Lison Futé 2018 est arrivé !

  • À propos
  • Archives web
  • Conseils de lecture sur le Web
  • Ecrivez-nous
  • Mon Lison futé préféré
  • Téléchargements

Aquarium

Classé dans: Lison Futé 2017, Livres numériques, Romans d'ailleurs.

vann-aquarium

David Vann

Gallmeister, 2016
Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Laura Derajinski
[VAN]

Attention, vous avez entre les mains une bombe littéraire à retardement ! Pour les amateurs de l’univers trouble et dérangeant de David Vann, vous risquez d’être surpris par l’amorce étrangement poétique de son dernier roman mais pour ceux qui ne le connaissent pas encore, Aquarium constitue une belle approche du thème de prédilection de l’écrivain américain, à savoir la famille, ses psychoses et ses secrets. Nous avons quitté les paysages rudes et sauvages d’Alaska chers à l’auteur, pour nous retrouver dans la banlieue de Seattle, une ville où il ne fait pas toujours bon vivre surtout pour Caitlin, 12 ans, et sa maman Sheri, un couple mère-fille exclusif et uni dans l’adversité. L’aquarium municipal constitue pour la jeune fille à la fois sa seule distraction et son refuge. C’est là qu’elle attend sa mère après l’école, c’est aussi dans l’observation des poissons que Caitlin trouve un certain réconfort dans la pénombre et un silence qui n’est pas subi mais apaisant, contrairement aux silences obstinés de sa mère dès qu’elle essaie de l’interroger sur son père ou le reste de sa famille. C’est là aussi que Caitlin va rencontrer un vieil homme, amateur de poissons lui aussi, dont l’attitude est parfois étrange. Derrière le calme apparent des choses, on sent donc la faille, une blessure immense que ce personnage va faire remonter à la surface. Ainsi, le roman bascule, le fragile équilibre entre Caitlin et sa mère est rompu et le lecteur découvre la face cachée de cette histoire familiale dans une violence inouïe qui le laissera pantelant pendant plusieurs pages. Pourtant, ce roman est certainement le moins dur et le plus optimiste de David Vann. C’est sans doute les sentiments d’amour, de rédemption et de pardon qui sont les vrais vainqueurs de cette histoire à la beauté envoûtante, de sorte qu’il vous sera impossible de lâcher ce roman…
A bien des égards, j’ai trouvé dans Aquarium des similitudes avec le roman de Megan Kruse, De Beaux jours à venir, également chroniqué ici.

Isabelle B.-C.

Je crois qu’Isabelle a tout dit dans sa chronique. Comme chaque fois David Vann sait nous mettre mal à l’aise, la violence des relations est insoutenable. Pourtant ici, elle est bien moins sombre et pessimiste que dans ses précédents romans. Il s’agit avant tout d’amour, un amour déplacé, mal exprimé, enfoui et devenu malsain, mais pour la première fois une forme d’optimisme éclaire les dernières pages et nous permet de reprendre notre souffle, jusqu’à son prochain roman.

Barbara

dispo


Laisser une Réponse