Lison Futé 2019 est arrivé !

  • À propos
  • Archives web
  • Conseils de lecture sur le Web
  • Ecrivez-nous
  • Mon Lison futé préféré
  • Téléchargements

Plein Hiver

Classé dans: France, Lison Futé 2015.

gaudy-hiver

Hélène Gaudy

Actes Sud, 2014
[GAU]

Un portrait en creux, voilà ce qui me vient à l’esprit pour définir ce très beau roman construit autour de la disparition et du retour d’un adolescent.
En creux, parce qu’il s’agit du retour inopiné de David Horn, un jeune garçon de 14 ans à l’époque et qui réapparaît subitement quatre ans plus tard déjà presque adulte mais à jamais marqué par cette « disparition » qui restera énigmatique, et c’est bien là la trame de ce roman pas ordinaire.
En creux, parce que c’est l’absence de David qui est au cœur de l’histoire. Cette absence qui crée un vide et une attente immense au sein de sa famille et parmi ses copains. Car autour de David s’est constitué un petit groupe, une fille, Prudence, et trois autres adolescents bien décidés à vivre leurs rêves avec la rage et la grâce propres à leur âge. Charismatique, taciturne et mystérieux, David a toujours exercé une étrange fascination sur son entourage, y compris sur sa propre mère qui semble parfois le découvrir avec étonnement et fierté.
En creux, comme une empreinte de pas dans le paysage enneigé de Lisbon, cette petite ville que fuit le garçon et là où il revient : cette ville du Nord des États-Unis qui porte bien mal son nom tellement il y fait froid, où les habitants eux-mêmes semblent engourdis dans une torpeur et un ennui contagieux, où il n’y a guère que la rumeur qui puisse les accaparer… Rien ne bouge à Lisbon et d’ailleurs il n’y a rien à y faire, même les rêves y semblent étriqués, l’horizon est coupé par les montagnes environnantes et là où un paysage grandiose pourrait inspirer des envies d’évasion à leurs habitants, il n’y a qu’une seule route qui traverse la ville de part en part, secouée régulièrement par le passage de camions.
En creux, enfin, parce qu’Hélène Gaudy écrit tout en finesse par petites touches subtiles, elle suggère plus qu’elle n’en dit et cela ne fait que conforter le mystère.
Lire Plein hiver c’est comme être plongé dans une atmosphère ouatée à l’intranquillité diffuse, c’est comme être poursuivi par une petite musique entêtante et envoûtante longtemps après qu’elle se soit tue…

Isabelle B-C.

dispo


Laisser une Réponse