Lison Futé 2019 est arrivé !

  • À propos
  • Archives web
  • Conseils de lecture sur le Web
  • Ecrivez-nous
  • Mon Lison futé préféré
  • Téléchargements

Animaux solitaires

Classé dans: Lison Futé 2014, Romans d'ailleurs, Romans policiers.

holbert

Bruce Holbert

Gallmeister, 2013
Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Jean-Paul Gratias
[RP HOL]

En 1932, à l’extrême nord-ouest des Etats-Unis, dans l’Etat de Washington, des cadavres d’Indiens atrocement mutilés sont retrouvés à plusieurs endroits du Comté de l’Okanogan. Russel Strawl, policier militaire à la retraite, est engagé par les maires des territoires concernés pour mettre fin au massacre. L’implacable policier solitaire aux méthodes peu scrupuleuses va se mettre en chasse dans les étendues désertiques de la région avec pour seuls compagnons son cheval et son fusil.
La terrible loi de l’Ouest : tuer ou être tué est son leitmotiv pour mener son impitoyable traque. Car si Strawl a été choisi pour mener cette mission ce n’est certainement pas à cause de sa déontologie professionnelle mais bien pour sa connaissance de l’immensité et de la rudesse des espaces et des rares individus qui les peuplent.
Dans cette région, la « civilisation moderne » ne semble pas encore avoir bousculé le paysage où la nature reste maîtresse. Les nouvelles technologies ont aussi beaucoup de mal à s’implanter et le cheval reste le meilleur moyen de locomotion. Mais c’est surtout la mentalité des hommes et des femmes qui marque, puisque ils sont très attachés à un mode de vie et à un rapport au monde, façonnés par leur environnement rugueux. Ce dernier périple est très riche en rencontres et derrière ces personnages taciturnes ou au contraire totalement excentriques (le fils de Strawl est prédicateur), parfois violents, parfois soumis, c’est l’ensemble d’une société que l’auteur nous dépeint magistralement.
Gallmeister s’est fait une spécialité de l’édition de la « littérature des grandes plaines » et des romans sombres américains. Dans ce premier roman, Bruce Holbert réussit une magnifique synthèse entre ces deux genres pour nous offrir un western très loin des clichés où la beauté de la nature n’a d’égal que les dangers qu’elle recèle et où la brutalité des hommes sait parfois s’éclipser pour laisser paraître leur humanisme.

Bruno

dispo


Laisser une Réponse