Lison Futé 2019 est arrivé !

  • À propos
  • Archives web
  • Conseils de lecture sur le Web
  • Ecrivez-nous
  • Mon Lison futé préféré
  • Téléchargements

Mortelle randonnée

Classé dans: Lison Futé 2009, Romans d'ailleurs, Romans policiers.

behm-mortelle-randonnee

Marc Behm

Gallimard (Série Noire), 1981
Traduit de l’anglais (États-Unis) par Rosine Fitzgerald
[RP BEH]

Il se pourrait bien, rien n’est sûr, mais rien n’empêche les conjectures par ailleurs, que Marc Behm soit l’un des plus grands romanciers noirs - je parle du genre - de tous les temps et que personne ne le sache ! Peut-être parce qu’il n’a pas beaucoup produit (une douzaine de romans), ou alors parce qu’il est trop barré (les héros de La vierge de glace sont des vampires qui projettent des casses que leur aptitude à se transformer en chauve-souris facilite un brin, l’héroïne de Crabe est un démon mineur confronté à l’esprit d’Hannibal - le vrai, celui des éléphants dans les Alpes, pas le docteur anthropophage), en tous les cas on n’en cause pas tous les quat’matins, sa mort a même fait moins de bruit que celle de Pierre Siniac (tout aussi, voire plus, barré, mais nettement plus prolifique).
Pour attaquer Behm en douceur, Mortelle randonnée est plutôt bien. Pas de vampire (quoique Joanna Erris se pose un peu là en ange de la mort) ni de démon. Juste un pauvre type, détective, surnommé L’œil, qui suit comme son ombre - littéralement - une jeune fille qui dessoude les types à la pelle pour s’acheter des voitures et une certaine liberté. Ce qui commence comme une enquête classique ne tarde pas à tourner en eau de boudin quand le détective fasciné omet de la dénoncer, oublie son enquête et commence même à effacer les traces un peu trop visibles qu’elle laisse derrière elle.
Bien sûr il y a le film homonyme de Claude Miller, remarquablement adapté par Michel Audiard, qui en avait acheté les droits, et on voit tout de suite ce qui a séduit l’auteur de La nuit, le jour et toutes les autres nuits (recommandé, à fort juste titre par Fabrice dans un ancien Lison Futé) : le désespoir implacable qui habite ce roman, pourtant étonnamment léger et non dénué d’un certain humour et d’une rare élégance (Behm fut le scénariste de Charade, de Stanley Donen, avec Cary Grant et Audrey Hepburn, qui demeure une leçon de classe cinématographique à peu d’égales). Mais dans le bouquin, il y a plein de trucs qui mériteraient une bonne douzaine de relectures. Des références à Shakespeare, aux contes, aux rêves, les traçages des itinéraires, la litanie hallucinée des noms de villes qui dessine une topographie fantasmatique des Etats-Unis, tout ça sous la forme d’un roman de gare ! Je vous le disais, il se pourrait bien que Marc Behm soit l’un des écrivains les plus sous-estimés tout court !

Emmanuel T.

dispo

Ce livre a fait l’objet d’une adaptation cinématographique en 1983, réalisée par Claude Miller, avec Michel Serrault et Isabelle Adjani.

Laisser une Réponse