Lison Futé 2019 est arrivé !

  • À propos
  • Archives web
  • Conseils de lecture sur le Web
  • Ecrivez-nous
  • Mon Lison futé préféré
  • Téléchargements

American Tabloïd

Classé dans: Classiques, Lison Futé 2010, Romans d'ailleurs, Romans policiers.

ellroy

James Ellroy

Rivages, 1995
Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Fred Michalski
[RP ELL]

Je sais, le dernier volume de la trilogie historique de James Ellroy, Underworld USA est sorti en début d’année, et tout le monde est tombé dans les bras du Mad Dog comme des fleurs dans ceux d’une diva réactionnaire à la fin de son grand air des bijoux (indiscrets). Mais si on revient un peu en arrière, le premier volume n’a pas été accueilli dans un tel tonnerre de louanges. Ellroy, c’était mort. Il avait été au bout du bout de la mécanique qu’il avait lui-même mise en place et qui tournait à vide comme un hamster sous amphets dans sa roue encagée. Eh ben, c’était pas vrai ! On vous a menti ! American Tabloïd est un foutu bon roman qui vous scotche les miches dans le fauteuil pendant des plombes, à se demander, mais jusqu’où ira-t-il (alors qu’on connaît la réponse, il ira jusqu’au bout et même un peu plus loin). L’argument est simple - bien qu’un peu ambitieux : trois types - Kemper Boyd, Pete Bondurant (croisé dans White Jazz) et Ward Littell - vont être au centre de tout ce qui va se passer aux Etats-Unis entre 1958 et 1963 : montée en puissance de JFK, enquête sur la mafia, élection de JFK, désastre de la Baie des cochons, collaborant avec le FBI de Hoover (paranoïaque et voyeur), avec Howard Hughes (complètement piqué - dans tous les sens du terme), avec la CIA, avec la mafia, avec Robert Kennedy. Et ça défouraille sévère, dans tous les sens. Ellroy a retenu les leçons des behaviouristes et les a menées à leur extrême limite : ici on ne s’appesantit pas sur les doutes, les scrupules des protagonistes (en ont-ils seulement ?), on est dans l’action et ça enchaîne. Le style de White Jazz est poussé à son paroxysme : on enclenche la première au chapitre un, la course folle de la voiture ne s’arrêtera qu’à la fin du dernier chapitre. Épuisant mais fabuleux !

Emmanuel T.

dispo

Laisser une Réponse