Lison Futé 2018 est arrivé !

  • À propos
  • Archives web
  • Conseils de lecture sur le Web
  • Ecrivez-nous
  • Mon Lison futé préféré
  • Téléchargements

Kaddish pour l’enfant qui ne naîtra pas

Classé dans: Lison Futé 2016, Livres numériques, Romans d'ailleurs.

kertesz-kaddish

Imre Kertész

Actes Sud, 1995
Traduit du hongrois par Natalia Zaremba-Huzsvai et Charles Zaremba
[KER]

Impossible de spoiler ce récit d’Imre Kertész puisque le titre porte en lui son dénouement. L’enfant ne naîtra pas. À quoi bon, alors, lire un récit dont l’intrigue est mort-née dès son titre ? Et puis d’ailleurs si intrigue il y avait, elle se présenterait dans son plus simple appareil, portée par cette unique interjection : “Non !”. Scandée, psalmodiée tout le long du texte, elle résonne tout à la fois comme un refus enfantin et comme l’amen d’une prière.
Mais que c’est bien écrit ! Enfin en hongrois, je ne sais pas ce que ça donne, mais la traduction française est formidable. Nous sommes aux prises avec une voix, une parole, une pensée qui serpente dans de longues phrases sinueuses et fragiles. Car oui ! C’est un monologue que nous livre Imre Kertész. Si tout commence au cœur d’une forêt malade par un dialogue entre deux “intellectuels moyens”, il nous embarque rapidement dans une introspection livrée à elle- même. Pour seul but, penser ce qu’elle a à penser, c’est à dire répondre à cette question : Pourquoi désirer un enfant après avoir connu Auschwitz ? Formulation aride d’un questionnement qui ne va cesser de se renouveler au fil de l’écriture, de la pensée vacillante prête à disparaître à n’importe quel moment, happée par l’impossibilité d’une explication logique, rationnelle.
La plume, ou la pelle comme la nomme Kertész, est sarcastique, ironique, désabusée, absurde mais toujours vivante. Pour être au plus près de l’état d’âme de l’auteur, Kaddish pour l’enfant qui ne naîtra pas peut se lire en écoutant la Neuvième Symphonie de Mahler.

Stéphane

dispo


Laisser une Réponse