• L'art en blog
    Un blog de La Galerie et de la Médiathèque de Noisy-le-Sec
  • L'art en blog
    Un blog de La Galerie et de la Médiathèque de Noisy-le-Sec
  • L'art en blog
    Un blog de La Galerie et de la Médiathèque de Noisy-le-Sec
  • L'art en blog
    Un blog de La Galerie et de la Médiathèque de Noisy-le-Sec
  • L'art en blog
    Un blog de La Galerie et de la Médiathèque de Noisy-le-Sec
  • L'art en blog
    Un blog de La Galerie et de la Médiathèque de Noisy-le-Sec
  • L'art en blog
    Un blog de La Galerie et de la Médiathèque de Noisy-le-Sec
  • L'art en blog
    Un blog de La Galerie et de la Médiathèque de Noisy-le-Sec
  • L'art en blog
    Un blog de La Galerie et de la Médiathèque de Noisy-le-Sec
  • L'art en blog
    Un blog de La Galerie et de la Médiathèque de Noisy-le-Sec

Tes mains sont devenues mes gants

On est allé en bas et on a vu un vidéo projecteur qui projetait des images. J’ai vu un dessin de balançoire et on a vu des constructions en bois et on a regardé un cadre, il y avait des nervures de bois qui nous donnaient l’impression de quatre yeux de chaque côté et un au milieu avec un sablier. En face, un numéro est apparu, c’est pour communiquer avec Jean-Charles et sa copine. Il a effacé l’image.
Kamel & Maxime

On est allé à La Galerie, Charles a disparu et la lumière est comme une lentille. On est allé à la médiathèque.
On s’est fait des amis à La Galerie.
J’ai vu un nombre, un numéro de téléphone…
Le tapis pleure et les craies sont comme le corps.
Adam & Maïa

Au début, on est descendu au sous- sol et on a fait un petit jeu qui consistait à voir ce qui avait changé. Puis on a vu une vidéo avec des écritures et des dessins. Ensuite on est remonté en haut et on a vu des œuvres en bois et on a différencié les lumière et on a dit ce que l’on a pensé.
Après, on a observé les cartels. Il y avait un nom « Laëtitia Badaut » et il y avait la date qui était de 2005 et 2016, aussi il y avait des noms de designer et on est parti à la MéDIATHèQUE.
Ema & Aïnhoa

Classé dans : Tes mains dans mes chaussures 2/3, Visite

Marelle

Voila une exposition très étonnante, une exposition odorante, qui dès l’entrée, nous interpelle…

Bref, je vous laisse découvrir…

Le plus surprenant est ce dispositif ou l’on est invité à rentrer chez l’artiste le spectacle n’est pas sur les murs il est au sol…

Zut, je me suis pris les pieds dans une rallonge… Je ressors, j’ai oublié de m’essuyer les pieds avant d’entrer je comprend pourquoi il y avait un paillasson… Du coup, j’avance doucement, évitant les photos collées au sol, le lit est là…

Attention à la table AIEEEeeeeeeeee !!!!! Trop tard…

Exposition Tes mains dans mes chaussures 1/3

En fait nous sommes chez lui cette moquette reproduit son studio…

Vraiment surprenant. Je sors sans bruit évitant de déranger quoi que ce soit… Chut allez à bientôt.

 

 

Classé dans : Tes mains dans mes chaussures 1/3, Visite

Aborder l’art de differentes façons

Dans le cadre de ma formation, cette exposition était très enrichissante. La présentation des lieux et des artistes étaient nécessaires pour comprendre la démarche. L’art contemporain est surprenant! Grâce aux explications du guide j’ai pu regarder et apprécier les sculptures . J’ai passé un très bon moment. L’atelier a permis une continuité ou nous avons pu être acteur et dessiner notre objet fétiche.

Exposition Tes mains dans mes chaussures 1/3

 

 

Classé dans : Atelier, Tes mains dans mes chaussures 1/3, Visite

Jean-Charles de Quillacq

Dans l’ exposition la main sur tes chaussures,

L’ Artiste Jean-Charles de Quillacq m’ interpelle dans sa façon de préserver ses œuvres  notamment dans ses œuvres Charles, Charles, Charles, il invite les artistes, personnel du centre d’art et le public à entretenir avec respect et attention celles-ci, comme Sister Circle Foot on Radiator, epoxy laqué, et not the reproduction of something tubes métalliques et pvc comme si elles étaient encore en atelier, comme si nous prenions soin de nos propres affaires, c’est presque un rapport intime car elles inspirent presque le corps humain dont il faut prendre soin.

Une œuvre me tient à cœur particulièrement: I experience of myself, Celle d’un contrat posé sur un miroir qui s’adresse à un commissaire d’exposition dans lequel il explique qu’il est prêt pendant quatre jours à être reçu chez lui ou elle , et que celui-ci ou celle- ci prenne soin de lui dans tous ses actes journaliers, car il serait attaché et ne pourrait plus être libre de ses gestes, il est une personne et une œuvre à la fois dont il faut faire attention, faire manger, faire boire, laver, habiller etc…..

Cet artiste veut nous faire comprendre la valeur des trésors artistiques qu’il a créé et la valeur de l’être humain.

Exposition Tes mains dans mes chaussures 1/3
Classé dans : Tes mains dans mes chaussures 1/3, Visite

Regard

Bonjour, oui bonjour a toi qui a passé le seuil de cette exposition.

Approche-toi plus près, je ne mords pas, je suis en bois : je suis un placebo.

Je sers pour mon artiste à s’entrainer avant de  manipuler les œuvres originales, lors de cérémonies qu’elle organise en petit comité,

sans dire un mot, juste par des gestes précis, lents comme codifiés, pareils à ceux de la cérémonie du Thé ou au travail des Régisseurs .

Exposition Tes mains dans mes chaussures 1/3

Et moi tu peux même me marcher dessus et de ta hauteur, voir les photos de l’univers de mon artiste: sa chambre .

Exposition Tes mains dans mes chaussures 1/3

Viens nous voir aussi, nous sommes tout près. Promène-toi parmi nous. Nous sommes tous différents.

 

Merci de ta venue. A une prochaine fois.

