Lison Futé 2019 est arrivé !

  • À propos
  • Archives web
  • Conseils de lecture sur le Web
  • Ecrivez-nous
  • Mon Lison futé préféré
  • Téléchargements

L’art d’écouter les battements de cœur

Classé dans: Lison Futé 2015, Romans d'ailleurs.

sendker-battements

Jan-Philipp Sendker

Lattès, 2014
Traduit de l’anglais par Laurence Kiefé
[SEN]

Rarement un livre aura trouvé une telle résonance en moi…
Avez-vous déjà eu cette impression qu’un livre a été expressément écrit pour vous, avec le sentiment qu’il « vous parle » littéralement au moment où vous le découvrez ? Cela m’est arrivé avec ce roman qui restera longtemps gravé dans ma mémoire, et j’ai souvent été émue aux larmes en le lisant. Il faut bien sûr avoir l’âme un peu romantique pour que L’art d’écouter les battements de cœur puisse vous émouvoir à ce point mais je peux parier que cette histoire d’amour hors du commun saura aussi toucher ceux qui aiment s’évader par la lecture, ceux qui aiment découvrir des contrées lointaines et une manière de penser différente mais aussi les amateurs de spiritualité et les rêveurs…
Julia, jeune avocate new-yorkaise, part sur les traces de son père en Birmanie lorsqu’elle découvre des lettres d’amour passionnées qu’il a écrites à une certaine Mi Mi, elle aussi d’origine birmane. Elle imagine que la femme à laquelle ces lettres sont adressées est la clé pouvant expliquer la brutale disparition de son père 4 ans plus tôt. Tin Win, son père, a en effet disparu de sa vie et de celle de sa mère sans aucune explication. Ce qu’elle va découvrir va dépasser tout ce qu’elle aurait pu imaginer….
Julia va aller de surprise en surprise en écoutant l’histoire des 20 premières années de la vie de son père à travers le récit d’U Ba, un vieillard qu’elle rencontre à Kalaw, dans le petit village natal de Tin Win. Une histoire émouvante et forte dont elle ne soupçonnait pas l’existence et que son esprit rationnel et sceptique aura du mal à admettre. Mais peu à peu, la magie opère et Julia entrevoit « une réalité différente » mais pas incompatible avec ses certitudes. Je ne vous en dirai pas plus, car le mystère fait partie du charme incomparable de ce roman qui donne envie d’être partagé.
Décidément, en refermant ce livre, je crois encore davantage à cette devise du Petit prince : « On ne voit bien qu’avec le cœur, l’essentiel est invisible pour les yeux ».

Isabelle B.-C.

dispo


Laisser une Réponse