Lison Futé 2019 est arrivé !

  • À propos
  • Archives web
  • Conseils de lecture sur le Web
  • Ecrivez-nous
  • Mon Lison futé préféré
  • Téléchargements

Eymerich l’Inquisiteur

Classé dans: Lison Futé 2004, Romans d'ailleurs, Science fiction.

evangelisti-t1-nicolas

Valerio Evangelisti

Nicolas Eymerich, inquisiteur

Les chaînes d’Eymerich

Le corps et le sang d’Eymerich

Le mystère de l’inquisiteur Eymerich

Cherudek

Picatrix, l’échelle pour l’enfer

Rivages (Fantasy), 1998 à 2002
Traduit de l’italien par Serge Quadruppani
[RSF EVA]

L’originalité de la série des Eymerich se trouve dans un mélange insolite de science-fiction, de fantastique et d’Histoire, propre à Valerio Evangelisti, où nécessité et hasard, magie et rationnel dialoguent constamment.
Ce qui caractérise les romans de Valerio Evangelisti, c’est tout d’abord l’habileté de la mise en scène, le sens du mouvement et une intrigue nouée d’une poigne solide. Tous ces éléments réunis tiennent le lecteur en haleine jusqu’au dénouement, en passant par des coups de théâtre nombreux. Evangelisti sait interrompre la narration à un moment crucial pour passer à un tout autre sujet au chapitre suivant. Plusieurs aventures se déroulent constamment en parallèle, aux imbrications multiples et ne fournissant cependant les éléments essentiels que par bribes.
Evangelisti a mis au point une construction qui comporte trois lignes narratrices alternées. Mêlant authenticité et roman d’aventures dans un premier temps, les aventures d’Eymerich sont faites également de surnaturel, de la relation entre le pur et l’impur, le bien et le mal. Enfin la troisième ligne mêle temps futurs ou parallèles, explications scientifiques et historiques.
L’inquisiteur est un antihéros subtil : non pas parce qu’il est incapable de se mettre en avant, de résoudre une énigme, de séduire les femmes ou d’user de la force, mais plutôt parce qu’il ne peut pas être aimé en tant que héros : il ne permet pas l’identification ou le transfert du lecteur. Il n’est pas attachant, il est antipathique, trop moral, sans aucune faille. Certaines de ses réflexions montrent qu’il est étranger à tout sentiment héroïque : il n’agit pas pour son compte mais pour celui de Dieu. Il est donc au service d’un supérieur et ne tire aucune gloire de ses prouesses.
Eymerich n’est ni lâche ni sordide : il a, au contraire, sa sombre grandeur.

Gheoine

dispo

dispo

dispo

dispo

dispo

dispo

Laisser une Réponse