Lison Futé 2019 est arrivé !

  • À propos
  • Archives web
  • Conseils de lecture sur le Web
  • Ecrivez-nous
  • Mon Lison futé préféré
  • Téléchargements

Electre à la Havane / L’automne à Cuba / Passé parfait

Classé dans: Lison Futé 2001, Romans d'ailleurs, Romans policiers.

padura-fuentes-electrepadura-fuentes-automne

padura-fuentes-passe

Leonardo Padura Fuentes

Electre à la Havane
L’automne à Cuba
Passé parfait

Métailié (Bibliothèque hispano-américaine), 2000,2001
Traduit de l’espagnol (Cuba), par Caroline Lepage, Mara Hernandez, René Solis
[RP PAD]

Padura utilise le roman noir comme l’utilisaient Hammett ou Chandler, pour parler du monde comme il ne va pas. Pas de complaisance vis-à-vis de Cuba, pas de simplisme non plus, beaucoup de rhum pour le héros, la boisson du désespoir pour celui qui ne trouve pas comment modifier ce réel dont il ne veut se satisfaire . Souvent imbibé, mais toujours lucide et curieusement digne dans son refus de se compromettre, Mario Conde n’abandonne pas ce à quoi il croit, l’amitié, la justice, la droiture, bien sûr cela ne peut guère lui rendre la vie facile et simple. Loin des engagements anticastristes de Zoé Valdès, et tout aussi loin du roman de propagande, Padura, écrivain cubain, parle et écrit de Cuba sur Cuba, cela fait perdre toute illusion, mais témoigne d’un vrai talent. Padura explique : ” Je vis à Cuba, j’écris à Cuba, je ne suis ni ne veux être un dissident. Mais je revendique le droit de crier. Et je crois que le fait d’être resté à Cuba me donne le droit de parler. A Cuba, depuis 40 ans, nous vivons des moments historiques. Chaque fois qu’un groupe de personnes se réunit, c’est une réunion historique, chaque bâtiment construit est une construction historique ! Et la mémoire se dilue dans tant d’événements historiques… Depuis que j’ai créé le personnage de Mario Conde, je pense qu’une de ses attributions les plus importantes, c’est son intérêt pour la mémoire. C’est un exercice que je fais : sauvegarder la mémoire, surtout celle qui est au bord, et même parfois en dehors de l’Histoire. ”

Dominique

dispo

dispo

dispo

Laisser une Réponse