Classé dans : Tes mains dans mes chaussures 1/3, Visite

MES MAINS SUR L’APPAREIL PHOTO

L’expo s’intitule « Tes mains dans mes chaussures ». En ce qui concerne les miennes, je les ai utilisées pour prendre des photos.

Je déambule dans La Galerie, je m’aperçois que des artistes ont installé des boîtes, des cubes à même le sol au hasard ou pas,  je m’interroge. Pourquoi ?

Un artiste a photographié les meubles, les objets de sa chambre et les a reproduit dans une pièce de La Galerie tout en gardant une pénombre continuelle.

Voici un petit résumé de la visite. Puis après nous sommes allés en atelier pour dessiner un objet qui nous tient à cœur et en donner le sens.

Exposition Tes mains dans mes chaussures 1/3
Classé dans : Atelier, Tes mains dans mes chaussures 1/3, Visite

Mes mains dans tes chaussures

Les animateurs de la médiathèque et de La Galerie ont eu pour mission de conserver les œuvres des artistes en résidence à Noisy-le-sec.

Ils nous ont expliqué qu’ils respectaient de leur mieux les consignes données. Nous pouvions les voir tels qu’ils étaient à l’état initial.

Cela a été fort intéressant.

Exposition Tes mains dans mes chaussures 1/3

Ensuite, un atelier portant à la fois sur des objets qui comptent beaucoup pour nous et le même sujet que présente la saison 2016-2017 de La Galerie.

Nous avons ainsi dessiné les objets sur lesquels portent notre attention et leurs procédés d’entretien.

Cela a été très plaisant.

Atelier autour de l'exposition
Classé dans : Atelier, Tes mains dans mes chaussures 1/3, Visite

Tes mains dans mes chaussures

Cette exposition est intéressante car elle permet aux artistes et aux visiteurs d’appréhender l’ Art de façon plurielle.

Quoi de plus parlant qu’une photo!

Exposition Tes mains dans mes chaussures 1/3
Classé dans : Tes mains dans mes chaussures 1/3, Visite

Le désordre de l’artiste

Une grosse mouche qui ressemble à un casque
J’ai vu des cartes, des crayons et des livres
Un lit plein de phrases blanches
Elle fait de la balançoire

Une fille qui écrit
Des photographies éparpillées
Il a renversé un paquet
Voila ma chambre en bazar

Des chaussons devant son lit
Qui s’ennuyaient dans sa chambre
Il y a un petit bureau
Je suis fatigué pour la ranger

Dans La Galerie, il y a des photos
Il y a un lit une chaise et deux chaussons
Il y a un paillasson
Dans une chambre il y a quelqu’un qui dort dans un lit

J’ai mis du désordre sur mon lit
J’ai des photos sur le parterre
Elle alla au jardin
Et à la fin, il y avait des choses
Chaque mois, elles étaient peintes et ça brillait

Il était une fois dans la chambre d’un artiste
Une table rouge pleine de papiers
Il y a un bureau et un tapis
Bref, ma mère va me gronder, il y a du gris et du désordre, c’est pas très beau à voir

Il y a une table et des photos sur un tabouret
Les paillassons noirs
La musique bizarre
Il y avait plein de photos par terre

Dans ma chambre
Il y a du bazar dans une chambre
Il y a des gens qui font des choses imaginaires
Le bruit ressemble à de l’eau qui coule et la chambre est trop en désordre.
La flemme de ramasser

Elyssa, Lucine, Nils, Elio, Essma, Ghyzlene, Amina, Sarah

Classé dans : Tes mains dans mes chaussures 1/3, Visite

Rendez-vous 3.2.7

L’exposition ne t’a pas inspiré telle une image floue. En effet, elle s’inspirait des « limbes du pacifique » qui nous emportaient dans le brouillard de la confusion.

L’atelier qui nous était proposé, était basé sur le texte cité ci-dessus. Il nous permettait de construire un autre texte à partir des mots selon l’inspiration de chacun. L’exercice nous permettait de construire ces textes en barrant des mots en partie ou en totalité, en fléchant des mots choisis par traits entre des points.

Cet exercice, excellent pour s’échauffer pour l’exposition, en a inspiré plus d’un tant le décalage entre nos habitudes et les objets proposés était grand.

Classé dans : Les Limbes, Visite

Rendez-vous 3.2.6

Elle s’est avancée dans la première pièce, dans le centre qui était occupé par un tapis rectangulaire bleu qui lévitait sur le sol. Un fil était branché à ce tapis et relié à une prise. Elle se demandait à quoi ça servait. A la base du tapis bleu, un dépôt blanchâtre. Sur les murs de la pièce, des deux côtés d’un coin, deux tableaux étaient accrochés. L’un était imprégné de noir et émaillé de quelques points blancs, l’autre était impressionné par des feuilles, ou plutôt par des ombres de feuilles.

Dans la deuxième pièce, au mur, plusieurs feuilles blanches de petit format sur lesquelles elle vit comme des enregistrements d’ondes. Les couleurs et épaisseurs des traits variaient d’un tableau à l’autre. Elle pensa à des tracés d’électrocardiogramme et se dit en même temps qu’il y avait de la vie, et aussi de la frénésie, voire de la fureur de vivre là-dedans.

Dans la troisième pièce, un escalier blanc, sur l’avant-dernière marche deux coquillages nacrés. Au mur, le même tissu bleu imprégné d’un dépôt blanchâtre.

Dans la dernière pièce un grand écran, un homme et une femme. Elle vit la femme s’approcher de l’homme, mettre sa tête contre son épaule, puis s’éloigner de lui après l’avoir bougé de sa chaise comme un paquet. En fond sonore, une voix parlait en anglais qu’elle ne comprit pas.

Classé dans : Les Limbes, Visite

Rendez-vous 3.2.5

Elle déambule dans l’exposition. Suite à l’atelier d’écriture, elle s’attend à voir des œuvres sur les mots et l’écriture.

Oh !! Surprise ! Rien de tel. Son esprit s’embrouille. Elle a du mal à respirer. Les photogrammes attirent son œil. Le tableau rempli d’étoiles aussi. Et puis il y a le sentiment de l’eau avec le tapis bleu mouvant, les coquillages sur un escalier, un tissu trempé dans l’eau de mer et en train de sécher.

