Lison Futé 2018 est arrivé !

  • À propos
  • Archives web
  • Conseils de lecture sur le Web
  • Ecrivez-nous
  • Mon Lison futé préféré
  • Téléchargements

100 bullets

Classé dans: Bandes dessinées, Lison Futé 2008.

eduardo-risso-et-brian-azzarello-100-bullets

Eduardo Risso (dessin)

Brian Azzarello (scénario)

Sémic books, 5 tomes parus à partir de 2003
Traduit de l’anglais (États-Unis) par Sophie Viévard
[BD RIS]

Moi les comics, j’avais un gros a priori négatif. Les super héros m’ennuyaient profondément, quand ils ne m’exaspéraient pas lorsque leurs aventures sombraient dans la propagande la plus crétine à la gloire de l’Amérique. Et puis, sur l’insistance de certains collègues, je me suis penché d’un peu plus près sur ce qu’il se fait actuellement aux Etats-Unis en matière de BD : quelle agréable surprise. Il existe une flopée d’auteurs qui renouvellent totalement le genre, véritable miroir de leur société, dans la lignée de la littérature noire américaine.
Azzarello et Risso font partie de cette génération d’auteurs, maintenant bien établis, qui s’en prennent au rêve américain.
Le principe de la série 100 bullets (100 balles) est simple : un mystérieux agent (Graves) contacte des personnes victimes de malveillance ou ayant des comptes à régler et leur propose de se faire justice eux-mêmes en leur garantissant l’impunité (une arme et cent cartouches impossibles à identifier). La violence comme réponse à la violence : après tout, comme dit l’agent Graves « ces types sont des ordures… ». Cet univers qui devient de plus en plus sordide à mesure qu’on avance dans la série, n’est pourtant en rien une glorification de l’auto-justice car dans ces bas-fonds où se déroule l’histoire, l’idée même de justice n’existe pas. On ne sait rien des motivations de Graves sinon qu’il travaille pour une puissante organisation aux buts obscurs… Je ne peux pas vous en dire plus sans dévoiler des éléments qui ne se clarifient qu’au cours du récit.

Bruno

dispo

Laisser une Réponse