Lison Futé 2017 est arrivé !

Dr. Adder

Classé dans: Lison Futé 2017, Romans d'ailleurs, Science fiction.

jeter-adder

Kevin Wayne Jeter

ActuSf, 2014
Traduit de l’anglais (États-Unis) par Michel Lederer
[RSF JET]

Le livre s’ouvre sur une annonce parue dans la revue Penthouse en 1972 :
« J’aimerais joindre ma voix à ceux qui réclament des images de femmes amputées dans votre magazine. Les femmes qui n’ont qu’un bras, et surtout celles qui n’ont qu’une jambe, sont particulièrement excitantes et des photos représentant de jolies amputées seraient certainement appréciées par un grand nombre de vos lecteurs ».
Dans un Los Angeles sordide, divisé en trois parties : la Zone-Rat où pullulent les marginaux et les laissés pour compte ; l’Interface, monumental lieu de dépravation, et Orange County, fief des riches, E. Allen Limmit, antihéros du quotidien, a quitté son Phoenix natal pour remettre une mystérieuse mallette au Docteur Adder.
Adulé ou méprisé, inspirant le dégoût ou la fascination, Adder n’en reste pas moins le maître de l’Interface. Grâce à une drogue qui lui permet de connaître les perversions les plus secrètes et intimes de ses clients, le psycho-chirurgien peut modifier à sa guise des prostituées, en les amputant d’un ou plusieurs membres ou en remodelant leurs parties génitales. Pour le plus grand plaisir de tous.
Limmit, perdu dans l’immense Interface, où rampent les prostituées mutilées, va très vite être fasciné par la personnalité de Adder. Si ce dernier se croit tout puissant, il a en face de lui John Moxx, un télévangéliste à la tête des Forces Morales qui ne jure que par la mort de Adder et la purification de l’Interface. Mais rien n’est simple quand les fantasmes les plus glauques sont monnaie courante dans un Los Angeles en pleine déliquescence.
Écrit en 1973 par un jeune étudiant de 22 ans, il faudra attendre 11 ans pour que le roman soit édité, et ce, malgré l’appui et la ténacité de Philip K. Dick.
Roman noir, malsain et nihiliste, Dr Adder se lit comme un polar futuriste, toujours plus éloigné du rêve américain à chaque page, avec son trop plein de débauche et ce fanatisme religieux omniprésent.
Le livre fermé, on reste fasciné par ce personnage complexe, avide de reconnaissance, ambigu et à l’humour bien particulier.

François

dispo


1 Réponse à Dr. Adder

  1. Micah

    Totalement abject et dégoûtant.

Laisser une Réponse