Mais quel sens tout cela a-t-il ?

Elle ne sait pas trop.

Classé dans : Les Limbes, Visite

Rendez-vous 3.2.4

Suspendue…

Le temps d’une visite.  Elle a pour titre Les Limbes. Un voyage proposé par cinq artistes. Elle commença par un texte avec divers regards et interprétations. Puis en anticipation à travers quelques mots d’elle.

Ensuite la découverte. Des moments différents suspendus à une certaine interrogation chaque fois devant les diverses œuvres. Tout autour des limbes et ses interprétations.

Elle fut un moment rêveur.

Classé dans : Les Limbes, Visite

Rendez-vous 3.2.3

Il, Elle, Tu….

Tu te souviens ……….

Il réfléchit.

Après un effort, les images refirent surface.

Tu as vu les photogrammes?

Non dit-il, elle récupéra le tissu bleu dans l’Océan.

Il monta l’escalier, posa le coquillage polit par les flots sur la marche blanche ……

Tu as vu ton rythme cardiaque, tu parais essoufflé.

ELLE, partie en s’envolant.

IL, attendit son Robinson.

TU, souris………..

Classé dans : Les Limbes, Visite

Rendez-vous 3.2.2

Deux petits coquillages

Elle est entrée avec le groupe pour voir la nouvelle expo que la galerie propose. Sur les murs, des images et des photos de plusieurs formats, certaines pratiquement invisibles à l’œil nu, elle doit carrément coller son regard dessus afin de comprendre ce que l’artiste à bien voulu nous dire.

Dans une autre salle à même le sol une espèce de matelas qui est en train de faire pratiquement du surplace, mais si on le fixe bien il bouge constamment mais à une vitesse escargot. Elle se dirige un peu plus loin et elle s’aperçoit que l’on a mis des petits coquillages sur une marche d’une espèce de meuble et voilà que l’on peut s’imaginer sur une plage. Sur un mur une photo représentant le cosmos et elle est prête à s’envoler.

Voilà ce qu’elle a retenu de cette expo intitulée Les Limbes que les artistes ont bien voulu nous transmettre pour nous permettre de rêver et de s’apaiser.

Classé dans : Les Limbes, Visite

Rendez-vous 3.2.1

Il est écrit comme titre Les Limbes : mi réalité – mi rêve !

Il faut donc se plonger dans un autre monde, se promener entre les œuvres exposées et chercher à comprendre ? Non juste à ressentir !

Il va d’abord apercevoir tous ces graphismes – comme les courbes d’un monitoring avec diverses couleurs, intensités ; Comme si des enfants s’étaient amusés à les reproduire, à leur façon.

Il regardera ensuite une grande toile bleue sur le sol, se mouvant doucement, avec un rebord décoloré – qu’en pense-t-il ? Un drap pour les rêves, et bien non, c’est lié à la mer, entre deux mondes, avec le ciel.

La mer
Qu’on voit danser le long des golfes clairs
A des reflets d’argent

Comme le chantait Charles Trenet.

Et il devinera, plutôt que verra les photographies en négatif, images imprimées comme en 3D. Il a ainsi vécu plusieurs expériences différentes.

 

Classé dans : Les Limbes, Visite

Suspendu

Jamais art sans cosmos

Étoile entre-deux et doute

Et pourquoi la frontière vole ?

Le voyage est comme des arts flous

L’incertitude pense comme le vent

La plage est comme des nuages étrangers

L’incertitude touche comme le voyage

Jamais évasion sans question

Flotte comme un entre-deux bleu

L’art est comme des questions perdues

Inconscient est inconnu

Les limbes sont surprenantes

Art est bizarre

Classé dans : Atelier, Les Limbes

Rendez-vous 3.2.0

Les Limbes est une exposition de Caterina Riva, curatrice en résidence à la Galerie. Revenue en Europe après une longue période en Nouvelle-Zélande, elle expérimente avec étrangeté le sentiment d’entre-deux. De manière inattendue, elle ne se sent ni d’ici, ni d’ailleurs mais sur un territoire aux frontières mouvantes. Pour l’exposition, elle réunit donc cinq artistes pour aborder les notions de déplacement, de déséquilibre et de confusion à travers des expériences physiques et émotionnelles.

Delphine Chapuis-Schmitz, artiste en résidence d’auteure à La Galerie, nous invite à expérimenter de manière physique le texte de la première page du livre de Michel Tournier, Vendredi ou les limbes du Pacifique – un ouvrage de référence pour Caterina Riva lorsqu’elle commence à réfléchir à l’exposition. La consigne est de se l’approprier, de le recomposer, d’en barrer les mots ou les lettres, de les biffer, de les effacer… Les interprétations deviennent alors multiples.

Après des lectures de textes, on imagine, on se raconte et on s’invente des histoires au sujet de l’exposition qui n’a pas encore été vue. Comment prendre conscience des attentes qui naissent « dans la tête » ou in absentia à partir d’histoires qu’on nous raconte ?

Dans un deuxième temps, on tente de se souvenir des espaces d’exposition, de ce qu’on a vu, ressenti, voire oublié un temps. Les textes sont rédigés à la deuxième ou troisième personne du singulier… Une distance avec soi qui semble convenir à tous.

Enfin, les mots recueillis aux différentes étapes de cet atelier sont mélangés grâce à un logiciel qui génère des poèmes et des phrases abstraites au contenu très singulier.

Classé dans : Les Limbes, Visite

Les mots bonhommes

Les Limbes est une exposition collective imaginée par Caterina Riva et réunissant le travail de cinq artistes: Tahi Moore, Alicia Frankovich, Felix Melia, Flora Hauser et Renato Leotta.
Chacune de leurs œuvres propose une expérience de déplacement : un changement de position faisant de la distance entre deux points un nouveau territoire à découvrir.
L’idée de déplacement est indubitablement liée à celle du langage. Passer d’un monde à un autre implique donc un changement de langage, qu’il soit linguistique, physique ou visuel.
Dans cet atelier nous allons nous interroger sur la traduction de nos ressentis par l’intermédiaire de signes mêlant images et émotions.
Chaque enfant propose ici un commentaire émotionnel de sa visite de l’exposition.

