Lison Futé 2019 est arrivé !

  • À propos
  • Archives web
  • Conseils de lecture sur le Web
  • Ecrivez-nous
  • Mon Lison futé préféré
  • Téléchargements

A quatre mains

Classé dans: Lison Futé 2009, Romans d'ailleurs, Romans policiers.

taibo-ii

Paco Ignacio Taibo II

Rivages/Noir, 1992
Traduit de l’espagnol (Mexique) par Mara Hernandez et René Solis
[RP TAI]

Julio et Greg, deux journalistes respectivement mexicain et américain, écrivent des articles à quatre mains, chacun apportant sa propre sensibilité et son style. Leur spécialité : les révolutions. Ils n’hésitent pas à parcourir les endroits les plus « chauds » de la planète pour rendre compte des luttes. S’ils ne transigent pas avec la vérité, leur sympathie pour les causes révolutionnaires est clairement revendiquée. Mais dans l’ombre de ces révolutions, une officine des services secrets américains, le « Shit Department » spécialisé dans la désinformation et dirigé par le très cynique Alex, met en place une gigantesque opération de manipulation visant à déstabiliser le régime sandiniste au Nicaragua.
Voilà la trame de ce roman de Paco Ignacio Taibo II, construit comme un puzzle. Mais que viennent faire Houdini, Stan Laurel ou bien Pancho Villa dans ce roman qui se situe à la fin du 20ème siècle ? Nul besoin de gymnastique intellectuelle pour faire face à ce foisonnement de personnages et de péripéties qui se fondent dans l’Histoire, il suffit de faire confiance à Taibo II, et les choses se mettent peu à peu en place d’elles-mêmes.
On retrouve dans ce roman les grandes caractéristiques des livres de Taibo II, à savoir, son goût pour l’aventure, son refus de l’injustice et du cynisme, et enfin, sa vision du Mexique comme lieu de rencontre de toutes les cultures et de toutes les personnalités, le tout empreint d’un romantisme révolutionnaire qui ne peut que nous rendre vraiment très attachants les personnages - fictifs ou non - qu’il fait évoluer dans son histoire. Les partis pris de Paco Ignacio Taibo II ne laissent pas indifférent mais sont surtout vraiment porteurs d’espoir.

Bruno

dispo

Laisser une Réponse