La douleur des mains bleues

Ines

Coucou je suis la main, c’est les yeux et c’est les cheveux. Moi C’est les yeux, j’ai vu un truc bizarre, c’est les mains qui ont fait ce truc. ET C’ EST PAS MA FAUTE SI NON SI NON !!!!!!!!!!!!!!!!!!! Calme toi, C’EST TOI QUI A COMMENCÉ mais… Y A PAS DE MAIS QUI TIENNE ET ARRÊTER DE VOUS CHAMAILLER ! D’accord les cheveux !?

Fanny

Je suis la main et les yeux m’aident beaucoup à être rassuré sur la possible chose que je touche. Sans les yeux, je suis inquiète, mon souffle va plus vite. Quand je malaxe la pâte à modeler cela me gêne, j’ai envie de lâcher la pâte, j’ai mal à la tête, j’ai l’impression depuis que j’ai malaxé cette pâte que je n’ai plus rien à dire. Je suis les yeux et les mains mentent, je peux vivre sans les mains toujours à essayer d’attirer mon attention. Je suis le cerveau et je contrôle tous les organes. Je sais que les yeux ne sont pas indifférents aux mains, moi, je décide de tout écrabouiller. Au fond, sans moi, les organes n’auront pas de sens, tous les ordres viennent de moi. Je suis le roi du corps.

Aissata

Bonjour, je suis Main et je suis avec Yeux. Yeux regarde pour moi et moi je touche et malaxe les choses. A force de malaxer j’ai mal, mes doigts sont chauds, c’est dur de malaxer. Yeux regarde et comprend pour moi. Je malaxe très fort, elle se transforme en petit cailloux ou en objet quelconque la couleur elle est bleue. Yeux ne sait pas ce qu’il a touché et Main ne sait pas ce qu’elle a vu. Mais Yeux peut, à peu près comprendre ce que Main touche et Yeux comprend aussi un peu ce que Main voit. Malaxer et toucher sont à peu près pareil. Regarder et voir aussi, c’est grâce à mes yeux que je vois. En comprenant, Yeux aide Main et en touchant, Main comprend ce que Yeux comprend aussi.

Lynn

Je suis la vue et avec l’aide de l’odorat et de ma main nous essayons de percevoir une forme humaine ou autre à cette pâte à modeler de couleur bleue. Elle est dure, elle est très dure à malaxer et sa couleur bleue se tâche sur ma peau. Je trouve que plus on la malaxe plus la pâte était mole, plus la pâte avait une odeur, comme si elle transpirait parce que la main lui faisait faire des efforts. Plus je la malaxais, plus ma main chauffait, ça fait mal aux mains. Je vois un élastique pour les cheveux qu’on aurait plié, main trouve que cela ressemble à une sorte de montagne ou de colline et mon odorat trouve que ça ne ressemble à rien…

Sailayan

Aujourd’hui, le jour de l’exposition est arrivé. Le sujet de l’expo est une sculpture réalisée par des personnes lors d’une séance. Main perspicace, comme d’habitude, analyse et teste l’objet. Il émet l’hypothèse suivante : cette matière est de la pâte à modeler et a été faite de manière brutale. Yeux confirme l’hypothèse de Main, et lui en émet plusieurs : l’œuvre est un os brisé, un manège de grand huit ou un hippopotame… Cela représente bien Yeux, toujours hésitant et pas sûr de lui. Mais Cerveau arrive à sa manière, en insistant sur le fait qu’il est « leur leader ». Il leur explique que Main a raison et que les Hypothèses de Yeux sont toutes vraies et fausses car c’est lui qui décide si c’est vrai ou faux. Donc, à la fin, le mystère sur la nature de l’œuvre est toujours préservé.

DeniZ

Je suis la main et moi les yeux. La main a ressentie une forte douleur. J’ai été stressé par mes oreilles. L’oreille dit : je ne vois pas et je ne peux pas toucher. L’ouïe dit : je vois mais je ne peux pas toucher. La main dit : je ne vois pas l’œuvre. Je dis que la forme est un P dit la main. Je dis que c’est un escargot dit l’oreille.

Maelys

Coucou mon ami, c’est moi la main et toi, tu es les yeux qui me permettent de voir de belles choses mais aussi des horreurs. Tandis que moi, la main, je peux avoir le toucher de matière, de nourriture. Aujourd’hui j’ai pu toucher de la pâte à modeler sans même regarder. C’était très bizarre, c’est comme si on ne pouvait pas savoir ce que l’on fait. Ça m’a fait mal, ça me brûlait et je crois que sans toi, la vue, j’aurais très souvent peur et sans le toucher, je n’aurais peut-être pas de sensation. Quand je touchais la pâte, j’avais l’impression que la pâte était longue et quand je l’ai vu après, j’ai vu un tout petit morceau.

Classé dans : Atelier, La langue de ma bouche

Laisser un commentaire