Ça me donne http://www.fakenamegenerator.com/smiley/3_14_32_0_-1_0_1_0_0.gif de bricoler.
Ça me donne  d’explorer le http://www.fakenamegenerator.com/smiley/5_54_16_0_-1_0_1_0_0.gif, de découvrir de nouveau .
Nino et Adriane

Ça me donne envie de découvrir http://www.fakenamegenerator.com/smiley/0_34_32_0_0_0_0_0_0.gif de notre planète et de sauver les animaux qui vont bientôt disparaître pour sauver notre http://www.fakenamegenerator.com/smiley/4_2_1_0_0_0_0_0_0.gif http://www.fakenamegenerator.com/smiley/7_55_10_0_0_0_0_0_0.gif
Jonas

http://www.fakenamegenerator.com/smiley/2_83_6_0_0_0_0_0_0.gif
http://www.fakenamegenerator.com/smiley/2_84_64_0_0_0_0_0_0.gif
c’est comme des montagnes http://www.fakenamegenerator.com/smiley/22_92_6_0_0_0_0_0_0.gif
http://www.fakenamegenerator.com/smiley/2_31_30_0_0_0_0_0_0.gif
http://www.fakenamegenerator.com/smiley/0_47_63_0_0_0_0_0_0.gif
http://www.fakenamegenerator.com/smiley/10_26_87_0_0_0_0_0_0.gif http://www.fakenamegenerator.com/smiley/11_26_63_0_0_0_0_0_0.gif
Maïra

C’est comme des http://www.fakenamegenerator.com/smiley/6_23_73_0_0_0_0_0_0.gif http://www.fakenamegenerator.com/smiley/6_91_74_0_0_0_0_0_0.gif http://www.fakenamegenerator.com/smiley/6_85_62_0_0_0_0_0_0.gif
http://www.fakenamegenerator.com/smiley/6_84_85_0_0_0_0_0_0.gif
http://www.fakenamegenerator.com/smiley/22_3_65_0_0_0_0_0_0.gif
http://www.fakenamegenerator.com/smiley/22_3_6_0_0_0_0_0_0.gif http://www.fakenamegenerator.com/smiley/11_83_91_0_0_0_0_0_0.gif http://www.fakenamegenerator.com/smiley/3_12_34_0_0_0_0_0_0.gif
Lucine

Ça me donne envie de faire des œuvres d’art.
http://www.fakenamegenerator.com/smiley/3_26_1_0_0_0_0_0_0.gifhttp://www.fakenamegenerator.com/smiley/3_12_1_0_0_0_0_0_0.gif
Lucas

Ça me donne envie de http://www.fakenamegenerator.com/smiley/1_53_97_0_0_0_2_0_0.gif et ça me donne envie http://www.fakenamegenerator.com/smiley/23_10_28_0_0_0_2_0_0.gif tous !
Houda

Ça me donne envie http://www.fakenamegenerator.com/smiley/16_26_61_0_0_0_2_0_0.gif http://www.fakenamegenerator.com/smiley/17_19_32_0_0_2_0_0_0.gif d’ escalader les montagnes ! http://www.fakenamegenerator.com/smiley/13_53_35_0_0_0_2_0_0.gif
Anis

Ça me donne envie d’aller dans le http://www.fakenamegenerator.com/smiley/10_26_87_0_0_0_0_0_0.gif d’un http://www.fakenamegenerator.com/smiley/13_34_83_0_0_0_0_0_0.gif.
Ethan

Un http://www.fakenamegenerator.com/smiley/13_2_31_0_0_0_0_0_0.gif dans http://www.fakenamegenerator.com/smiley/10_0_0_0_0_0_0_0_0.gif sur http://www.fakenamegenerator.com/smiley/2_0_0_0_0_0_0_0_0.gif il prend des http://www.fakenamegenerator.com/smiley/21_0_0_0_0_0_0_0_0.gif, les http://www.fakenamegenerator.com/smiley/9_2_71_0_0_0_0_0_0.gif http://www.fakenamegenerator.com/smiley/5_2_71_0_0_0_0_0_0.gif http://www.fakenamegenerator.com/smiley/3_2_71_0_0_0_0_0_0.gif http://www.fakenamegenerator.com/smiley/10_2_71_0_0_0_0_0_0.gif http://www.fakenamegenerator.com/smiley/6_2_71_0_0_0_0_0_0.gif ramène une http://www.fakenamegenerator.com/smiley/13_11_1_0_0_0_0_0_0.gif pour le rapporter sur la http://www.fakenamegenerator.com/smiley/13_34_83_0_0_0_0_0_0.gif terre.
Rayan
Classé dans : Atelier, Les Limbes, Visite

Rendez-vous 3.1.11

Champs de blés en un clic

Nous voici dans La Galerie envahie de blés, des photos représentants des champs à l’infini. L’artiste a voulu nous sensibiliser sur notre société actuelle de consommation, un simple clic sur l’appareil  et voici la photo bien cadrée.

Il est loin le temps ou l’artiste posait son chevalet, regardait le paysage, mélangeait les couleurs et commençait à peindre pour représenter ce qu’il ressent, mais pas ce qu’il voit.

Exposition Pierre Joseph – Hyper-normandie
Classé dans : Pierre Joseph - Hyper-normandie, Visite

Rendez-vous 3.1.10

Épi de blé aveugle

Visite de l’exposition « Hypernormandie » de Pierre Joseph :

Céline nous présente le procédé de l’artiste :

Répétition de la même photo faite avec le même appareil photo numérique, en automatique : un champ de blé. Au départ, je crois que c’est la même.

Il y a une quinzaine de photos qui à priori se ressemblent toutes. En m’approchant, je constate des différences ici ou là, une feuille verte, une plante « pas épi de blé » qui pousse, fière au milieu de ce champ uniforme, un coquelicot qui fleurit, tranquille. J’ai à la fois envie de plonger dans ce champ de blé, et aussi une sensation de froideur, de mêmeté qui me donne envie de chercher les différences, et si je n’en trouve pas, de m’enfuir.

