2_0_0.gif http://www.fakenamegenerator.com/smiley/17_19_32_0_0_2_0_0_0.gif d’ escalader les montagnes ! http://www.fakenamegenerator.com/smiley/13_53_35_0_0_0_2_0_0.gif
Anis

Ça me donne envie d’aller dans le http://www.fakenamegenerator.com/smiley/10_26_87_0_0_0_0_0_0.gif d’un http://www.fakenamegenerator.com/smiley/13_34_83_0_0_0_0_0_0.gif.
Ethan

Un http://www.fakenamegenerator.com/smiley/13_2_31_0_0_0_0_0_0.gif dans http://www.fakenamegenerator.com/smiley/10_0_0_0_0_0_0_0_0.gif sur http://www.fakenamegenerator.com/smiley/2_0_0_0_0_0_0_0_0.gif il prend des http://www.fakenamegenerator.com/smiley/21_0_0_0_0_0_0_0_0.gif, les http://www.fakenamegenerator.com/smiley/9_2_71_0_0_0_0_0_0.gif http://www.fakenamegenerator.com/smiley/5_2_71_0_0_0_0_0_0.gif http://www.fakenamegenerator.com/smiley/3_2_71_0_0_0_0_0_0.gif http://www.fakenamegenerator.com/smiley/10_2_71_0_0_0_0_0_0.gif http://www.fakenamegenerator.com/smiley/6_2_71_0_0_0_0_0_0.gif ramène une http://www.fakenamegenerator.com/smiley/13_11_1_0_0_0_0_0_0.gif pour le rapporter sur la http://www.fakenamegenerator.com/smiley/13_34_83_0_0_0_0_0_0.gif terre.
Rayan

Rendez-vous 3.1.10

Épi de blé aveugle

Visite de l’exposition « Hypernormandie » de Pierre Joseph :

Céline nous présente le procédé de l’artiste :

Répétition de la même photo faite avec le même appareil photo numérique, en automatique : un champ de blé. Au départ, je crois que c’est la même.

Il y a une quinzaine de photos qui à priori se ressemblent toutes. En m’approchant, je constate des différences ici ou là, une feuille verte, une plante « pas épi de blé » qui pousse, fière au milieu de ce champ uniforme, un coquelicot qui fleurit, tranquille. J’ai à la fois envie de plonger dans ce champ de blé, et aussi une sensation de froideur, de mêmeté qui me donne envie de chercher les différences, et si je n’en trouve pas, de m’enfuir.

Exposition Pierre Joseph – Hyper-normandie

Les expériences proposées par Céline nous font ressentir la difficulté de se sentir en confiance pour se déplacer dans l’espace en aveugle avec un guidage rapproché ou à distance de l’autre, ou encore plus déroutant mais assez agréable, être guidé par l’autre et utilisé comme rétine, comme appareil photo de l’autre.

Atelier de dessin en aveugle avec un guide :

Ce moment a été très prenant et surprenant : lorsque j’ai guidé mon binôme, je n’avais pas conscience de la concentration et de la fatigue que cela lui demandait, et j’ai pris beaucoup de plaisir à peindre en utilisant G comme pinceau.

Lorsqu’à son tour, elle m’a utilisé comme pinceau, j’ai pris beaucoup de plaisir à le faire et la découverte du résultat final m’a beaucoup plu et intriguée . Comme si des impressions de l’expo s’étaient inscrites dans ma mémoire, et j’ai découvert une fleur, et des plantes que je ne pensais pas avoir dessinées.

Atelier autour de l'exposition

Rendez-vous 3.1.9

Les champs de blé

J’ai ressenti la sensation de me promener dans un champs de blé, lorsque j’ai visité l’exposition. Je me suis rendu compte que toutes les photos n’étaient pas pareilles, car en regardant de plus près, je me suis aperçu que dans les champs de blé il y avait des coquelicots et des brins d’herbe, et j’ai vu aussi des criquets dans plusieurs œuvres d’arts.

Exposition Pierre Joseph – Hyper-normandie

Quand je suis passé dans la phase suivante de ma visite à La Galerie, on a fait un jeu qui s’appelle l’aveugle : se tenir par la main et de se regarder en même temps dans les yeux et aussi on a fait l’expérience de guider son prochain à marcher les yeux fermés avec un bâton et de le guider un peut partout dans une pièce.

Atelier autour de l'exposition

Rendez-vous 3.1.7

Un duo suite à la visite de l’exposition « Hypernormandie » !

