Lison Futé 2019 est arrivé !

  • À propos
  • Archives web
  • Conseils de lecture sur le Web
  • Ecrivez-nous
  • Mon Lison futé préféré
  • Téléchargements

La conjuration des imbéciles

Classé dans: Classiques, Lison Futé 2009, Romans d'ailleurs.

kennedy-toole

John Kennedy Toole

10/18, 1989
Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Jean-Pierre Carasso
[TOO]

La conjuration des imbéciles, c’est un homme et un livre. Certains iront même jusqu’à dire le contraire. L’homme, c’est John Kennedy Toole, écrivain précoce qui, à quinze ans, écrivit La bible de Néon et qui vit son deuxième texte, La conjuration des imbéciles, tomber dans les abysses de l’oubli. Devant l’impossibilité de publier son texte, John Kennedy Toole préfère se suicider à l’âge de trente deux ans. Ironie de l’histoire, dix ans plus tard, sous l’insistance de sa mère, son livre fût publié et reçut en 1981 le prix Pulitzer. Le livre est une peinture au vitriol de la société américaine des années soixante, écrit dans un style inimitable, mais aussi et surtout l’histoire tragi-comique de son protagoniste Ignatius Reilly.
Gargantuesque, incrédule, morveux, fat, méprisant, hypocondriaque, pédant, suffisant, accoutré d’une tenue sans nom, voici Ignatius, le héros. Médiéviste de vocation, Ignatius est le Saint Thomas d’Aquin des années soixante. Rivé à la scolastique, il entrevoit le monde comme une société de mécréants. Partagé entre son grand œuvre d’histoire comparative, visant à expliquer que le monde n’est plus vraiment le monde depuis qu’il a quitté le Moyen Age, et la confection de bouchées au fromage, Ignatius doit se heurter à cette douloureuse réalité d’un monde qui a troqué son souci de l’âme contre celui du commerce. Du monde, Ignatius ne connaît que la Nouvelle-Orléans. Ses incursions au-delà lui furent douloureuses et mirent à mal son appareil digestif. Celui-ci, régulièrement mis sans dessus dessous par un monde peuplé de «demi-mongoliens et de dégénérés» produit chez lui moult flatulences.
Alors que faire lorsqu’il est question, à trente ans, de chercher un travail dans une telle société ? Que faire lorsqu’on «éprouve un certain respect pour Batman» ?

Stéphane

dispo

Laisser une Réponse