Exposition Pierre Joseph – Hyper-normandie

Les expériences proposées par Céline nous font ressentir la difficulté de se sentir en confiance pour se déplacer dans l’espace en aveugle avec un guidage rapproché ou à distance de l’autre, ou encore plus déroutant mais assez agréable, être guidé par l’autre et utilisé comme rétine, comme appareil photo de l’autre.

Atelier de dessin en aveugle avec un guide :

Ce moment a été très prenant et surprenant : lorsque j’ai guidé mon binôme, je n’avais pas conscience de la concentration et de la fatigue que cela lui demandait, et j’ai pris beaucoup de plaisir à peindre en utilisant G comme pinceau.

Lorsqu’à son tour, elle m’a utilisé comme pinceau, j’ai pris beaucoup de plaisir à le faire et la découverte du résultat final m’a beaucoup plu et intriguée . Comme si des impressions de l’expo s’étaient inscrites dans ma mémoire, et j’ai découvert une fleur, et des plantes que je ne pensais pas avoir dessinées.

Atelier autour de l'exposition
Classé dans : Atelier, Pierre Joseph - Hyper-normandie, Visite

Rendez-vous 3.1.9

Les champs de blé

J’ai ressenti la sensation de me promener dans un champs de blé, lorsque j’ai visité l’exposition. Je me suis rendu compte que toutes les photos n’étaient pas pareilles, car en regardant de plus près, je me suis aperçu que dans les champs de blé il y avait des coquelicots et des brins d’herbe, et j’ai vu aussi des criquets dans plusieurs œuvres d’arts.

Exposition Pierre Joseph – Hyper-normandie

Quand je suis passé dans la phase suivante de ma visite à La Galerie, on a fait un jeu qui s’appelle l’aveugle : se tenir par la main et de se regarder en même temps dans les yeux et aussi on a fait l’expérience de guider son prochain à marcher les yeux fermés avec un bâton et de le guider un peut partout dans une pièce.

Atelier autour de l'exposition
Classé dans : Atelier, Pierre Joseph - Hyper-normandie, Visite

Rendez-vous 3.1.8

La campagne en été

Les champs de blé ont la couleur blonde. Il y a plusieurs photos de champs de blé qui étaient différentes les unes des autres.

Ces photos ont été prises avec un appareil photo numérique qui a pris les photos tout seul.

Les champs de blé fleuris nous font penser à l’été avec ces coquelicots rouges. Cette œuvre nous fait penser aux vacances.

Classé dans : Pierre Joseph - Hyper-normandie, Visite

Rendez-vous 3.1.7

Un duo suite à la visite de l’exposition « Hypernormandie » !

Durant l’exposition, j’étais perdu par le nombre de photographies ayant beaucoup de points communs, mais se différenciant par des détails égarés dans celles-ci. De temps en temps, je m’apercevais que certaines avaient été prises du même endroit avec une légère rotation.

Exposition Pierre Joseph – Hyper-normandie Exposition Pierre Joseph – Hyper-normandie

Après cette exposition et avant l’atelier, une sorte d’échauffement à eu lieu pour s’habituer à travailler en aveugle guidé par une deuxième personne.

Atelier autour de l'exposition

L’atelier était intéressant car il permettait de construire un dessin par l’intermédiaire d’une deuxième personne qui servait de main. Comme la main ne voyait pas ce qu’elle faisait et que nous ne devions  pas intervenir ; cela donnait l’image d’une personne n’ayant pas de membres supérieurs et guidant une personne malvoyante. Cela créait un certain effet comique en raison des maladresses occasionnées provoquant un attendrissement.

Atelier autour de l'exposition

 

Classé dans : Atelier, Pierre Joseph - Hyper-normandie, Visite

Rendez-vous 3.1.6

Visite à La Galerie

On a visité à La Galerie une exposition sur des champs de blé, des champs à perte de vue. Les photos étaient prisent de haut, on ne voyait que le champs de blé, j’ai beaucoup aimé la présentation.

On a fait des jeux, par deux : l’un servait de robot, l’autre le guidait pour prendre des photos, avec les yeux fermé, c’était impressionnant. Il a eu aussi le bâton : toujours par deux, l’un dirigeait l’autre.

Pour terminer, on a dessiné les yeux fermés un épi de blé. C’était prenant, on se laissait guider par l’autre…

Atelier autour de l'exposition
Classé dans : Atelier, Pierre Joseph - Hyper-normandie, Visite

Rendez-vous 3.1.5

Promenade dans les champs de blé

De salle en salle, pas à pas, on se promène dans un champ de blé où l’on croirait, au premier abord que tous les épis se ressemblent. Mais en se rapprochant de ces photos, on se rend compte qu’elles sont différentes. En effet, des couleurs vives se distinguent dans cette immensité de blé jaune : le vert des feuilles des plantes ça et là, le rouge vif des coquelicots. Dans ces champs jaunâtres, la nature reprend ses droits…

Exposition Pierre Joseph – Hyper-normandie
Classé dans : Pierre Joseph - Hyper-normandie, Visite

Rendez-vous 3.1.4

Dessiner sans voir

L’expo ne m’a pas du tout plu mais l’activité était très bien.  Les images des champs de blé étaient ennuyeuses.  J’ai particulièrement apprécié la séance de dessin à l’aveugle et à deux : celui qui dessine ne voit pas et il se fait aider par quelqu’un pour le dessin et les couleurs.  Il me semble que dessiner sans voir donne des résultats plus intéressants.  On sort du cadre du dessin et cela n’est pas gênant au contraire cela le met en évidence.

Atelier autour de l'exposition
Classé dans : Atelier, Pierre Joseph - Hyper-normandie, Visite

Rendez-vous 3.1.3

L’épi

Quel plaisir d’être ensemble autour de cet atelier.

Chacun se prête au jeu du duo autour du dessin d’un épi de blé. La direction des opérations est confiée à l’autre qui nous oriente, nous guide dans cette création unique…

Les yeux fermés, nous entrons dans une autre dimension… À droite, en haut, à gauche, plus bas… Mise en couleur…

Le résultat nous surprend. Mais à qui appartient cette création ?