Durant l’exposition, j’étais perdu par le nombre de photographies ayant beaucoup de points communs, mais se différenciant par des détails égarés dans celles-ci. De temps en temps, je m’apercevais que certaines avaient été prises du même endroit avec une légère rotation.

Exposition Pierre Joseph – Hyper-normandie Exposition Pierre Joseph – Hyper-normandie

Après cette exposition et avant l’atelier, une sorte d’échauffement à eu lieu pour s’habituer à travailler en aveugle guidé par une deuxième personne.

Atelier autour de l'exposition

L’atelier était intéressant car il permettait de construire un dessin par l’intermédiaire d’une deuxième personne qui servait de main. Comme la main ne voyait pas ce qu’elle faisait et que nous ne devions  pas intervenir ; cela donnait l’image d’une personne n’ayant pas de membres supérieurs et guidant une personne malvoyante. Cela créait un certain effet comique en raison des maladresses occasionnées provoquant un attendrissement.

Atelier autour de l'exposition

 

Rendez-vous 3.1.6

Visite à La Galerie

On a visité à La Galerie une exposition sur des champs de blé, des champs à perte de vue. Les photos étaient prisent de haut, on ne voyait que le champs de blé, j’ai beaucoup aimé la présentation.

On a fait des jeux, par deux : l’un servait de robot, l’autre le guidait pour prendre des photos, avec les yeux fermé, c’était impressionnant. Il a eu aussi le bâton : toujours par deux, l’un dirigeait l’autre.

Pour terminer, on a dessiné les yeux fermés un épi de blé. C’était prenant, on se laissait guider par l’autre…

Atelier autour de l'exposition

Rendez-vous 3.1.4

Dessiner sans voir

L’expo ne m’a pas du tout plu mais l’activité était très bien.  Les images des champs de blé étaient ennuyeuses.  J’ai particulièrement apprécié la séance de dessin à l’aveugle et à deux : celui qui dessine ne voit pas et il se fait aider par quelqu’un pour le dessin et les couleurs.  Il me semble que dessiner sans voir donne des résultats plus intéressants.  On sort du cadre du dessin et cela n’est pas gênant au contraire cela le met en évidence.

Atelier autour de l'exposition

Rendez-vous 3.1.3

L’épi

Quel plaisir d’être ensemble autour de cet atelier.

Chacun se prête au jeu du duo autour du dessin d’un épi de blé. La direction des opérations est confiée à l’autre qui nous oriente, nous guide dans cette création unique…

Les yeux fermés, nous entrons dans une autre dimension… À droite, en haut, à gauche, plus bas… Mise en couleur…

Le résultat nous surprend. Mais à qui appartient cette création ?

Atelier autour de l'exposition

 

Rendez-vous 3.1.2

La photographie dans l’art contemporain

C’est mardi 16 janvier 2016 que je suis allé au Rendez-vous 3.0 en observation, même si j’ai pratiqué comme les autres, pour découvrir l’atelier d’art contemporain avec le CATTP et le CMP.

Dans le centre d’art proche de la médiathèque de Noisy-le-Sec, appelé La Galerie, nous avons découvert l’exposition de Pierre Joseph intitulée « Hypernormandie ».

Il s’agit de photos de champs de blé affichées aux murs blancs, sans cadre. Le fait que le champ soit à perte de vue crée une dynamique d’infini et l’automatisme de la récolte font que tout se rapporte à la photographie numérique qui est elle aussi automatique et infinie.

Pour coller à la thématique, nous avons fait un atelier en binôme qui se résumait à guider son partenaire à l’aveugle c’est-à-dire qu’une des deux personnes fermait les yeux et l’autre la guidait d’abord en la tenant avec les mains puis ensuite avec un bâton.

Nous avons aussi expérimenté de se regarder droit dans les yeux pendant une minute ce qui n’est pas aussi simple que ça en à l’air car la sensation est très gênante.

Une des parties de l’atelier consistait à dessiner à l’aveugle avec les indications de notre partenaire de façon à ce que la seule chose qui nous guide et nous relie soit la voix du partenaire ayant les yeux ouverts. Le rapport avec la photographie se trouvait dans la persistance rétinienne (notre faculté à garder en mémoire ce que l’on a vu précédemment) que nous avons utilisé quand nous devions dessiner, en particulier des épis de blé qui, je le rappelle, constituaient le sujet des photographies de l’exposition.

