Lison Futé 2018 est arrivé !

  • À propos
  • Archives web
  • Conseils de lecture sur le Web
  • Ecrivez-nous
  • Mon Lison futé préféré
  • Téléchargements

La vie de Gus Orviston

Classé dans: Lison Futé 2001, Romans d'ailleurs.

duncan-vie-selon

David James Duncan

Albin Michel (Terres d’Amérique), paru en 1983
Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Michel Lederer
[DUN]

Gus Orviston nous raconte son existence sous le signe de la mouche (celle dont on se sert pour attraper des poissons). Son père, Henning Hale-Orviston, surnommé H2O, est chroniqueur dans la partie pêche d’un journal de l’Oregon, et ne reconnaît sous le nom de pêche que celle qui s’effectue avec un leurre artificiel, communément appelé mouche. Sa mère est une pêcheuse à l’asticot, ce qui crée nombre de controverses dans le foyer Orviston. Bill Bob, son petit frère, a en horreur tout ce qui peut rappeler l’eau et sa faune, de près ou de loin.
Gus est un pêcheur hors norme, un pêcheur-né, qui voue sa vie à cette activité jusqu’à dix-sept ans sans se soucier du reste. Puis un jour, alors qu’il observe la rivière depuis un promontoire, il aperçoit dans ses méandres les prémices d’une question : ” Pourquoi ” (why dans le texte original, ce qui, convenons-en, est plus crédible). Il va tenter d’y répondre.
Ce n’est pas parce qu’on n’aime pas la pêche, ni même parce qu’on ne manifeste aucun intérêt pour ce ” sport “, qu’il faut se priver du plaisir de lire les aventures de ce Garp aquaphile. C’est un livre complet : à la fois roman d’initiation, plaidoyer écologique, roman d’amour, étude des petites vies de l’Amérique profonde, encyclopédie piscicole, c’est aussi un livre très drôle, plein de vie, avec un chien qui parle, une souris qui chante, une fille qui pêche dans le plus simple appareil, des hippies, des chèvres, un philosophe, une rivière qui prend sa source dans une banque, des randonnées impromptues, des gens sans histoires qui ont des choses à raconter, une épicerie et des épicéas.

Emmanuel

dispo

Laisser une Réponse