Atelier autour de l'exposition

 

Classé dans : Atelier, Pierre Joseph - Hyper-normandie

Rendez-vous 3.1.2

La photographie dans l’art contemporain

C’est mardi 16 janvier 2016 que je suis allé au Rendez-vous 3.0 en observation, même si j’ai pratiqué comme les autres, pour découvrir l’atelier d’art contemporain avec le CATTP et le CMP.

Dans le centre d’art proche de la médiathèque de Noisy-le-Sec, appelé La Galerie, nous avons découvert l’exposition de Pierre Joseph intitulée « Hypernormandie ».

Il s’agit de photos de champs de blé affichées aux murs blancs, sans cadre. Le fait que le champ soit à perte de vue crée une dynamique d’infini et l’automatisme de la récolte font que tout se rapporte à la photographie numérique qui est elle aussi automatique et infinie.

Pour coller à la thématique, nous avons fait un atelier en binôme qui se résumait à guider son partenaire à l’aveugle c’est-à-dire qu’une des deux personnes fermait les yeux et l’autre la guidait d’abord en la tenant avec les mains puis ensuite avec un bâton.

Nous avons aussi expérimenté de se regarder droit dans les yeux pendant une minute ce qui n’est pas aussi simple que ça en à l’air car la sensation est très gênante.

Une des parties de l’atelier consistait à dessiner à l’aveugle avec les indications de notre partenaire de façon à ce que la seule chose qui nous guide et nous relie soit la voix du partenaire ayant les yeux ouverts. Le rapport avec la photographie se trouvait dans la persistance rétinienne (notre faculté à garder en mémoire ce que l’on a vu précédemment) que nous avons utilisé quand nous devions dessiner, en particulier des épis de blé qui, je le rappelle, constituaient le sujet des photographies de l’exposition.

Je n’ai pas été particulièrement touché par les œuvres, qui me semblaient étranges (peut-on appeler cela de l’art ?) mais l’expérience de dessiner sans regarder a été, pour moi, assez enrichissante.

Atelier autour de l'exposition

 

 

Classé dans : Atelier, Pierre Joseph - Hyper-normandie, Visite

Rendez-vous 3.1.1

Analyse de la visite et de l’atelier autour de l’exposition « Hypernormandie » de Pierre Joseph

Hier, j’ai assisté à l’atelier d’art contemporain de La Galerie. C’était surprenant, même si j’ai vraiment un problème avec l’art contemporain, j’ai pu apprécier à sa juste valeur ce moment.

Nous avons parlé de l’œuvre de Pierre Joseph et puis ensuite, on a reproduit le mécanisme d’un appareil, en groupe de deux. Ensuite, grâce à des feuilles et des feutres, toujours a deux , nous avons dessiné à l’aveugle.

Nous avons remarqué que certaines choses que nous n’aurions jamais pu dessiner en voyant sont apparues. Grâce à l’atelier à deux, nous avons pu découvrir ces sensations et en faire une œuvre.

Malheureusement, j’ai trouvé les commentaires sur l’œuvre un peu tirés par les cheveux, mais c’est normal pour une œuvre d’art contemporain qui est surtout une collection de photo d’épis de maïs.

Exposition Pierre Joseph – Hyper-normandie

 

Classé dans : Atelier, Pierre Joseph - Hyper-normandie, Visite

Rendez-vous 3.0 « Je suis ta rétine »

Autour de l’exposition « Pierre Joseph – Hyper-normandie »

“Hypernormandie” est une exposition de photographies de champs de blé. Pour produire ces images et de façon parfaite et illimitée, l’artiste Pierre Joseph utilise la haute technologie de la photographie numérique. L’hyper efficacité du numérique impose son rythme au paysage.

La photographie permet de prolonger son corps par un mécanisme puissant plus efficace, plus productif que ne le sont le bras, l’œil ou même le cerveau humain. Sans disposer de ce type de matériel, nous testons le prolongement du corps par une autre méthode. Par exemple, un outil très élaboré : le corps d’un autre. Par groupe de deux, l’un donne des ordres à l’autre. Les yeux bandés, il devient son outil. Tous deux élaborent une œuvre plastique commune inspirée des champs de blés de Pierre Joseph. Les rôles seront ensuite inversés.

 

Classé dans : Atelier, Pierre Joseph - Hyper-normandie

La vie de la nature

Classé dans : Atelier, Pierre Joseph - Hyper-normandie

Ten pictures

Ronald

Classé dans : Atelier, Pierre Joseph - Hyper-normandie

Le bois, du clair au foncé.

Classé dans : Atelier, Pierre Joseph - Hyper-normandie

Blanc comme dur

Classé dans : Atelier, Pierre Joseph - Hyper-normandie

Building illusion

Classé dans : Atelier, Pierre Joseph - Hyper-normandie

Les Sœurs Blanches

Classé dans : Atelier, Pierre Joseph - Hyper-normandie

Atelier L’art en blog – Premiers sentiments sur les blés

L’exposition « Hypernormandie » présente deux séries de « photographies sans fin » d’un paysage sans fin, sans ciel, sans sol, sans fond : des champs de blé à perte de vue, éclairés d’une lumière uniforme, dont les épis sont tous quasiment identiques, poussant au même rythme jusqu’à une même hauteur. L’artiste, Pierre Joseph, a fait le choix d’un protocole de prise de vue et d’impression laissant une grande part aux préréglages (mode automatique) des différents appareils. L’accrochage est élémentaire, le nombre de tirages photographiques étant déterminé par la longueur des murs de l’espace d’exposition.

L’atelier est l’occasion de faire l’expérience de cette proposition particulière et de prendre conscience de son caractère immersif. La visite se fait en autonomie : seul_e et en silence. Une zone temporaire d’échange est délimitée au centre de La Galerie : les phases d’exploration solitaire sont entrecoupées de temps de discussion qui permettent de mieux comprendre la démarche de l’artiste. On aborde des notions clés d’analyse de l’image : le cadrage, le champ et le hors-champ, les différents plans… Nous repérons l’effet de série, de répétition, les légères variations. Quels sentiments ressentons-nous dans cet espace ? Parmi une longue liste d’adjectifs, les enfants en entourent trois qui correspondent le plus à ce qu’ils ressentent. Ils découpent les mots et les collent sur une reproduction d’une photo de l’artiste. A la médiathèque, chacun écrit un texte pour nous raconter pourquoi il a ressenti ces émotions dans l’exposition.