Je n’ai pas été particulièrement touché par les œuvres, qui me semblaient étranges (peut-on appeler cela de l’art ?) mais l’expérience de dessiner sans regarder a été, pour moi, assez enrichissante.

Atelier autour de l'exposition

 

 

Rendez-vous 3.1.1

Analyse de la visite et de l’atelier autour de l’exposition « Hypernormandie » de Pierre Joseph

Hier, j’ai assisté à l’atelier d’art contemporain de La Galerie. C’était surprenant, même si j’ai vraiment un problème avec l’art contemporain, j’ai pu apprécier à sa juste valeur ce moment.

Nous avons parlé de l’œuvre de Pierre Joseph et puis ensuite, on a reproduit le mécanisme d’un appareil, en groupe de deux. Ensuite, grâce à des feuilles et des feutres, toujours a deux , nous avons dessiné à l’aveugle.

Nous avons remarqué que certaines choses que nous n’aurions jamais pu dessiner en voyant sont apparues. Grâce à l’atelier à deux, nous avons pu découvrir ces sensations et en faire une œuvre.

Malheureusement, j’ai trouvé les commentaires sur l’œuvre un peu tirés par les cheveux, mais c’est normal pour une œuvre d’art contemporain qui est surtout une collection de photo d’épis de maïs.

Exposition Pierre Joseph – Hyper-normandie

 

Rendez-vous 3.0 « Je suis ta rétine »

Autour de l’exposition « Pierre Joseph – Hyper-normandie »

“Hypernormandie” est une exposition de photographies de champs de blé. Pour produire ces images et de façon parfaite et illimitée, l’artiste Pierre Joseph utilise la haute technologie de la photographie numérique. L’hyper efficacité du numérique impose son rythme au paysage.

La photographie permet de prolonger son corps par un mécanisme puissant plus efficace, plus productif que ne le sont le bras, l’œil ou même le cerveau humain. Sans disposer de ce type de matériel, nous testons le prolongement du corps par une autre méthode. Par exemple, un outil très élaboré : le corps d’un autre. Par groupe de deux, l’un donne des ordres à l’autre. Les yeux bandés, il devient son outil. Tous deux élaborent une œuvre plastique commune inspirée des champs de blés de Pierre Joseph. Les rôles seront ensuite inversés.

 

La vie de la nature

Ten pictures

Ronald

Le bois, du clair au foncé.

Blanc comme dur

Building illusion

Les Sœurs Blanches

Atelier L’art en blog – Premiers sentiments sur les blés

L’exposition « Hypernormandie » présente deux séries de « photographies sans fin » d’un paysage sans fin, sans ciel, sans sol, sans fond : des champs de blé à perte de vue, éclairés d’une lumière uniforme, dont les épis sont tous quasiment identiques, poussant au même rythme jusqu’à une même hauteur. L’artiste, Pierre Joseph, a fait le choix d’un protocole de prise de vue et d’impression laissant une grande part aux préréglages (mode automatique) des différents appareils. L’accrochage est élémentaire, le nombre de tirages photographiques étant déterminé par la longueur des murs de l’espace d’exposition.

L’atelier est l’occasion de faire l’expérience de cette proposition particulière et de prendre conscience de son caractère immersif. La visite se fait en autonomie : seul_e et en silence. Une zone temporaire d’échange est délimitée au centre de La Galerie : les phases d’exploration solitaire sont entrecoupées de temps de discussion qui permettent de mieux comprendre la démarche de l’artiste. On aborde des notions clés d’analyse de l’image : le cadrage, le champ et le hors-champ, les différents plans… Nous repérons l’effet de série, de répétition, les légères variations. Quels sentiments ressentons-nous dans cet espace ? Parmi une longue liste d’adjectifs, les enfants en entourent trois qui correspondent le plus à ce qu’ils ressentent. Ils découpent les mots et les collent sur une reproduction d’une photo de l’artiste. A la médiathèque, chacun écrit un texte pour nous raconter pourquoi il a ressenti ces émotions dans l’exposition.

Premiers sentiments sur le blé

Oussoumane


J’ai étais attentif  à tous les détails des champs de blé. Je me suis senti calme parce qu’on a fait la visite sans parler et seul. Je me sens impressionné par ce que j’ai vu, par l’exposition car il y avait la répétition de la même image. Je n’avais jamais vu ça ailleurs.

Mughees


Je me sentais calme car j’étais impressionné et je me sentais bien. J’étais impressionné parce que je n’avais jamais remarqué ce que Anna nous a dit. J’étais tranquille car je m’amusais bien.

