Lison Futé 2018 est arrivé !

  • À propos
  • Archives web
  • Conseils de lecture sur le Web
  • Ecrivez-nous
  • Mon Lison futé préféré
  • Téléchargements

Les enquêtes d’Eraste Fandorine

Classé dans: Lison Futé 2003, Romans d'ailleurs, Romans policiers.

akounine-azazel

Boris Akounine

Azazel

Le gambit turc

Léviathan

La mort d’Achille

Missions spéciales

Presses de la Cité, 1998 à 2003
Traduit du russe
[RP AKO]

Ne sachant à quel titre de cette série m’attacher en particulier, je vous propose le ” pack ” complet (bien que les quatre autres constituant la suite n’aient pas encore été traduits en français, ce qui ne saurait tarder…)
Boris Akounine, de son vrai nom Grigori C-Tchkhartichvili, intellectuel et essayiste moscovite réputé dans son pays, s’est subitement mis à écrire cette série policière historique, sans doute pour se détendre un peu, et il a fort bien fait.
Il donne ainsi naissance à un jeune héros, Eraste Petrovitch Fandorine, évoluant au cœur de la Russie tsariste pré-révolutionnaire de la fin du dix-neuvième siècle.
Il apparaît comme un sympathique jeune homme effacé et très ” propre sur lui “, que l’on pourrait situer entre Sherlock Holmes, Tintin et Hercule Poirot. On nage ici en plein dans la lignée des feuilletonistes de l’époque, et chacune de ses aventures rend hommage de manière brillante et avec une écriture très russe à Conan Doyle, Gaston Leroux, Eugène Sue et autres Maurice Leblanc, poussant même jusqu’à Agatha Christie (voir Léviathan).
Chaque livre peut se lire indépendamment, mais je vous recommande cependant de les lire dans leur ordre de parution, car Fandorine est un personnage qui évolue au fil des enquêtes auxquelles il se voit mêlé. Son ascension sociale n’étant d’ailleurs que bien peu de chose en regard des drames qu’il subira au cours de ses aventures, laissant des traces indélébiles sur sa personnalité, et qui le feront se tourner notamment vers la méditation et les arts martiaux.
Le premier épisode débute en 1876, année de la mort de Bakounine, sans doute pour appuyer le pseudo choisi par l’auteur (B. Akounine), aussi me permettrais-je une citation de ce dernier ” Je ne suis vraiment libre que lorsque tous les être humains qui m’entourent, hommes et femmes, sont également libres, de sorte que plus nombreuses sont les personnes libres qui m’entourent et plus profonde et plus large est leur liberté, et plus étendue, plus profonde et plus large devient la mienne. “, qui me semble bien convenir à ce nouveau justicier…

Yann

dispo

dispo

dispo

dispo

dispo

Laisser une Réponse