Classé dans : Atelier, Pierre Joseph - Hyper-normandie

Premiers sentiments sur le blé

Oussoumane


J’ai étais attentif  à tous les détails des champs de blé. Je me suis senti calme parce qu’on a fait la visite sans parler et seul. Je me sens impressionné par ce que j’ai vu, par l’exposition car il y avait la répétition de la même image. Je n’avais jamais vu ça ailleurs.

Mughees


Je me sentais calme car j’étais impressionné et je me sentais bien. J’étais impressionné parce que je n’avais jamais remarqué ce que Anna nous a dit. J’étais tranquille car je m’amusais bien.

Nigarish


Libre : j’ai choisi libre parce que personne ne nous dérangeait.
Calme : parce qu’on entendait aucune voix.
Détendue : parce que personne nous embêtait.

Lina


Je me suis sentie étonnée parce que je m’attendais à ce que tous les épis de blé soient pareils et en fait ils étaient différents. Je me suis sentie attentive pour arriver à voir tout ce qu’il y avait dans les images. J’ai trouyé que c’était créatif et ça m’a donné envie de faire pareil, j’étais inspirée! J’aurai photographié moi différentes sortes de fleurs.

Théodore


Je me sens égal, impressionné et scotché : c’est bien fait, moi aussi, je suis créatif, j’aimerai bien construire des statues. Je suis impressionné par les photos parce que le photographe a fait de jolies photos.

Adama


Je me sens calme, j’ai choisi ce mot parce que quand j’étais devant les tableaux je me suis senti tout seul avec du blé. Puis je me suis senti CONTENT parce que j’étais avec des personnes gentilles.
Et joyeux parce que j’étais avec toutes ces personnes et après ça c’est passé super bien !

Mohamed-Amine


Bouche Bée : blé
Distrait : parce qu’essayer d’écouter le blé bouger. Pour moi le blé a bougé.
Ahuri : parce que j’étais content

Matoumani


Attentif : J’étais attentif d’écouter et de chercher des mots qui vont parler de blé.
Calme : parce que le blé ne bouge pas.
Impliqué : parce que je me suis senti comme ce champ de blé.

Méline


Intéressée : Je me suis senti intéressée parce que je voulais en savoir plus sur tous ces champs de blé.
Etonnée : J’étais étonnée parce que j’ai découvert que dans les blés il y avait d’autres plantes : des herbes et d’autres plantes.
Attentive : Je devais être attentive pour bien comprendre les images.

Classé dans : Atelier, Pierre Joseph - Hyper-normandie

Rendez-vous 3.0.8

Meubles dans La Galerie ?

Bouquet de fleurs
Télévision avec un film pas très lisible datant de quelques années
Grande table pas régulière en surface
Tapis avec deux gros cailloux
Et encore d’autres… Qu’ont-ils donc en commun ?
Objets de tous les jours revisités.
Que comprendre de ces œuvres ?
Beaucoup de questionnements
À chacun de trouver sa réponse, de se questionner, de s’interroger !

Et pourquoi pas détourner la pensée première de l’artiste ?
A-t-on le droit de critiquer ?
Surement que OUI
Il faut se sentir libre de penser autrement que l’artiste, de déformer son idée, de se l’approprier

À vous  de vous faire une idée. Allez voir cette exposition et réfléchissez-y !

Exposition Problèmes de type grec Exposition Problèmes de type grec Exposition Problèmes de type grec
Classé dans : Problèmes de type grec

Rendez-vous 3.0.7

La table bosselée

Ce que j’ai aimé : la table qui était grande, blanche et rectangulaire.

Ce que je n’ai pas aimé : le masque.

Il y avait des choses amusantes comme le tapis où il y avait des pierre noires et blanches.

J’ai aimé le rideau et la décoration de la salle.

Atelier autour de l'exposition

 

Classé dans : Problèmes de type grec

Rendez-vous 3.0.6

Le vandalisme exposé

Nous voici dans La Galerie. On nous propose un atelier où chaque personne peut exprimer tout son ressenti sur l’expo par des mots ou des gestes qu’on peut qualifier de vandalistes. C’est bien ce qu’il nous a été dit de faire.

Un participant a jeté un papier froissé sur une œuvre. Un autre a écrit des mots sur un petit carton collé sur le mur à côté d’une œuvre. Un bouquet n’en était plus un, il était temps de le changer. Des boites posées sans dessus dessous formait des meubles. Une table était si bancale au milieu d’une pièce qu’il aurait mieux valu la mettre à la décharge.

Exposition Problèmes de type grec

Voilà ce que je peux dire sur cette expo où chaque participant a pu exprimer à sa façon comment on peut faire du vandalisme. C’est bien la première fois que l’on s’exprime comme ça.

Exposition Problèmes de type grec

 

Classé dans : Problèmes de type grec

Rendez-vous 3.0.5

La table à travers

Dans  l’exposition et l’atelier, j’ai choisi la table. La table est de travers et fait tomber les objets.

Puis il y avait des  crayons noirs, des gommes, des feutres et des feuilles de papier pour écrire ce qu’on voulait.

Je me suis déguisé avec le masque. J’étais en colère en détruisant l’art et  la vie.

Ensuite, on m’a photographié. Ça m’a plu et j’ai tout accroché avec le scotch sur les murs.

Atelier autour de l'exposition
Classé dans : Problèmes de type grec

Rendez-vous 3.0.4

Exposition non conventionnelle

Bouquet de fleurs fanées, table très illusionniste.

La déformation en blanc et noir explique l’imperfection de l’humain.

Les post-it au mur relatent la liberté de création et d’idée de l’échange.

Exposition Problèmes de type grec

La télé nous raconte l’histoire d’un film oublié dans une boite d’archive qui s’est révélé opérationnel.

Nous montrons des images en boucle.

Est-ce qu’un bouquet peut être une œuvre d’art ? Est-ce qu’une idée peut être une œuvre d’art ?