Nigarish


Libre : j’ai choisi libre parce que personne ne nous dérangeait.
Calme : parce qu’on entendait aucune voix.
Détendue : parce que personne nous embêtait.

Lina


Je me suis sentie étonnée parce que je m’attendais à ce que tous les épis de blé soient pareils et en fait ils étaient différents. Je me suis sentie attentive pour arriver à voir tout ce qu’il y avait dans les images. J’ai trouyé que c’était créatif et ça m’a donné envie de faire pareil, j’étais inspirée! J’aurai photographié moi différentes sortes de fleurs.

Théodore


Je me sens égal, impressionné et scotché : c’est bien fait, moi aussi, je suis créatif, j’aimerai bien construire des statues. Je suis impressionné par les photos parce que le photographe a fait de jolies photos.

Adama


Je me sens calme, j’ai choisi ce mot parce que quand j’étais devant les tableaux je me suis senti tout seul avec du blé. Puis je me suis senti CONTENT parce que j’étais avec des personnes gentilles.
Et joyeux parce que j’étais avec toutes ces personnes et après ça c’est passé super bien !

Mohamed-Amine


Bouche Bée : blé
Distrait : parce qu’essayer d’écouter le blé bouger. Pour moi le blé a bougé.
Ahuri : parce que j’étais content

Matoumani


Attentif : J’étais attentif d’écouter et de chercher des mots qui vont parler de blé.
Calme : parce que le blé ne bouge pas.
Impliqué : parce que je me suis senti comme ce champ de blé.

Méline


Intéressée : Je me suis senti intéressée parce que je voulais en savoir plus sur tous ces champs de blé.
Etonnée : J’étais étonnée parce que j’ai découvert que dans les blés il y avait d’autres plantes : des herbes et d’autres plantes.
Attentive : Je devais être attentive pour bien comprendre les images.

Rendez-vous 3.0.3

Expo et vandalisme

La première chose qui frappe en entrant dans La Galerie, c’est le pot de fleurs magnifique installé sur une colonnade de type grec. Ensuite, ce qui est intriguant, c’est la table blanche légèrement ondulée ; en la regardant, on peut avoir des sensations de vertige.  Les deux sculptures sur le tapis de laine étaient très belles.  Une télévision installée sur un socle montrait des images brouillées. Un grand panneau étaient entièrement couvert de post-it de toutes les couleurs avec des mots inscrits sur chacun d’entre eux.

Exposition Problèmes de type grec

Ensuite, on a fait un atelier créatif très rigolo.  On est devenu des acteurs déguisés en cambrioleurs pour venir vandaliser l’exposition. On portait chacun des masques blancs avec des foulards, et sur des cartels, on a inscrit des mots qui détruisent le sens de l’exposition ; en fait, on a renommé les œuvres.

Atelier autour de l'exposition

Rendez-vous 3.0 « Vandalisme »

Autour de l’exposition « Problèmes de type grec »

Comment se placer, prendre la parole, exister, dans un groupe ou un environnement ? “Problèmes de type grec” réunit douze artistes avec des œuvres qui prennent la forme d’objets, de mots, de paroles ou encore de gestes. Ces œuvres doivent-elles être utiles? Les mots doivent-ils signifier quelque chose pour exister ? Dans le cadre préservé d’une exposition, les œuvres sont chez elles. Elles se présentent en groupe sous l’égide d’un titre.

Nous intervenons directement sur l’exposition par des actions précises : réalisation de nouveaux cartels faits à la main, une affiche propose un nouveau titre pour l’exposition, des commentaires et des poèmes énoncés à haute voix et des petites interventions sur les œuvres.

Pour remettre en question les œuvres dans ce que nous percevons d’elles, pour fragiliser leurs existences à La Galerie, nous inventons des réponses directes, poétiques, irréfléchies, absurdes ou sensibles aux œuvres. Prenant comme marche-pied la provocation, nous les vandalisons un peu pour oser les affronter. Masqués, nous jouons tout cela sous l’objectif de la caméra.

