Lison Futé 2018 est arrivé !

  • À propos
  • Archives web
  • Conseils de lecture sur le Web
  • Ecrivez-nous
  • Mon Lison futé préféré
  • Téléchargements

Le dernier des nôtres

Classé dans: France, Lison Futé 2017, Livres numériques.

declermonttonerre-dernier

Adélaïde de Clermont-Tonnerre

Grasset, 2016
[CLE]

Ce livre s’ouvre en 1969 à Manhattan sur une histoire d’amour. Rebecca est une jeune femme libre et fougueuse, artiste peintre, issue d’une des familles les plus aisées de New York. Werner est plutôt bel homme, il est dynamique, ambitieux en affaires. Ses parents, des Américains simples et aimants, l’ont adopté à l’âge de 3 ans. Le couple vit le rêve américain des années 60-70. Les choses se compliquent lorsque Rebecca présente Werner à ses parents. Sa mère, rescapée d’Auschwitz, apparaît tétanisée devant le jeune homme. Ses traits, sa carrure lui semblent familiers… Suite à la réaction étrange de sa mère et sans donner d’explications, Rebecca va disparaître pendant des mois, laissant Werner dans l’incompréhension.
Parallèlement, l’histoire se poursuit en 1945 en Allemagne pendant le bombardement de Dresde. Parmi ce massacre humain, il y a Luisa, qui perdra la vie en donnant naissance à un fils. Avant de mourir, elle demande à ce que le garçon soit confié à sa belle sœur, avec pour unique message le suivant : « Ne changez pas son nom, il s’appelle Werner Zilch, c’est le dernier des nôtres ». De là apparaîtra toute l’intrigue autour des origines de la famille de Werner.
Le récit bascule finement entre deux espaces temps et donne le sentiment de passer de l’enfer au paradis à chaque chapitre. La toile de fond historique du roman apporte une certaine crédibilité à l’histoire, purement romanesque. Le travail de documentation de l’écrivain, qui est aussi journaliste de profession, est d’ailleurs à souligner. Je me suis laissée emporter par l’intrigue de ce livre, aussi par les personnages que l’on suit à travers les générations. Même si parfois au cours du récit, ils se révèlent être des caricatures d’eux-mêmes, ils participent à l’ambiance du livre, et à ce côté « saga familiale » que beaucoup de lecteurs apprécient et dont je fais partie.

Noemie

dispo


Laisser une Réponse