Archive pour la catégorie ‘Une maison de pierre…’

Mi casa es tu casa

Bonjour et Bienvenue dans ma « Maison de pierre dans une métropole utilisant tout type d’éclairage habitée par ceux qui invitent les autres ». Entrez et promenez vous dans cet espace ! Faites comme chez vous ! Hospitalité, c’est justement le thème de l’exposition.

Ils invitent des artistes qui en invitent d’autres comme Jagna Ciuchta pour faire UN, une grande scène où tout le monde trouve sa place.

Exposition Une maison de pierre...

Et jusqu’où  peut aller cette Hospitalité ? Joshua Schwebel ira demander les clefs d’appartement pour un après-midi et faire… Quoi au juste ? Qui va oser ? Deux personnes dirons Oui et il a essayé la garde de robe de l’un et fait du boudin Créole dans la cuisine de l’autre.

Exposition Une maison de pierre...

Des élèves sont conviés à faire souffler dans un ballon. Les passants, en pensant à ce qui n’est pas de l’Art. Nous retrouvons ces ballons qui commencent à se dégonfler dans une des Salles.

Exposition Une maison de pierre...

Atelier découverte de la Musique expérimentale en écoute profonde. Déstabilisant et intéressant à la fois.

Alors venez, vous y êtes cordialement invités !

Détente et petits gâteaux

En entrant dans La Galerie nous voyons des objets dans plusieurs endroits comme si nous étions dans un lieu plutôt personnel un appartement. C’est pour cette raison que l’expo s’intitule « une maison de pierre dans une métropole… »

Ce qui me permet de choisir  cette photo car elle me donne la sensation d’une hospitalité, il manquait quand même un canapé avec  des coussins et des tasses à thé avec des petits gâteaux.

Exposition Une maison de pierre...

 

Ecouter

Nous sommes tous réunis dans cette pièce où  pendant 20 minutes nous expérimentons l’écoute d’un morceau expérimental. La sensation est étrange pour moi, en effet, je trouve le morceau trop aiguë comme si un diapason résonnait de façon continue dans mon oreille.

Le deuxième morceau   nous transporte pendant 10 minutes dans une autre dimension que j’ai qualifié de Twilight Zone. La batterie assène des coups et vient briser le mur qui nous sépare de ce monde. Des voix semblent dialoguer entre elles.

Dans mon quartier bruyant

Dans mon quartier bruyant

elle rencontre un homme dont elle était terriblement amoureuse

avec le président.

 

Dans la cuisine qui sent le thé

il regarde la télé

avec la solitude son seul ami

 

Dans cette gigantesque médiathèque

il mange des pommes

avec mon chien et mon copain imaginaire

 

Dans la médiathèque

il va dans ma salle de bain

avec insistance

 

Dans une bulle de bonheur enfermé dans un cocon d’amour

on joue au foot

avec son frère

 

Chez Lidl

il se baigne en maillot de bain

avec joie et frénésie

 

Dans ma chambre noire

il va dans ma chambre

avec mon meilleur copain

 

Dans mon placard parfumé au poivre noir

je l’invite à boire à l’apéro

avec Emmanuel Macron

 

Dans le paradis ensoleillé

les pigeons font leur nid d’hiver

avec plein d’amour.

 

Dans le club de foot

elle cherche inlassablement

avec mon prof de maths

 

Ma chambre en bazar

j’essaye de voir

avec son copain.

 

Dans un lycée sombre plein de mousse

j’imagine la fin du monde

avec moi

 

Dans le salon à l’endroit ou je joue à la Play

Elle rencontre la petite souris

avec des idée joyeuses

 

Dans le salon avec le canapé rouge

il ne doit pas toucher à mes livres

avec précision

Une tête lumineuse s’amuse dans une chambre imaginaire dans une maison de glace

L’exposition s’appelle : Une maison de pierre dans une métropole utilisant tout type d’éclairage habitée par ceux qui invitent les autres. Elle parle du curateur qui invite un autre curateur qui invite un autre curateur. Ce que je n’ai pas aimé c’est quand on s’est allongé et quand il y a eût de la musique stressante car la musique  était bruyante et résonnait. Je savais pas qu’il y avait des ordinateurs qui  générait des poèmes sans qu’on leur en donne l’ordre. Le boudin puait tellement que je voulais m’en aller. A côté du boudin il y avait des mails accrochés sur le mur qui parlaient des vêtements. Le singe en argile ne ressemblait pas à un vrai singe.
Abdelkarim

La musique était bizarre. J’ai aimé la statue du singe , il ressemblait à un octogénaire. Les ballons me faisaient penser à des massues. La machine à faire le poème me faisait penser à l’ infini.
Youssef

J’ai vu un gros écran noir, des statues en forme de singe. On s’est allongé sur des matelas au sol. J ‘ai vu des ballons en forme de glace. J’ai vu du jambon fait avec du sang et de la viande et  j’ai vu des photocopies qui étaient des phrases identiques. C’était beau mais le  noir c’était moche. Les singes étaient en argile. L’image du tableau était en vase.
Il y avait de la musique dans le noir avec des instruments de musique. Je n’ai pas aimé la musique qui était trop bruyante. Il y avait de la batterie et une dame qui chantait.
Adan

J’ai aimé la chambre du bas. Il y avait de la musique et des sons. Il faisait noir et on s’est allongé sur des tapis et des petits coussins. J’ai fermé les yeux et j’étais dans un autre monde dans ma tête.
On a vu  des ballons et les photos des élèves de  primaire  avec Céline.  J’ai vu une fleur rose  dans un cadre.
Fatima

Tout d’abord on a visité à la galerie l’exposition « Une maison de pierre … « . On a vu des photos et des boudins et il y avait plein de miettes et un boudin coupé. On a vu une machine qui a écrit bien en anglais et il y avait plein de choses accrochées au mur. C’était des poèmes ou de la poésie. Il y avait dans une salle plein de ballons. Il y avait les photos des gens qui ont soufflé dans les ballons et quand un ballon explose ou se dégonfle toutes les pensées partent dans les autres planètes.  Le plus beau moment a été  la musique. Il a fait noir et on était allongé au sol. A la fin on a discuté.
Farah