Classé dans : Problèmes de type grec

Rendez-vous 3.0.3

Expo et vandalisme

La première chose qui frappe en entrant dans La Galerie, c’est le pot de fleurs magnifique installé sur une colonnade de type grec. Ensuite, ce qui est intriguant, c’est la table blanche légèrement ondulée ; en la regardant, on peut avoir des sensations de vertige.  Les deux sculptures sur le tapis de laine étaient très belles.  Une télévision installée sur un socle montrait des images brouillées. Un grand panneau étaient entièrement couvert de post-it de toutes les couleurs avec des mots inscrits sur chacun d’entre eux.

Exposition Problèmes de type grec

Ensuite, on a fait un atelier créatif très rigolo.  On est devenu des acteurs déguisés en cambrioleurs pour venir vandaliser l’exposition. On portait chacun des masques blancs avec des foulards, et sur des cartels, on a inscrit des mots qui détruisent le sens de l’exposition ; en fait, on a renommé les œuvres.

Atelier autour de l'exposition
Classé dans : Atelier, Problèmes de type grec, Visite

Rendez-vous 3.0.2

L’exposition représentait peu d’œuvres !

En effet, les œuvres représentaient des interrogations sur le thème de représentation de l’art. Il nous a été montré une petite vingtaine d’œuvres comme le porte-manteau ou la table gondolée.

Exposition Problèmes de type grec Exposition Problèmes de type grec

Le personnel de La Galerie nous a ensuite permis de critiquer une  œuvre. Cela était fortement amusant car on pouvait utiliser différents outils linguistiques en utilisant l’oral et l’écrit. Une personne a fait de l’humour en critiquant le texte sur la crise grecque en allemand : « Verboten für die französischen. Das ist nicht gut and glücklich liebhaber. « 

Classé dans : Problèmes de type grec

Rendez-vous 3.0.1

L’horreur à La Galerie

Venir pour voir des « horreurs » à La Galerie

Je suis passé par hasard sur Noisy-le-Sec et soudain j’ai eu un flash qui m’a traversé la tête. Ce flash venait tout droit, traversant la fenêtre de La Galerie. J’ai vu un groupe de vandales en train de saccager brutalement les œuvres d’arts d’une exposition. La seule et unique chose qui ne me semblait pas très familière dans ce genre de comportement de ces hooligans, c’était l’attitude non physique de ce groupe de vanda-liste qui ne posait guère leur mains sur les œuvres d’art, je trouvais ça très bizarre de leur part car leur comportement ne comportait pas un geste physique, mais des comportements verbaux, cela s’appelle la liberté d’expression.

Exposition Problèmes de type grec
Classé dans : Problèmes de type grec

Rendez-vous 3.0 « Vandalisme »

Autour de l’exposition « Problèmes de type grec »

Comment se placer, prendre la parole, exister, dans un groupe ou un environnement ? “Problèmes de type grec” réunit douze artistes avec des œuvres qui prennent la forme d’objets, de mots, de paroles ou encore de gestes. Ces œuvres doivent-elles être utiles? Les mots doivent-ils signifier quelque chose pour exister ? Dans le cadre préservé d’une exposition, les œuvres sont chez elles. Elles se présentent en groupe sous l’égide d’un titre.

Nous intervenons directement sur l’exposition par des actions précises : réalisation de nouveaux cartels faits à la main, une affiche propose un nouveau titre pour l’exposition, des commentaires et des poèmes énoncés à haute voix et des petites interventions sur les œuvres.

Pour remettre en question les œuvres dans ce que nous percevons d’elles, pour fragiliser leurs existences à La Galerie, nous inventons des réponses directes, poétiques, irréfléchies, absurdes ou sensibles aux œuvres. Prenant comme marche-pied la provocation, nous les vandalisons un peu pour oser les affronter. Masqués, nous jouons tout cela sous l’objectif de la caméra.

Classé dans : Atelier, Problèmes de type grec

Les mots liés

Il était une fois une fleur qui était contente parce qu’il y avait ses amis, ils dansaient dans le bouquet. Une fleur artificielle, c’est une fleur qui était bizarre. L’une danse et l’autre chante ! Elles font la fête ensemble.
Fatima & Alicia

Aujourd’hui, à la Mairie, le Maire fait une réunion autour d’une table pour faire construire une nouvelle école primaire. Des villageois n’étaient pas d’accord car ils trouvent qu’il n’y a pas assez de parcs mais vu que le Maire a le pouvoir, il réussit à la faire construire ! Il a eu raison de construire l’école primaire car il y a trop de collèges et de lycées !
Loqman & Adam

Il était  une fois un adulte saoul qui errait dans les rues. Il était bizarre mais, à un moment, il a arrêté de boire. Il est délivré de tout son alcool. Il aide les gens à arrêter de boire, maintenant il est normal et sans alcool.
Idrissa

Tu es saoul, arrête de boire, tu vas avoir mal au ventre. Pire, tu vas voir des fleurs artificielles bizarres. Pour te délivrer de ça, il faudra arrêter de boire.
Louise & Flavien

Il était une fois une table magique qui parlait. Un jour on posa un vase rempli de fleurs, le lendemain, les fleurs avaient disparu. Les propriétaires avaient peur, ils ont racheté des fleurs et ils allaient rendre visite au voyant de la ville. Il leur dit que la table avait mangé les fleurs. Ils rentrèrent chez eux et ils surprirent la table en train de manger les fleurs ! Ils firent changer leur table et la table pleura…
Arthur & Axelle

Il était une fois une table qui avait le pouvoir de créer un nouveau monde magique. Un jour, le Maire décida de visiter la table magique et le portail se ferma et nous n’entendîmes plus jamais parler du Maire !
Abdelhakim – Belkis

Classé dans : Problèmes de type grec

L’aigle qui aime les bains

L’aigle demande à sa maman s’il peut sortir dans le jardin et la maman dit oui et le petit aigle sort dehors. Il marche dans la boue, dans une grosse flaque de boue, il saute dedans, il est rempli de boue et il rentre dans la maison où il va prendre un bain…

Classé dans : Atelier, Only The Lonely