L’aigle qui aime les bains

L’aigle demande à sa maman s’il peut sortir dans le jardin et la maman dit oui et le petit aigle sort dehors. Il marche dans la boue, dans une grosse flaque de boue, il saute dedans, il est rempli de boue et il rentre dans la maison où il va prendre un bain…

La serre de la peur

Il était une fois un aigle qui rodait dans la forêt et qui ne mangeait que des lapins. Un jour, un chasseur alla dans la forêt pour se nourrir. Il sentait qu’on  le suivait. Il se retourna, son fusil à la main, puis l’aigle sauta sur le chasseur, lui arracha la tête et porta son corps  dans une grotte en haut d’une falaise puis le mangea. La femme du chasseur le chercha toute la nuit avec  son cheval et soudain, elle vit sa tête par terre, pleura toute la nuit dans son lit. Le lendemain, elle alla le signaler au royaume (à cette époque, il n y avait pas de police) le roi fut étonné qu’une paysanne entre dans son royaume. Mais il fit quand  même une enquête… Accompagné de ses plus grands cavaliers, il alla à la recherche du criminel. Quand à l aigle, il continua  à manger les homme et les lapin…

La cage à oiseaux

Je suis un oiseau. Aujourd’hui  je décore chez moi avec des plumes multi-couleurs en même temps, je jette sur moi et je suis en train de rire comme un petit fou. Après, je suis vraiment fatigué, j’ai décidé de partir en vacances en Afrique, au Mali. J’y suis allé, j’ai pris un hôtel avec une vue géniale et une très grande piscine, juste à côté un grand centre de massage…

L’oiseau et le cygne

Je suis le cygne qui raconte une histoire. J’ai été aspiré par l’aspirateur où j ai trouvé beaucoup d’oiseaux sympathiques.

L’aigle rouge et noir

Bonjour, je vais vous raconter une histoire qui s’est passé au Brésil, le pays du football. J’ai  eu un malentendu avec l’aigle rouge et noir. Alors que j’étais entrain de prendre des photos du match de la coupe du monde de 2014, l’aigle rouge et noir m’a volé  mon appareil photo. Je n’étais pas content. J’ai demandé a tous les aigles que j’ai croisé où était l’aigle rouge et noir. L’aigle tyran m’a dit, il est dans l’arbre près du fleuve. Je l’ai retrouvé, je lui ai arraché sa patte avec un couteau pendant son sommeil. Il s’est réveillé, il voulait me tuer et là j’ai pris mon couteau et je l’ai tué. Son papa me recherchait mais il ne m’a jamais trouvé.

Pattes

Je suis un aigle qui voyage à travers le monde. J’ai voyagé dans 12 pays. Je suis allé en Amérique du Sud, en Argentine. Il y a beaucoup de gens. Au Brésil, beaucoup d’oiseaux et de poissons. Un jour, on m’a attrapé et on m’a mis dans une cage où l’on m’a enfermé. Un an plus tard, ils ont réussi à me dresser pour tuer les souris. Un jour, ils ont voulu me tuer avec un couteau pointu mais j’ai réussi à sortir de la maison.

L’aigle noir

Je suis un oiseau (L’ aigle noir).

Je pense, je pense que je suis  magnifique. Mes détails sont vraiment précis, la caméra est très bien cachée avec ma peinture et aussi ma couleur (rouge et noire). Avec ma patte dorée et noire, je veux vous expliquer que je suis gentil et moi, je pense que c’est une magnifique culture.

Moi, je pense que j’ai tout retenu  sur ce magnifique animal avec ses ailes en feu.

On a confondu avec un Griffon mais bon, mes pouvoirs extraordinaires, ma vitesse, la téléportation… Dans mon troupeau, on me considère comme un roi. Je ne peux pas vivre un jour sans quitter le territoire. Parfois, je le quitte en cachette…

L’oiseau bizarre

Il était une fois un bébé et sa mère qui sont partis sur la lune. Le bébé s’éloignait de plus en plus, la mère s’inquiétait, elle le recherchait partout. Le bébé s’est fait kidnapper par un pirate, elle a demandé l’aide aux extraterrestres.

Ils partent à l’aventure mais la maison est piégée par le pirate avec un serpent magique. le pirate jette un sort : L’oiseau devra avoir des antennes ! Le bébé pleure…

La serre d’or

« Je vais vous raconter mon histoire ».  Il était une fois un oiseau tellement beau que tout le monde le voulait. Il était si mal traité qu’il voulait être libre comme l’air. Un jour, il vit passer un pigeon, il se dit : « Pourquoi moi qui suis si beau, je n’ai pas la liberté ». Le jour suivant, il vit un modeste oiseau, l’oiseau lui dit : « Pourquoi pleures-tu ? ». « Parce que je veux la liberté » dit l’oiseau. « J’ai le pouvoir d’échanger nos âmes »  dit l’autre oiseau. « vraiment ?! S’il te plait, fais-le ! ». « D’accord et voilà, nous avons échangé ta beauté et ma liberté. » « Merci infiniment ». « Et c’est ainsi que finit mon histoire. »

