Lison Futé 2018 est arrivé !

  • À propos
  • Archives web
  • Conseils de lecture sur le Web
  • Ecrivez-nous
  • Mon Lison futé préféré
  • Téléchargements

Les élus du Changelin

Classé dans: Lison Futé 2013, Romans d'ailleurs, Science fiction.

keyes-enfants-du-fleuvekeyes-dieu-noir

Greg Keyes

T1 : Les enfants du fleuve
T2 : Le Dieu noir

Pocket, 2011
Traduit de l’anglais (États-Unis) par Guillaume Le Pennec
[RSF KEY]

Dans un monde sauvage au bord du rêve, à une époque vaguement pré-médiévale, les hommes et les entités divines présentes en toute chose - régnant sur une pierre, un territoire, un concept - se côtoient et partagent des liens de parenté… Une seule exception : la ville blanche de Nhol, tout au Sud, où seul le Fleuve (ou Changelin) étend sa domination, confiant depuis des siècles la mainmise sur son territoire à ses descendants sous le titre impérial de Chakunge. Les membres de cette famille, considérés eux-mêmes comme des déités, ont, pour la plupart, hérité d’étranges pouvoirs surnaturels ayant trait à l’élément aquatique. Ils sont guidés dans leur exercice du pouvoir par un Clergé tentaculaire - qui se charge aussi bien d’adorer le Dieu-Fleuve que de tenir à distance les plus belliqueux des fantômes luminescents qui hantent la ville, d’assurer la sécurité des dirigeants mais également de planifier de terribles assassinats. Dans ce lieu qui se croit monde, le Dieu-Fleuve sommeille, dévore et aspire dans son songe l’énergie de toutes les autres divinités inférieures à sa portée, sur toute son interminable longueur. Au point que les gens qui le révèrent le croient unique.
Pourtant, dans cette cité-fontaine brûlée par le soleil, la princesse Hezhi Yehd Cha’dube, la plus jeune fille du Chakunge She’lu, rêve de liberté - de fuir l’espace étouffant de l’immense palais-citadelle et de son aile des enfants royaux. D’échapper aux usages affectés d’une cour vaine, superficielle et fantasque… Lorsque son cousin et meilleur (et d’ailleurs unique) ami D’en disparaît soudainement dans les mystérieux sous-sols immergés de la résidence, conduit par les prêtres au secret et impénétrable Escalier des Ombres, elle se décide enfin à agir. Abandonnant son attitude passive, son désir de vérité va marquer le point de départ d’une fouille lente et laborieuse dans l’inextricable histoire des origines du Fleuve et de ses descendants… Et le début d’une quête terriblement dangereuse, qui l’entraînera bien plus loin qu’elle ou ses quelques fidèles serviteurs auraient pu l’imaginer.
Au même instant mais presque à l’autre bout du monde, Perkar, jeune homme fougueux, jure son amour à la déesse de la rivière qui baigne les pâturages de son enfance - lui promettant de détruire le malfaisant Vieillard, le Changelin, qui chaque jour, chaque minute, chaque seconde, l’affaiblit et la dévore en son aval. Lorsque aveuglé par sa passion et son entêtement infantile, Perkar prend la route avec l’équipée pacifique de son roi, le Kapaka, avec pour destination She’leng, la Montagne des Dieux et va ainsi se diriger droit vers l’endroit un peu à l’écart où le Fleuve tant détesté prend sa source… Entre les mains joueuses de divinités espiègles, la roue du destin a déjà commencé à tourner. À son insu, pion involontaire, se prépare la phase finale d’un conflit aux racines et à l’ampleur insoupçonnées, une fatalité implacable contre lequel il devra se dresser et faire front avec la ténacité et la force du chêne dont il porte le nom…
En résumé, une plongée ensorcelante au cœur d’un monde original et poétique, où la magie des hommes et des dieux confrontent leurs similitudes et leur tolérance mutuelle. Des personnages ambigus aux cultures et croyances hétéroclites, ni vraiment « bons » ni vraiment « mauvais », mais qui suivent des idéaux, des intérêts, des buts plus ou moins égoïstes par le truchement de concessions temporaires et de moyens dans l’ensemble assez peu moraux… En un mot profondément humains : bornés, hésitants, inconstants, terrifiés, manipulés ou manipulateurs… Une fresque simple mais épique, sur fond de mosaïque colorée d’une nature changeante, sauvage et mystérieuse - peut-être en partie inspirée du séjour de l’auteur dans une réserve Navajo. Un style ample et mesuré, qui s’écoule, sombre et dense, comme les tourbillons du Fleuve omniprésent. Enfin, la griffe habituelle de l’auteur : des portraits brossés à coups de pinceau délicats et évolutifs ainsi que des descriptions somptueuses, qui nous bercent paisiblement tout au long de ce superbe voyage onirique.

Madeline

dispo

dispo

Laisser une Réponse