Lison Futé 2018 est arrivé !

  • À propos
  • Archives web
  • Conseils de lecture sur le Web
  • Ecrivez-nous
  • Mon Lison futé préféré
  • Téléchargements

Si Beale Street pouvait parler

Classé dans: Lison Futé 2018, Romans d'ailleurs.

baldwin-beale

James Baldwin

Stock, 1997
Traduit de l’anglais (États-Unis) par Magali Berger
[BAL]

Je me souviens d’avoir voulu lire ce livre après avoir vu le film documentaire coup de poing sur James Baldwin Je ne suis pas votre nègre : un réquisitoire remarquable contre le racisme aux États-Unis, réalisé par Raoul Peck en 2016, diffusé sur Arte avant sa sortie en salle, et désormais disponible en DVD dans notre fonds. Je voulais surtout comprendre comment l’écrivain James Baldwin était parvenu à transposer en fiction sa révolte, et les revendications sur la question raciale qu’il a défendues toute sa vie… Écrit en 1973, le roman étonne par sa modernité, ou, hélas pourrait-on dire, par la justesse et la permanence de son propos puisqu’en 2018, le racisme contre les Noirs est toujours autant d’actualité aux États-Unis. Même si la politique semble avoir évolué. Au-delà même du contexte sociétal et du constat de la partialité du système judiciaire américain régi par des Blancs, ce qui m’a bouleversé dans ce roman c’est la force et la pureté de l’histoire d’amour entre la toute jeune Tish et Fonny qui se retrouve en prison après une (fausse) accusation de viol juste au moment où Tish apprend qu’elle est enceinte. C’est aussi l’histoire d’une famille incroyablement soudée et aimante, qui coûte que coûte va tout mettre en œuvre pour sortir Fonny de prison afin de lui permettre d’élever son enfant avec celle qu’il a choisie. La force de l’écriture de James Baldwin transcende la beauté de cet amour tout en faisant prendre conscience au lecteur de la réalité du racisme « ordinaire » dans la société américaine des années 70.

Isabelle B.-C.

dispo


Laisser une Réponse