Atelier L’art en blog « À l’écoute des oiseaux d’Emma »

par Anna Principaud, artiste intervenante à La Galerie

L’exposition « Only the Lonely » / »Seuls les solitaires » réunit six artistes : Jonathan Baldock, Cécile B. Evans, Emma Hart, Essi Kausalainen, Nanna Nordström et Maxime Thieffine. Elle a été imaginée par Elina Suoyrjö, commissaire d’exposition finlandaise en résidence à La Galerie d’avril à juillet. Les œuvres réunies dans cette exposition peuvent être vues comme des personnages ou des groupes de personnages. Tel un théâtre, l’exposition accueille comédiens, danseurs… et devient le décor d’étranges rituels. Assemblages dynamiques de différents éléments reconnaissables, les œuvres nous semblent à la fois étranges et familières. Elles nous interpellent. Une œuvre peut-elle me parler ? Puis-je l’écouter ?

Pour cette séance de « L’art en blog », nous approchons les étranges personnages d’Emma Hart. Nous observons comment ils fonctionnent et ce qui les compose. Comme des robots, ils semblent avoir une vie autonome. Parés de leurs plumes d’oiseaux, ils nous observent autant que nous les observons. Ils parlent, ils nous interpellent. Chaque enfant choisit un des oiseaux et dessine les différents éléments qui le composent. À la Médiathèque, chacun invente et écrit l’histoire que lui a raconté l’oiseau.

Ce projet s’est déroulé dans le cadre d’un atelier « L’art en blog », en partenariat entre La Galerie et la Médiathèque Roger-Gouhier le samedi 30 mai 2015 avec des enfants de 6 à 12 ans, autour de l’exposition « Only the Lonely » / « Seuls les solitaires », une proposition d’Elina Suoyrjö, à La Galerie.

 

Atelier d’écriture autour de l’exposition Only the Lonely/Seuls les Solitaires

A l’occasion de la future résidence d’écriture de Barbara Sirieix à La Galerie de Noisy-le-Sec, nous avons réalisé un atelier d’écriture autour de l’exposition Only the Lonely/Seuls les Solitaires. Elina Suoyrjö, la commissaire, a invité Barbara a écrire un texte de fiction sur l’exposition, et a donc proposé un dispositif similaire pour l’atelier : inventer des personnages à partir des oeuvres et les faire dialoguer. L’idée directrice de l’exposition Only the Lonely est d’aller à la rencontre des œuvres de six artistes, des œuvres qui sont autant de personnages qui nous observent autant que nous les observons. Souvent drôles, amusantes ou poétiques, les œuvres-personnages peuvent aussi être maladroites ou mal à l’aise, cherchant à trouver leur place dans la relation au spectateur.

Soft, Textile et Cie

Soft

Soft : Bonjour. T’as une drôle de tête !
Agnès : Hello, je suis Agnès, excusez moi mais moi, je trouve Textile bien aéré.
Textile : tout à fait Agnès. Nous sommes un peu cotonneux…
Agnès : Par moment, j’aimerais bien être dans les nuages comme toi. Mes nano-technologiques travaillent trop.

P : Ca va Coccinelle ? On a choisi la même oeuvre pour s’asseoir, pour se prendre une décharge électrique STP, ne vas pas vite, on dirait un TGV.
Textile : Notre vie est agréable dans ce nid d’ailleurs. Un marsupilami a essayé de s’incruster…
Soft : Et si je venais faire un petit tour avec vous dans votre nuage ?

Agnès

Soft : Bonjour c’est l’aspirateur ! Avec mon gros tuyau noir je peux vous faire disparaître ;
Agnès : Si tu pouvais nettoyer tout ce qui me gêne dans mes programmes, cela me conviendrait, Soft !
Textile : SOS MENAGE ! Vous avez demandé un nettoyage ????????????
Agnès : Oui, après 22 heures car il y a la télé réalité ce soir, ce sont mes techniciens qui m’utilisent pour projeter des émissions décadentes !
Soft : Je voudrais bien vous aider à faire le choix dans votre programme et enlever les pires images de la télé-réalité

Textile

Textile : DEMANDER LE PROGRAMME !!!!!!!!!!!!!
Agnès : Il n’ y a pas de quoi se réjouir en ce moment aux actualités, mais bon, je fais avec !

