Lison Futé 2019 est arrivé !

  • À propos
  • Archives web
  • Conseils de lecture sur le Web
  • Ecrivez-nous
  • Mon Lison futé préféré
  • Téléchargements

Petit dictionnaire chinois-anglais pour amants

Classé dans: Lison Futé 2009, Romans d'ailleurs.

guo

Xiaolu Guo

Buchet Chastel, 2008
Traduit de l’anglais (Chine) par Karine Laléchère
[GUO]

Zhuang Xiao Qio, dite Z. pour faire court, est une jeune femme issue de la classe moyenne chinoise. Elle a été envoyée à Londres par ses parents ambitieux pour parfaire son anglais afin de reprendre et d’agrandir un jour leur entreprise de chaussures, même si la jeune femme rêve d’un autre destin. Hébergée les premiers jours dans une auberge de jeunesse ou en d’autres lieux destinés aux jeunes gens de passage, Z. fait très vite connaissance avec un type presque deux fois plus âgé qu’elle, quadragénaire désabusé mais séduisant qui devient son amant. Elle emménage chez lui mais le fossé culturel qui les sépare est immense et Z., armée de sa candeur, d’un immense besoin d’être aimée et de son indispensable petit dictionnaire chinois-anglais, peine à trouver sa place. Tant de concepts occidentaux lui sont étrangers !
L’originalité de ce roman tient à la manière dont s’exprime la narratrice, dans un français très approximatif au départ et qui s’améliore au fil du roman mais toujours teinté de cette saveur particulière d’une langue parlée par un étranger. Chaque chapitre s’ouvre sur un mot ou une notion qui intrigue la jeune femme et qu’elle tente de comprendre avec ses idées et son vocabulaire à elle. Cela donne de savoureux passages, souvent drôles mais presque toujours poétiques et graves à la fois comme celui-ci :
« Je pense que la solitude dans ce pays est une chose très solide, très lourde. Elle est touchable et atteignable, facilement.
La solitude vient me voir pendant certaines heures chaque jour, comme un visiteur. Comme un ami qu’on n’attend pas, qu’on n’a jamais envie de voir spécialement, mais quand même, il vous rend visite et vous aime, à sa manière. Quand le soleil quitte le ciel, quand l’énorme obscurité avale la dernière bande rouge à l’horizon, à ce moment, je vois la silhouette de sa solitude devant moi, et elle entoure mon corps, ma nuit, mon rêve. »
Ce roman est aussi révélateur des efforts que doivent faire des étrangers pour s’intégrer à une culture totalement différente de la leur. Si vous êtes anglophones ou curieux d’y découvrir d’autres subtilités de langage, je vous conseille aussi de lire ce roman dans sa version anglaise d’origine.

Isabelle B-C

dispo

Laisser une Réponse