Georges Tony Stoll (3 décembre 2011 – 11 février 2012)

« L’exposition de Georges Tony Stoll à La Galerie de Noisy-le-Sec propose une relecture du travail de l’artiste. Longtemps considéré comme une œuvre de l’intime, son travail photographique n’est qu’une des facettes d’un travail et d’une pensée qui se construisent depuis plus de vingt ans. Ses formes et ses supports reflètent ses questionnements sur l’expérience de l’art, sa fabrication même et la notion d’abstraction dans une société où le réel tend à s’imposer jusqu’à l’imaginaire. La photographie, la vidéo, la peinture, les constructions de bois, les tableaux de laines sont autant de domaines d’interrogation sur l’acte de création. Ils mettent en scène l’expérience de l’art, interrogeant l’écart entre le réel et « la fabrication du réel ».

Extrait du communiqué de presse de l’exposition (texte par Jean-Marc Avrilla, commissaire associé sur l’exposition, historien de l’art, commissaire et critique indépendant.)

Classé dans : Georges Tony Stoll

Une réponse à “Georges Tony Stoll (3 décembre 2011 – 11 février 2012)”

  • ragnar ragnar:

    Le travail de l’artiste est une œuvre de l’intime, dans la mesure ou il expose son corps d’un point de vue formel. Mais je pense que tout œuvre effectuée par son créateur est dans le fond quelque chose d’intime, car il exprime ce qu’il ressent; il s’agit là, presque d’une thérapie par l’art. L’acte de création est une interprétation du réel; ce qui veut dire que l’œuvre d’art peut être considérée comme abstraite même si elle tend vers une représentation figurative d’un objet réel.

Laisser un commentaire