Coccinelle

Coccinelle : Bonjour Pikatchou. Comment vas-tu ? Que fais-tu dans ton coin ?
Coccinelle : J’ai choisi la même oeuvre car nous sommes frère et soeur. Je ne sais pas pour toi, comment tu vois les choses, mais je suis au fond de la pièce et je peux tout voir : les oeuvres, les personnes qui regardent, tout ce qui se trouve dans La Galerie et en même temps je me repose. Alors je te rassure, je suis plutôt quelqu’un de calme. Je vois au loin un nuage perché là-haut sur des échasses, il semble bien cotonneux.

Pikatchou (P)

Agnès : Je crois qu’il fait les gros yeux. Pikatchou au repos, ça va pas te faire de mal tu sais !
P : Je fais les gros yeux car il y a de l’électricité dans l’R… Alors RRRRRR !?
P : Pikatchou a perdu son maître qui venait l’aider
Coccinelle : Coccinelle est toujours là
P : quelle couleur ?
Coccinelle : Pikatchou, « couleur », je ne vois pas…

Textile : J’envoie le marsupilami…

R

R : Bonjour ! Moi c’est R. Je fais partie de la bande des comédiens. Ils sont partis là et je suis tout seul, là et donc, j’aimerai mieux vous connaître. Allo ? Allo ? Vous m’entendez ?
Coccinelle : R, t’inquiète pas, nous sommes tous là.
P : Vous dormez ????????????????????

Soft : Bonjour. Reçu 5 sur 5. Je peux te rejoindre pour faire partie de ta bande ?
Textile : Ne quittez pas. Le numéro que vous avez demandé n’est plus attribué… tut… tut… tut…
Agnès : Ah, oui, je vous ai vu sur mon écran, vous, les comédiens.
R : Ah je suis content ! Je suis de l’autre côté, je suis une pierre qui tient en équilibre sur une bande grise. Vous avez l’air bien au milieu de tout ce bleu Agnès.
Agnès : Si cela pouvait rester comme cela, oui, car souvent je suis dans la  réalité et les images ne sont pas toujours sympas chez les humains.

R : Textile, vous avez l’air d’aimer faire des blagues au téléphone… Attendez mon téléphone sonne.
Textile : ALLO !!!! Allo !!!!! Le téléphone sonne quand tu n’es pas la…
Soft : Pourtant je suis au bout du fil ?
R : Soft, qu’est ce tu vois au bout de ton tuyau ? Tu me vois derrière les piliers ? Wouhouuuu !
R : Je n’arrête pas de sautiller, j’aimerai tellement que vous me remarquiez. Ils sont partis les autres comédiens et je suis tout seul (soupir).
Agnès : Et bien, viens zapper chez moi quand tu veux R !

R : Quand je regarde le nuage, comment tu t’appelles ? Textile ? C’est ça ? Tu as l’air si calme, ça a l’air chouette tous ces nuages.
Soft : Je te vois enfin  avec mon long tuyau ainsi que Textile que je pourrais atteindre et aspirer un peu de nuages. Accrochez-vous !

Textile : ATTENTION BULLETIN METEO… Risque de pluie… Orages… Et désespoir… Vigilance Rouge.
Soft : Je viens à la rescousse pour enlever le mauvais temps.
Coccinelle : Textile est dans son nuage.
P : en train de dormir.
R : Ah oui c’est ça, tu es tellement long que tu peux traverser toute la salle d’exposition….
Soft : et bien plus loin encore…
P : Et sortir de l’autre coté !
R : Coccinelle ! Je t’ai entendu, tu es aussi dans le bleu ? Il y a un risque d’intempérie par là-bas. Attention !
Coccinelle : R, j’ai des grands yeux donc je te rassure, je vais vite plier bagage.
R : Tu vas fermer les yeux pour éviter la pluie ?
P : et t’endormir ?

P : Je ne suis pas coccinelle
R : Alors, vous vous ressemblez, mais qui est qui ?
Agnès : Moi c’est Agnès. Robote spam dans le bleu !

P : Je suis à La Galerie en train de regarder l’expo l’Impassive Bean Bag
Agnès : Comme d’habitude, Pikatchou !

