Lison Futé 2019 est arrivé !

  • À propos
  • Archives web
  • Conseils de lecture sur le Web
  • Ecrivez-nous
  • Mon Lison futé préféré
  • Téléchargements

Un pays à l’aube

Classé dans: Lison Futé 2009, Romans d'ailleurs, Romans policiers.

lehane

Dennis Lehane

Rivages (Thriller), 2009
Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Isabelle Maillet
[RP LEH]

1918, la première guerre mondiale se termine. A Boston les soldats commencent à revenir d’Europe ramenant avec eux la grippe espagnole mais aussi le spectre d’une immense vague de chômage sans précédent.
Tous ces soldats qui ont laissé leur poste aux Noirs et aux femmes durant la guerre comptent bien le retrouver.
L’industrie n’est plus ce qu’elle était, la course aux armements a créé de l’emploi en temps de guerre mais tout cela est révolu. Le pays s’est endetté, l’inflation a explosé et les classes les plus pauvres, qui pourtant s’étaient serré la ceinture pendant ces années noires, vont être les premières à trinquer.
A l’image de l’Europe ou de la Russie, une vague de contestation commence à s’emparer de l’Amérique, et un nouveau type de combat émerge : le syndicalisme et les luttes sociales.
La révolte se généralise et quand la police elle-même menace de faire grève, c’est tout un idéal qui s’effondre.
En suivant les parcours de Danny Coughlin, fils prodigue d’une famille de flics irlandais en pleine crise identitaire et de Luther Laurence, jeune ouvrier noir de l’Ohio en fuite vers Boston, c’est une véritable fresque épique que nous dépeint Dennis Lehane.
De nombreux sujets sont ainsi évoqués comme le racisme, la famille, la criminalité, la politique, l’immigration et même le base-ball, mais le cœur du sujet reste la lutte sociale.
Dans une époque où le bolchévisme fait peur, le syndicalisme passe pour un crime contre la nation, le patriotisme reste de rigueur envers et contre tout et l’Amérique opère un virage à droite au milieu d’attentats anarchistes et de propagande venue de l’est.
Lehane dresse un portrait historique de sa ville chérie Boston, mais aussi de toute l’Amérique moderne. Il nous montre une fois de plus après Kenzie/Genaro, Mystic River et Shutter Island qu’il est un  auteur incontournable et que son talent ne se limite pas aux polars.
Chef-d’œuvre noir et social, riche autant en détails qu’en rebondissements, ce livre a vraiment toutes les qualités et un seul défaut, celui d’être trop court malgré ses 750 pages.

Laurent

dispo

Laisser une Réponse