une nappe aux tâches propres

Quelle jolie nappe en lin!  Elle me rappelle celles qui sont soigneusement pliées dans les armoires de ma grand mère, blanches, brodées avec soin.

Mais en m’approchant davantage, je découvre des écussons dans lesquels apparaissent des noms, des noms de famille, placés dans un arbre généalogique de  » famille »,  pas une mais plusieurs…mais qui sont-ils, qui sont -elles ?

L’invisible est là, ce n’est pas une nappe mais le suaire des familles de Palerme massacrées par la mafia.

Plus aucune nostalgie ne ressort de ce rectangle blanc. Des tâches de sang apparaissent, mais dans mon imagination une distorsion d’optique sans doute fait que ce rectangle reste  inexorablement blanc, sans tâches, propre !!!!

Ce rectangle blanc sous lequel sont enfouis tous ces gens, toutes ces innocentes victimes, enfouies, camouflées, cachées est aussi un voile sur nos souvenirs.

La nappe des massacres reste indéniablement blanche. L’invisible est cependant criant. Venez  nombreux la voir pour que  les tâches de l’histoire ne soient jamais propres, ni oubliées.

C’est l’œuvre très originale Geneaologia di Damnatio Memoriae, 1947-1992, Palermo de goldiechiari, visible en ce moment à la Galerie

Exposition Les monuments invisibles © Cédrick Eymenier, 2012
Classé dans : Les monuments invisibles, Visite

Laisser un commentaire