Textile : Je crois que je vais éternuer… At…Atc… Atch… Atcho… Atchou… Atchoum !!!!!!!
Soft : Et bientôt, les autres nains Prof ou Grincheux
Agnès : A tes souhaits ! Ce ne sont pas comme les miens, j’espère que les humains me garderont encore très longtemps avant de me recycler !
Textile : Je souhaite, je souhaiterais, nous souhaiterions… ATCHOUM… Zut, ne plus être enrhubeeeee… Zut, plus que deux souhaits !
Coccinelle : Voilà que textile s’enrhume. Pourtant, il est dans son petit nuage bien cotonneux, bien chaud.
P : il s’endort dans le froid
R : Ca passe dans le rouge. Les autres nains ? J’ai pas compris Soft, j’en ai pas vu des nains dans l’expo, tu en as vu toi ?
Soft : Non, c’était pour Textile qui éternue. Atchoum !
Textile : Ah t’es venu aussi Blanche Neige… Que du beau monde cet après-midi !
R : J’ai raté un épisode j’ai l’impression…
Soft : Si peu…
Agnès : Je vous donnerai la suite au prochain épisode.
R : Blanche Neige, si elle visitait l’expo, vous pensez qu’elle choisirait quelle œuvre ? Moi je pense que ça serait Textile.
Soft : Pourquoi pas Bean Bag pour s’allonger
P : Mais, où est Zelda ?
Agnès : Ben oui, pour rejoindre son château dans les nuages avec son prince !
P : Sur son cheval.
R : Ah oui non je suis d’accord, le Bean Bag pour qu’elle dorme confort.
Textile : Un jour mon prince viendra… Zut, plus q’un souhait !!!!!!!!!!!!!!!
Agnès : Moi, j’en ai pas, moi !
R : Attention aux pommes
R : T’as pas quoi? Un prince ? Une pomme ? Un nuage ?
Agnès : Oui de prince, je suis obligée de programmer Once open a time pour rêver au bonheur !
P : Zelda a disparu !
Textile : Invite Mario au sec !!!!!!
Agnès : Il est parti avec Lara Croft!
P : et Oncle Bentz est parti faire son riz
Agnès : Et oui la pub, quand tu nous tiens !

Textile : Aux poires et aux scoubidous. Distel est là cet après-midi…
R : On pourrait essayer de chuchoter un peu.
Agnès : k zzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzz !

R : J’aimerais entendre un peu les silencieux.
P : On fait du bruit !

Coccinelle : Les pommes, les poires, les scoubidous, le prince, Blanche Neige, voilà où nous sommes arrivés et Oncle Bentz, Lara Croft…
R : Oui j’ai pas tout compris…

La chambre à air coupée

Exposition Only the Lonely

I1 : Bonjour, qui es-tu étrange personnage ?

C : Je suis la chambre à air de la famille coupée. La personne qui m’a créé est Emma Art, artiste de son état.
Et toi, qui es tu ?

I1 : Moi, je suis un curieux dont le prénom est interrogateur. J’ aimerais mieux te connaitre et te poser des questions. Es-tu d’accord ?

C : Oui, j’aimerais que l’on me connaisse mieux malgré que je sois exposé dans une galerie d’art.

I1 : Je vois sur ton œil des oiseaux. Qu’envisages-tu d’en faire ?

C : Je les regarde pour savoir lequel chasser pour le manger et le digérer grâce à mon tuyau.
Quand je les ai digéré ; j’en chasse d’autres afin de les faire disparaitre.

I1 : Mets tu beaucoup de temps pour les digérer ?

C : Je ne sais pas. Tout dépend de leur taille et du nombre que j’ingurgite simultanément.

I1 : Fais-tu cela tout le temps ?

C : Non, quand je n’ai plus d’énergie, mon œil se ferme et je dors tant que les assistants de mon créateur ne m’ont pas rechargé.
Il faut également qu’ils me déplacent car je ne suis pas autonome dans mes déplacements avec mes trois pieds rigides.

I1 : Qu’espères-tu dans ta vie ?

C : J’espère que la migration des oiseaux se poursuivra afin de ne pas m’ennuyer sur le lieu où l’on m’a déplacé.

I1: Bon, le temps passe de façon agréable avec toi, mais il commence à se faire tard. Je dois partir et j’espère qu’il te reste de l’énergie pour t’occuper.

C : Je te remercie de m’avoir fait découvrir !

L’oiseau dans un nid

Je suis l’œuvre ; je me décris : il y a sur ma tête un nid, des oiseaux qui chantent et des nuages dans une foret à quatre branches.

J’évoque la nature des animaux et des oiseaux qui sont bien dans leurs nids. Je trouve intéressant que les gens me regardent.

Mon ami de la photo  se promène  dans la forêt, je suis content qu’il revienne.

Exposition Only the Lonely