Lison Futé 2017 est arrivé !

Shibumi

Classé dans: Lison Futé 2012, Romans d'ailleurs, Romans policiers.

trevanian

Trevanian

Gallmeister, 1979 (2008 pour la présente édition)
Traduit de l’anglais (États-Unis) par Anne Damour
[RP TRE]

Shibumi, Qu’est-ce que c’est, Shibumi ?
- Ça, mon ami, ce serait trop long à t’expliquer.
- Arrête de croire qu’on est copain et essaie quand même…
- De croire qu’on est copain ?
- Non, de m’expliquer…
- Le mieux serait de lire l’excellent livre de Trevanian.
- C’est qui Trevanian ?
- Là aussi, ce serait un peu long à expliquer…
- Bah vas-y, je couperai quand mes paupières seront lourdes…
- En fait, personne ne sait avec exactitude qui est Trevanian. On subodore que c’est un universitaire américain du Midwest, prof de cinéma à l’université du Nebraska, nommé Rodney Whitaker. Il a écrit une poignée de best-sellers dans les années soixante-dix / quatre-vingts, a beaucoup vécu au Pays Basque et pratiqué l’alpinisme, la spéléologie…
- Mes paupières sont lourdes…
- D’accord, mais ça a son importance ici, puisque une bonne partie du bouquin se passe au Pays Basque. Enfin, pour faire court, ce qui est intrigant chez Trevanian, c’est qu’il a écrit des best-sellers ironiques.
- Iro quoi ?
- Non, ironiques, c’est pas Fenimore Cooper… C’est très étrange parce que ses livres - et leur auteur - sont très critiques envers les États-Unis qu’il considère comme une nation mercantile où le bien-être commercial fait office de sens de l’honneur (« l’attachement des Américains à l’honneur est inversement proportionnel à leur besoin en chauffage », écrit-il), qui s’est construit sur la lie puritaine de la vieille Europe, enfin bref, il les aime pas trop, ces États, il ne s’en cache aucunement. Paradoxalement, et pour un pays qui apprécie moyennement la critique, ses bouquins s’y sont vendus comme des petits buns. Clint a même fait un film - fort mauvais d’ailleurs, et Trevanian ne se gênera jamais pour le dire - d’un de ses bouquins, La Sanction,ça s’appelle. Le livre doit être mieux…
- Et Shibumi ?
- Shibumi parle d’un homme seul, un surhomme apatride et fortement influencé par le Japon, un type à côté duquel James Bond est un Bidochon asexué, et qui se dresse face à la Mother Company…
- C’est la World Company ?
-Tout juste ! Un consortium industrialo-pétrolier qui chapeaute la CIA et la NSA et qui n’agit que pour garantir ses bénéfices. Des Américains quoi…
- Et ça dépote ?
- Un peu mon n’veu, surtout que Trevanian prend un malin plaisir à nous conter par le menu la genèse cosmopolite de Nicholaï Hel, arme humaine, sicaire implacable et indépendant, né à Shanghai, élevé au Japon, polyglotte…
- Bon ça va, laisses-en un peu.
- Bon, d’accord ! »

Emmanuel T.

dispo

1 Réponse à Shibumi

  1. robert

    un livre vraiment superbe et très drôle, que j’ai dévoré en regardant la pluie tombé de mon hotel à Bénodet!

Laisser une Réponse