Lison Futé 2019 est arrivé !

  • À propos
  • Archives web
  • Conseils de lecture sur le Web
  • Ecrivez-nous
  • Mon Lison futé préféré
  • Téléchargements

D’autres vies que la mienne

Classé dans: France, Lison Futé 2009.

carrere

Emmanuel Carrère

POL, 2009
[CAR]

Décembre 2004. Emmanuel Carrère, sa compagne et leurs fils sont en vacances au Sri Lanka. Ils ont sympathisé avec un jeune couple et sa fillette de quatre ans. Le tsunami emporte la petite et Emmanuel Carrère se retrouve témoin d’un des drames qu’il redoute le plus pour lui-même : la perte d’un enfant.
Quelques mois plus tard, sa belle-sœur qu’il connaît peu, mère de trois petites filles, est terrassée par un cancer à trente trois ans. Emmanuel Carrère se trouve à nouveau confronté à un événement dramatique.
Après l’enterrement de la jeune femme, un collègue de celle-ci réunit les proches pour leur parler d’elle : « Pendant les cinq ans où nous avons travaillé ensemble au tribunal de Vienne, elle et moi, nous avons été de grands juges. »
Cette phrase alerte l’écrivain qui décide de raconter l’amitié particulière qui a uni ces deux juges, touchés chacun par la maladie, et le combat professionnel qu’ils ont mené pour défendre les victimes du surendettement face à des organismes de crédit voraces.
Tous ces portraits de vies dans lesquelles le tragique fait brutalement irruption sont l’occasion pour Emmanuel Carrère de mesurer la fragilité de son bonheur tout récemment conquis, de rendre hommage à d’autres vies et de laisser une trace écrite pour trois fillettes qui, plus tard, se souviendront peu de leur mère.
Un seul adjectif me vient pour qualifier « ce livre de vie et de mort, de maladie, d’extrême pauvreté, de justice et surtout d’amour » : humain.

Marie-Christine

dispo

1 Réponse à D’autres vies que la mienne

  1. Ariane D.

    J’ajouterai à cette belle chronique que l’on pleure du début à la fin, qu’on sort de cette lecture lourd et léger à la fois.

    Il faut lire tous les livres d’Emmanuel Carrere. Tous valent le coup. Mais il faut peut être les lire dans l’ordre de leur parution parce que ces romans sont de plus en plus réussis ; parce qu’on voit l’homme (Emmanuel Carrere) évoluer, grandir, se bonifier, se pacifier derrière la narration.

Laisser une Réponse