Lison Futé 2017 est arrivé !

Docteur Futur

Classé dans: Classiques, Lison Futé 2015, Romans d'ailleurs, Science fiction.

dick-docteur

Philip K. Dick

J’ai lu, 2014
Traduit de l’anglais (États-Unis) par Florian Robinet
[RSF DIC]

Je suis à la veille de mon départ en vacances et je me retrouve, comme assez souvent dans ce cas-là, face à un dilemme. Il faut que je trouve un bon roman à lire, mais comment choisir ? Plusieurs solutions s’offrent à moi. Ou bien j’en prends un que je n’ai pas encore lu chez mes auteurs favoris. Point positif : une prise de risques minimale. Point négatif : une prise de risques minimale. Ou alors, j’en choisis un sur une des tables de présentation de la médiathèque en lisant la quatrième de couverture pour avoir une idée du propos. Point positif : une possible belle découverte. Point négatif : le risque que j’arrête au bout de 20 pages parce que je n’aime pas et que je finisse mes vacances à lire Nice-Matin tous les jours. Et là, mesdames et messieurs, j’ai LA solution, attention roulements de tambours… Il faut prendre une réédition. Le truc bien avec les rééditions c’est qu’on découvre parfois « des vieilles nouveautés ». Me voilà donc parti avec Docteur Futur de Philip K. Dick dans ma valise. Un auteur que j’apprécie mais dont je n’ai lu qu’une infime partie de l’œuvre colossale. J’embarque pour un voyage bien singulier avec le docteur Jim Parsons qui se retrouve propulsé sans comprendre dans le futur au cœur d’une société qui ne soigne plus ses malades et blessés mais les achève. Moyenne d’âge de la population, environ 15 ans. Je vous laisse découvrir la suite de ce récit incroyable aux multiples rebondissements. A la manière d’un félin, Philip K. Dick s’aventure sur des chemins tortueux mais finit toujours par retomber sur ses pattes de façon magistrale. A mon sens, une des façons de reconnaître un génie réside dans sa capacité à dépasser les frontières de son genre pour le rendre accessible au plus grand nombre sans pour autant l’appauvrir ou le dénaturer. Pour finir ma chronique voici une critique qui illustre plutôt bien mon sentiment. “Ce qu’a été Franz Kafka pour la première moitié du XXe siècle, Philip K. Dick l’a été pour la seconde.” Art Spiegelman

Grégory

dispo


1 Réponse à Docteur Futur

  1. Roberto I. Petzer

    Gregory, personne, tu m’entends bien PERSONNE, ne peut t’obliger à lire Nice Matin!

Laisser une Réponse